Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 15:55

 

 

 

 

Touarchange

 

 

Afrik.com   SAMEDI 19 JANVIER 2013 / PAR FRED KROCK

 

(De notre correspondant)

 

La salle d’audience de la primature a servi ce vendredi de cadre à la passation de services entre le premier ministre sortant, le Pr. Faustin Archange Touadéra et le premier ministre entrant, Me. Nicolas Tiangaye.

 

Un jour seulement après sa nomination, le nouveau premier ministre Me Nicolas Tiangaye a pris ses fonctions. Son prédécesseur, le Pr. Archange Faustin Touadéra lui a cédé son fauteuil. Le Premier ministre sortant n’a pas trouvé nécessaire de faire le bilan de ses activités à la tête de la primature où il a servi pendant les deux mandats du président Bozizé.

 

Mais ce qu’on peut retenir de son parcours, c’est un homme qui sait obéir aux principes de son maître, en l’occurrence, le président Bozizé. C’est du moins, la seule chose que d’aucuns ne lui reprochent. C’est cette docilité qui fait aussi son malheur, en ce sens qu’aucune dynamique impulsée à son temps n’a réussi, si ce n’est la gestion des multiples crises engendrées par le régime de Bozizé. Les DSRP (Document de stratégies de réduction de la pauvreté) 1 et 2 qui ont été lancés en République centrafricaine, en vue d’accélérer le processus du développement du pays ont tous les deux accouché que d’une souris. En effet, le premier document qui était axé sur la pacification du territoire et l’instauration d’une paix durable, n’a engendré que de multiples rébellions à cause d’une mauvaise gestion du DDR, cumulé par la naissance de Séléka.

 

Le deuxième document par contre, essentiellement basé sur la relance et le développement rural et la sécurité alimentaire qui se résume en un seul slogan du ministre Fidèle Gouandjika, « manger trois fois par jour ». Ce slogan que les centrafricains considèrent aujourd’hui comme une injure à leur égard, étant donné la détérioration de la situation alimentaire où les gens mangent difficilement une fois par jour. Bref, le Pr. Touadéra a été démis le 12 janvier dernier de ses fonctions, selon les esprits des accords de Libreville.

 

Quant au nouveau premier ministre, Me Nicolas Tiangaye, il est déjà au pied du mur où il aura deux défis à relever. D’abord, sa mission ordinaire retracée par les accords de Libreville, notamment la réorganisation des forces de défense et de sécurité ; la réorganisation de l’administration du territoire ; le renforcement de la justice ; la poursuite du processus de DDR (Démobilisation, désarmement et réinsertion des ex-combattants) et de la RSS (Réforme du secteur de la sécurité) ; la nouvelle formation du conseil économique et social, y compris le paiement des salaires à termes échu. Deuxièmement, il devra apporter une valeur ajoutée à la notion de la gouvernance qui a fait le mal du gouvernement sortant.

 

 

 

NDLR : Sur la fin, le mathématicien de Boy-Rabe avait hâte de s'en aller de la primature où de malheureux concours de circonstance ont fait qu'il y soit resté quatre années à ne rien faire mais surtout à s'en mettre plein les poches. Plusieurs villas chez lui à Damara, innombrable cheptel bovin et caprin, vaste domaine agricole etc... Voilà le seul vrai bilan de Touadéra, les Centrafricains ne retiendront rien de ses quatre années passées comme premier ministre de la bozizie. Sans personnalité et complètement effacé et marginalisé par Bozizé qui n'aime que ce genre de personnage, Touadéra restera dans la mémoire de ses compatriotes qui essaieront de l'oublier au plus vite, comme celui qui a contribué aux côtés de Bozizé à enfoncer davantage le pays dans l'abîme. Selon nos informations, il aurait signifié sa démission à Bozizé alors même que celui-ci était encore à Libreville. Touadéra aurait voulu et incité en vain Bozizé pour que ce dernier puisse fournir des armes aux Faca et que les troupes sud-africaines soient aussi mises à contribution pour aller reprendre de force les villes occupées par Séléka.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique