Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 00:42

 

 

 

drapeaux_rca_ue_200.jpg

 

 

Guy Samzun

 

 

Par Kpangbandjé - 25/05/2011 JDB

Ces derniers réclament le paiement de 31 mois d’arriérés, le paiement de mesure d’accompagnement qui s’élève à 19.650.000 FCFA par personne

 

Ils étaient une centaine, tous des retraités militaires et gendarmes, à faire un sit-in devant le siège de l’ambassade de l’union européenne ce mardi 24 mai 2011. Ces derniers réclament le paiement de 31 mois d’arriérés, le paiement de mesure d’accompagnement qui s’élève à 19.650.000 FCFA par personne. Ils ont ainsi assiégé l’ambassade de l’union européenne et exigent une solution d’urgence. Il s’agissait en effet des promotions des années 2005, 2006, 2009 et 2010 qui demandent à l’ambassadeur haut représentant de l’union européenne en République Centrafricaine de les situer sur le versement de leurs arriérés car selon le collectif, dans la sous-région de l’Afrique Centrale, les pays comme la République Démocratique du Congo, le Gabon ou la Guinée Equatoriale qui sont dans la même situation que la République Centrafricaine concernant le versement de ces arriérés ont été tous libérés.

Une banderole et un drapeau centrafricain étaient attachés à l’entrée principale de l’union européenne. Les retraités militaires et gendarmes demandaient ainsi au ministre délégué à la défense nationale et à l’union européenne de leur payer leurs arriérés de salaires qui se chiffrent à 31 mois selon les pages 6 à 12 de la convention de financement, mais aussi de leur payer leur mesure d’accompagnement s’élevant à 19.650.000 Fcfa chacun. Ils ont aussi demandé le paiement des arriérés de salaires des veuves et des radiés des forces armées centrafricaines et de la gendarmerie.

M. Guy Samzun, l’ambassadeur haut représentant de l’union européenne auprès de la République Centrafricaine venu recevoir les manifestants les a informés de ce que la procédure suit encore son cours mais, il faudrait que ces retraités patientent. Une attitude que ces derniers qualifient d’injure car selon eux, la maladie et la faim n’ont jamais patienté pour sévir dans leur famille respective. En conséquence, si aucune solution n’est trouvée, ils ne bougeront pas devant l’institution. Les manifestants sont passés à la vitesse supérieure en menaçant de mettre du feu à des arbustes qu’ils ont ramassé et installé près du portail de l’entrée de l’ambassade. M. Guy Samzun qui en a assez d’être prisonnier de ces manifestants, aurait appelé le Premier ministre chef du gouvernement pour que des solutions d’urgence soient trouvées. C’est ainsi que selon une indiscrétion, le Premier ministre aurait convoqué une réunion extraordinaire avec les membres du gouvernement où le point de la rencontre était la recherche de solution au problème de ces retraités. Pour l’instant, on ignore encore ce qui a été décidé en fin de compte mais…

 

Le siège de l’UE bloqué par d’anciens militaires mécontents

Radio Ndéké Luka Mercredi, 25 Mai 2011 14:35

Le siège de l’Union Européenne à Bangui (UE) a été bloqué le 24 mai 2011 par le collectif des gendarmes et militaires retraités centrafricains. C’est finalement tard dans l’après-midi que les manifestants se sont dispersés. Les ex-porteurs de tenue réclament le versement de leurs arriérés de salaires qui s’élève à 30.000 Euros, soit 19.650.000 de Franc CFA. C’est l’UE qui doit verser cette somme au gouvernement centrafricain.

Selon les manifestants, c’est une mesure provisoire en attendant l’issu des négociations qui sont en cours à la primature à Bangui. Négociations qui réunissent le gouvernement et les délégués de ces militaires à la retraite.

La situation qui a déclenché le mécontentement de ces militaires est la dernière déclaration de l’ambassadeur de l’UE sur Radio Ndeke Luka. Dans interview accordée à la Radio, le diplomate européen a affirmé que ces militaires avaient déjà été payés et que l’argent avait été versé sur leur compte bancaire. Mais dans les faits, selon les manifestants, « personne n’a perçu ne fusse qu’un centime ».

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales