Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 12:49

 

 

 

 

Urgent.JPG

 


LIBREVILLE AFP / 22 mars 2013 12h41- Les rebelles centrafricains du Séléka ont forcé vendredi un barrage de la force africaine au nord de Bangui, dernier verrou menant à la capitale centrafricaine, a affirmé à l'AFP une source au sein de cette mission militaire des Etats d'Afrique centrale (Fomac).


Il y a eu des tirs sans faire de blessés. Les rebelles ont forcé le barrage (de Damara, à 75 km au nord de Bangui), et sont passés vers 12H00 (11H00 GMT) locales, a déclaré cette source. Ils sont sur la route de Bangui. Nous sommes en alerte maximum, selon cette même source.



(©) 

 

 

 

 

Centrafrique: les rebelles forcent la ligne rouge sur la route de Bangui



LIBREVILLE AFP / 22 mars 2013 12h59- Les rebelles centrafricains du Séléka ont forcé vendredi un barrage de la force africaine au nord de Bangui, dernier verrou menant à la capitale centrafricaine, a affirmé à l'AFP une source au sein de cette mission militaire des Etats d'Afrique centrale (Fomac).



Il y a eu des tirs sans faire de blessés. Les rebelles ont forcé le barrage (de Damara, à 75 km au nord de Bangui), et sont passés vers 12H00 (11H00 GMT) locales, a déclaré cette source. Ils sont sur la route de Bangui. Nous sommes en alerte maximum, selon cette même source.

 

Damara était considérée par la Communauté économique et monétaire des Etats d'Afrique centrale (Cemac, qui fournit les troupes de la Fomac). comme la ligne rouge que les rebelles du Séléka ne devaient pas franchir.



Le barrage de la Fomac à Damara était tenu par des soldats tchadiens et gabonais, selon cette source qui n'a pas précisé leur nombre.



Plusieurs barrages des Forces armées centrafricaines (FACA) et de la gendarmerie centrafricaine se trouvent aussi sur la route entre Damara et Bangui mais ils étaient peu équipés en janvier, avait constaté un journaliste de l'AFP.


Des troupes sud-africaines, appelées par le président François Bozizé dans le cadre d'un accord de défense, sont positionnées au nord de Bangui, près du PK 12 (point kilométrique 12) qui est la véritable entrée de la capitale centrafricaine. Il reste à savoir quelle sera l'attitude de ces troupes bien équipées face aux rebelles.


Quelque 250 soldats français se trouvent actuellement à Bangui dans la zone de l'aéroport situé au nord de la ville mais, lors de la précédente offensive, le président français François Hollande avait précisé qu'ils n'étaient là que pour défendre les ressortissants et intérêts français.

 

Les forces de la Fomac, constituées de Tchadiens, Gabonais, Camerounais et Congolais (Brazzaville) sont au nombre de 500 environ.



En janvier, le général Jean-Félix Akaga, le commandant gabonais de la Force multinationale d'Afrique centrale (Fomac), s'était montrée ferme devant le franchissement de Damara, dernier verrou avant Bangui.



Si les rebelles attaquent Damara, c'est une déclaration de guerre, cela veut dire qu'ils ont pris la résolution d'engager les 10 Etats d'Afrique centrale. Je ne pense pas sincèrement qu'ils en arriveront là, avait-il déclaré lors d'un point de presse à Bangui.



(©) 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers