Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 22:00

 

 

Bangui-la-coquette.jpg

 

 

Ai- Rca- Vendredi, 07 Janvier 2011 09:50 - Pour manifester contre les poussières soulevées par les véhicules déviés à cause de l’effondrement d’un ouvrage d’art sur l’Avenue de France, les populations riveraines de l’Avenue Ruth Rolland ont bruyamment manifesté leur mécontentement le 06 Janvier à Bangui en érigeant des barricades le long de cette avenue.

 Selon l'un des manifestants, cette action visait  à amener la Municipalité de Bangui à arroser chaque jour l’Avenue Ruth Rolland à défaut de conduire le gouvernement à réparer l’ouvrage d’art dénommé Sica 3 effondré sur l’Avenue de France, source de tous leurs maux.

« Ce n'est pas pour rien que nous avons barré cette route. Vraiment les populations riveraines souffrent » a lancé un manifestant qui a requis l'anonymat. Et de poursuivre, « l'intérieur de la maison, les assiettes, les lits etc. sont couverts de poussière. Et grave encore les enfants toussent beaucoup ».

Pour un autre manifestant, ils sont sortis dans la rue parce qu’il leur manque des médicaments ou de l’argent pour en payer et faire soigner leurs parents malades à cause de ces poussières.

Ces manifestants déclarent avoir mené diverses démarches administratives auprès du Maire de la Ville de Bangui Jean Barkès Ngombé-Ketté et ce dernier les a dirigés vers le Ministre d’Etat aux Transports Parfait Anicet Mbay qui assure l’intérim de son homologue de l’Equipement.

« Compte tenu de la situation de ce qui prévaut, notre seule exigence est l’arrosage plusieurs fois par jour de cette avenue. Dans le cas contraire, nous garderons notre position »,  a ponctué un troisième manifestant.

A titre de rappel, l’ouvrage d’art de l’Avenue de France s’est effondré au mois de septembre dernier sous la pression d’une forte tornade.

 

Kabongo, Ai Bangui

 

NDLR : La poussière rouge de latérite en saison sèche et la boue et les inondations en saison pluvieuse ont toujours été le lot quotidien des populations de la capitale, cela n’est pas une nouveauté et n’a jamais été un souci des autorités du pays. Dans un pays normal, avec les élections qui se profilent, Bozizé ne pourrait même pas obtenir 10% de suffrages. Les Banguissois souffrent le martyr pour avoir quelques heures de courant électrique et d'eau potable. Depuis plusieurs mois le pont du SICA 3 sur l'Avenue de France est effondré et personne ne pense à le réparer. C’est tout cela qui doit changer.  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation