Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 23:02

 

 

passeport.jpg

 

 

La Centrafrique adopte le passeport biométrique CEMAC

APA - Bangui 07-07-2010 (Centrafrique) Le Président centrafricain, François Bozizé, a inauguré mercredi à Bangui, le centre d’émission de passeport biométrique de la Communauté des Etats Monétaires de l’Afrique Centrale (CEMAC).

La mise en circulation du passeport biométrique permettra la libre circulation aux ressortissants des pays membres de la Communauté, mais elle permettra aux pays de la sous région-CEMAC de se conformer aux normes de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) et de l’Organisation pour la Migration (OIM) ainsi que d’Interpol, a dit Bozizé.

Le ministre centrafricain de la Sécurité, de l’Immigration et de l’Ordre Public, le Général Jules Bernard Ouandé, a indiqué que le principe de la délivrance du passeport biométrique étant retenu, chaque État membre de la CEMAC devrait rechercher son opérateur afin de confectionner les trois types de passeport notamment le passeport ordinaire, le passeport de service et le passeport diplomatique, en respectant les normes infligées par la CEMAC et validées par l’OACI et OIM.

Ce type de passeport contribuera aussi à renforcer la lutte contre le terrorisme et enrayer la falsification de document, a ajouté Ouandé. Le passeport biométrique centrafricain à une validité de cinq (5) ans et coute 50.000 Frs CFA.

 

Centrafrique : Les passeports biométriques bientôt en circulation

Ai-Rca - Mercredi, 07 Juillet 2010 15:59 - Le Président de la République François Bozize a procédé ce jour à l’inauguration du bâtiment devant abriter les services de l’emi-immigration chargés d’émission des passeports biométriques de la Cemac. C’était en présence du Premier ministre Archange Touadera et du premier vice-président de l’assemblée nationale Pierre Abraham Mbokani et du Directeur général d’Africard Co RCA.

Ce bâtiment a été construit par le Groupe Africard Co Rca filiale du Groupe Africa Limited spécialisé dans la production des documents sécurisés.

Le Président du Conseil d’Administration du Centre d’émission des passeports biométriques, Socrate Bozize, a dans son mot de bienvenu remercié les personnalités présentes à cette cérémonie avant de préciser que «ce centre servira désormais de lieu d’émission de passeport biométrique en usage dans les pays de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique Centrale (Cemac) en conformité avec les accords sur la libre circulation des personnes»

«Un passeport biométrique est un condensé de technologie et de données pointues qui doit devenir la norme d’identification des personnes dans le monde» a-t-il expliqué.

A l’en croire, la RCA ne doit pas et ne devrait pas rester à la traine dans ce domaine de peur de se voir marginalisée par la mondialisation qui selon lui «a introduit des nouvelles règles auxquelles aucun pays au monde ne saurait se dérober».

«Ce type de passeport devrait hisser notre pays aux normes de la sureté internationale, contribuera à renforcer la lutte contre le terrorisme et à enrayer définitivement la falsification de ce document gage de la souveraineté nationale » a-t-il souligné avant de miroiter les avantages que procureraient ce document : «Outre sa délivrance rapide, l’émission de ce passeport va générer des emplois nouveaux en conformité avec la politique du KNK (Kwa Na Kwa, parti au pouvoir) instaurée dès le sursaut patriotique du 15 mars 2003 et ceci pour le grand bien de nos compatriotes».

«Le passeport biométrique centrafricain valable pour cinq (05) ans sera le moins cher de la zone puisqu’il ne coutera que 50 000 (cinquante mille) francs CFA », a conclu Socrate Bozize.

Le ministre de la sécurité, de l’immigration et de l’ordre public, le Général Jules Bernard Ouandé a quant à lui relevé que ce document ne peut qu’être délivré au centrafricain ayant rempli les conditions réglementaires d’acquisition.

«Née de la volonté des gouvernements des six (06) membres de la Cemac, membres de l’ancienne Udeac, la Cemac constitue une avancée considérable par rapport à l’organisation qu’elle était appelée à remplacer dans le sens de l’intégration effective sous régionale» a-t-il ajouté.

Pour le ministre Ouandé, c’est le principe de la liberté qui a guidé les chefs d’Etat de la Cemac a instauré ce passeport en 2000. Justifiant le retard accusé dans l’émission de ce document, le membre du gouvernement a indiqué que «pendant cette période, l’incertitude sécuritaire et dans le but de lutter contre la fraude documentaire, la criminalité transfrontalière et surtout le terrorisme international, on a jugé opportun de sécuriser au maximum le passeport Cemac conformément aux exigences de l’organisation de l’aviation civile internationale et OIPC interpol»

«Ce passeport ainsi délivré est composé d’une puce électronique qui doit contenir l’élément biométrique du titulaire » a conclu le Ministre

En rehaussant de sa présence la cérémonie inaugurale du centre d’émission de passeport biométrique, le président de la République a bien voulu réaffirmer sa volonté de mise en œuvre des différents engagements des chefs d’Etat de la Cemac de doter les services de l’émi-immigration en outils de travail performants et modernes afin de faire de la libre circulation une réalité dans la sous région .

Pour François Bozize, l’émission du passeport biométrique bien que tardive est une étape franchie dans l’intégration sous régionale car la zone Cemac entre désormais dans la phase décisive de son évolution.

«Ce faisant, il nous faut prendre des mesures pour faire avancer le processus d’intégration et lever tous les obstacles à la libre circulation des personnes dans l’intérêt du développement de l’espace Cemac ainsi que du bien-être de nos populations» a-t-il expliqué.

A l’entendre, le passeport biométrique va contribuer énormément à l’arrimage de la zone Cemac aux normes de l’organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et de l’organisation internationale pour la migration (OIM) ainsi que de l’Interpol (OIPC)

Concluant ses propos, le chef de l’Etat a exhorté «les centrafricains en général et en particulier la population banguissoise de bien vouloir protéger ce patrimoine, désormais propriété commune appartenant à toutes les filles et tous les fils de la République Centrafricaine» Il a également invité les «éléments de la Police Centrafricaine à coopérer avec nos partenaires de la société Africard Co RCA dans cet immeuble ».

«Un passeport biométrique se distingue des autres par les éléments électroniques contenus dans le passeport qui renferme les données biométriques du titulaire. Et l’élément spécifique consiste en ce que dans le passeport biométrique, les données électroniques permettant aux policiers de savoir si ce passeport appartient bel et bien au détenteur est l’iris de la personne» a expliqué Kpeyoro, directeur général de l’émi-immigration joint au téléphone.

A l’en croire, dans la zone Cemac, il y a de trois typologies de passeports à savoir : le passeport ordinaire, le passeport de service et le passeport diplomatique.

«On ne peut pas du jour au lendemain supprimer les anciens documents de voyage que nous avons. Parce que dans le cadre communautaire, la Cemac a retenu une période de cohabitation entre les passeports biométriques qui seront émis à partir de maintenant et les anciens documents de voyage que nous avons entre-temps. Toutefois, la Cemac va fixer une date à la quelle ces anciens documents ne seront plus utilisés» a-t-il clairement fait remarquer.

Le clou de cette cérémonie a été la découverte de la plaque inaugurale suivi de la coupure du ruban symbolique et de la visite des locaux.

Kabongo, Ai Bangui

 

NDLR : Comme il fallait s'y attendre c'est encore un rejeton de Bozizé du prénom de Socrate, qui est placé à la tête de cette structure de passeport, celui-là même à qui avait été confié le marché de la fourniture d'urnes électorales lorsque Bozizé était très pressé à l'époque d'aller aux urnes. Cela sent encore de loin la haute mafia. Sachant qu'aussi bien le géniteur et les rejetons ne sont pas des lumières, on ne tardera pas à s'apercevoir des trafics en tout genre et autre délivrance à tour de bras de passeports biométriques à des truands et autres bandits de grand chemin.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société