Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 18:17

 

 

 

nicolas-tiangaye-photo- hippolyte-donossio

 

 

YAOUNDE Mardi 12 mars 2013 | 16:42 UTC (Xinhua) - Les nouvelles attaques rebelles enregistrées dans la localité de Bangassou au Sud-est de la République centrafricaine (RCA) lundi matin figurent parmi les sujets de discussions dun conseil de cabinet tenu mardi à Bangui autour du Premier ministre Nicolas Tiangaye, nommé à la faveur des accords de paix du 11 Janvier à Libreville au Gabon, a appris Xinhua.


« C'est sûr, c'est l'un des sujets du conseil de cabinet qui se tient en ce moment même. C'est l'actualité », a confié une source proche de l'entourage du ministre de l'Equipement Crépin Mboli Goumba, porte-parole du nouveau gouvernement d'union nationale formé le 3 février, avec pour composantes la mouvance présidentielle, la coalition rebelle Séléka, l'opposition démocratique dont est issu le Premier ministre, les groupes politico-militaires et la société civile.


Cette réunion se tient sans la présence de Michel Am Nondokro Djotodia, Premier ministre en charge de la Défense nationale et président de l'alliance Séléka, en déplacement à l'extérieur, selon son entourage joint par Xinhua.


Séléka est la coalition rebelle ayant pris les armes en décembre pour renverser le pouvoir du président François Bozizé et dont le camp de celui-ci désigne comme l'auteur de l'attaque de Bangassou, quelques jours seulement après celle menée fin février contre Sido (Nord), à la frontière avec le Tchad.


Cette attaque a fermement condamnée par le camp présidentiel dans une série de déclarations. « Il s'agit, à n'en point douter, d'une action de plus, qui vient confirmer l'option de la coalition Séléka tendant à poursuivre coûte que coûte l'occupation du territoire national », a par exemple souligné dans un communiqué publié lundi à Bangui l'ex-ministre de l'Administration du territoire, Josué Binoua, en qualité de ministre délégué par intérim à la Défense nationale.


Pour la mouvance présidentielle, la nouvelle attaque « vient une nouvelle fois saper tout effort de mise en oeuvre de l'Accord politique de Libreville (sous l'égide des chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale, NDLR). Elle constitue non seulement une violation flagrante de ses dispositions, mais elle compromet dangereusement la poursuite du processus visant à sortir le pays de la crise qu'il traverse actuellement ».


Cette attaque survient au moment où le nouveau gouvernement (d’union nationale) peine à procéder au cantonnement des rebelles Séléka qui doit donner lieu à leur désarmement et celui d'autres groupes armés actifs en RCA.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers