Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 16:06

 

 

 

Ferdinand Samba Le Démocrate

 

presse-banguissoise.jpg

 

ParRFI samedi 31 mars 2012

En Centrafrique, les journalistes dénoncent les pressions de plus en plus fortes contre la presse. Depuis le 26 janvier dernier, le journaliste Ferdinand Samba, directeur de la publication du journal Le Démocrate, un des quatre principaux quotidiens, a été condamné à un an de prison ferme. Son journal est suspendu. Reporter sans frontières (RSF) s’est dit consterné d’autant que les délits de presse sont dépénalisés en Centrafrique.

Avec notre envoyée spéciale à Bangui,

Un vendeur de journaux : « Ils sont tous les journaux de la presse privée, sans exception ».

RFI : « Est-ce que je peux acheter Le Démocrate » ?

Le vendeur : « Il n’y a pas de Démocrate. Le Démocrate ne paraît pas en ce moment ».

Le 26 janvier dernier, Le Démocrate a été suspendu pour un an. Son directeur Ferdinand Samba est en prison. Le journaliste a été condamné pour une série d’articles mettant en cause le puissant ministre des Finances, Sylvain Ndoutingaye. Il doit en outre verser 10 millions de francs CFA d’amende, 15 000 euros.

Maka Gbossokoto, président du groupement des éditeurs de la presse privée, s’inquiète pour la liberté de la presse en Centrafrique. « On ne peut pas dépénaliser les délits de presse et jeter les journalistes en prison, annonce Maka Gbossokoto. On ne peut pas, en même temps, fermer le journal, demander des millions à un journaliste… C’était trop ! Vraiment, c’était trop ! C’est un signe de durcissement. Ce n’est pas anodin. Et d’ailleurs c’est symptomatique. Les journalistes, à l’heure actuelle, subissent beaucoup de pressions. C’est malheureux ».

Pour le ministre de la Justice, Firmin Féindiro, la peine n’est pas exagérée. Les journalistes doivent comprendre le message.

« C’est vrai que la place d’un journaliste n’est pas en prison, mais cela ne donne pas le droit à un journaliste de dire n’importe quoi et sans preuve, affirme Firmin Féindiro. Ferdinand Samba a porté des accusations très graves contre Monsieur Sylvain Ndoutingaye, des accusations qui ont été montées de toutes pièces. Le but ici, c’est de moraliser, de discipliner un peu ».

Ferdinand Samba a fait appel du jugement. En attendant, il reste en prison.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Médias