Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 03:38

 

 

 

marche-des-femmes-KNK-du-6-mars-2013.JPG

 

marche-des-femmes-KNK-du-6-mars-2013.-2-JPG.JPG

 

Marie-Annick-Service.jpg

 

 

Bangui 8 mars 2013 (CAP) - Des femmes se disant du Réseau pour la réconciliation et la paix, ont marché le mercredi 6 mars 2013 pour demander au Premier ministre chef du gouvernement d'union nationale de faire pression sur certains éléments de la Séléka qui continuent les exactions commises sur des femmes et des enfants dans les localités qu'ils occupent afin que ces exactions puissent cesser. L'initiative est bonne certes, mais suite à des enquêtes menées par Centrafrique-Presse, l'on a constaté que cette marche n'était en réalité qu'une machination de la bozizie qui a joué comme joker la sulfureuse Annick Zamba spécialisée dans les affaires louches et les zizanies.


C'est même celle-là que Bozizé avait utilisée pour diviser les médias centrafricains. Cette fois, elle est donc appuyée par Solange Pagonéndji Ndakala allias Arôme Maggi pour l'organisation de cette mascarade. Il s'agit donc uniquement de quelques femmes sans situation, que le KNK a utilisées  moyennant une motivation financière, 5000 F CFA par femme selon nos sources. Pour preuve, une fois leur sale besogne finie, ces dames devraient être "récompensées", chose que Annick Zamba n'aurait pas fait ou seulement en partie. Ainsi, ces femmes ont même dû se bagarrer à cause d’un mauvais partage, à la hauteur du siège du CICR sur l'avenue Benz Vi.


Au lieu que ces femmes demandent des comptes à Bozizé qui a fait plusieurs veuves et orphelins ayant assassiné de nombreux ressortissants du nord, au lieu que ces femmes organisent une marche pour demander à Bozizé de sanctionner ses éléments qui avaient massacré et violé une vingtaine de filles et femmes des Goulas et Roungas qu'ils ont enlevés et détenus pendant plus de 5 jours avant de les libérer, au lieu que ces femmes manifestent pour demander à Bozizé de libérer les pauvres innocents qui pullulent dans les prisons politiques de ce dernier... c'est une piteuse machination qu'elles veulent faire avaler à la population. Pathétique !

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers