Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 23:42

 

 

 

Bozize KNK

 

 

 

BANGUI - AFP / 07 avril 2011 19h04 - "Il n'y a pas d'opposition à l'Assemblée" centrafricaine, ce qui permet au président Bozizé de "modifier la Constitution" pour briguer un troisième mandat, a estimé jeudi l'opposant Martin Ziguélé, arrivé 3e à la présidentielle (6,80%) de janvier.

D'après les résultats du second tour des législatives du 27 mars proclamés par la Commission électorale indépendante (CEI) dans la nuit de mercredi à jeudi, 61 des 105 sièges ont été obtenus par le le Kwa Na Kwa (KNK, le travail rien que le travail, parti présidentiel), 26 par des candidats indépendants, 11 par des candidats de la majorité présidentielle et deux par l'opposition qui avait appelé au boycott du second tour, accusant le pouvoir de fraudes.

Les résultats de 5 circonscriptions ne sont pas encore connus, parce qu'il faut y revoter en raison d'irrégularités, ou pour dépouillement tardif, ou sans qu'aucun motif n'ait été avancé.

Avec 61 des 105 sièges, le KNK dispose de la majorité absolue, mais pas de la majorité des deux tiers nécessaire pour modifier la Constitution et éventuellement permettre au président François Bozizé, réélu en janvier au premier tour avec 64,37% des voix, d'aller au-delà des deux mandats prévus.

Toutefois, pour M. Ziguélé, il faut compter du côté du KNK et de François Bozizé "les députés de la mouvance présidentielle et des députés proches du KNK qui se sont présentés comme indépendants".

M. Bozizé "a instrumentalisé le scrutin pour aboutir à une majorité écrasante et modifier la Constitution. C'est une certitude", a ajouté M. Ziguélé, qui avait jugé avant le deuxième tour du scrutin que l'objectif du président était de "faire sauter le verrou constitutionnel des deux mandats".

"Tout le processus est bourré de fraudes. C'est un non-événement. Cela n'a aucun sens pour nous", a ajouté M. Ziguélé.

Il fait partie du Front pour l'annulation et la reprise des élections (Fare-2011) qui comptait également l'ex-président Ange-Félix Patassé (2e de la présidentielle, 21,41%) décédé mardi à Douala (sud du Cameroun).

"L'Assemblée nationale n'est pas orange (couleur du KNK) comme beaucoup peuvent le penser", a déclaré à la radio nationale Sylvain Ndoutinguaï, puissant ministre des Mines, directeur de campagne et neveu de Bozizé.

"Tous les indépendants (...) ne sont pas proches du KNK. Parmi eux il y a des membres de l'opposition", a-t-il dit.

"L'opposition est victime d'un désaveu du peuple qui ne veut plus des démagogues ou des va-t-en guerre. Elle ferait mieux de tirer les leçons de cette débâcle, de se remettre en cause pour les élections de 2016", a déclaré le porte-parole du gouvernement Fidèle Ngouandjika.

Les résultats des législatives doivent être validés par la Cour constitutionnelle.

Le KNK et ses alliés disposaient de 80 des 105 sièges dans la précédente législature.

(©)

 

LE PARTI PRÉSIDENTIEL VAINQUEUR AUX LÉGISLATIVES POLÉMIQUES SURLA MORT DE PATASSÉ

(Misna) 7 Avril 2011 - 13:54 - Le parti du président François Bozizé, Kwa na Kwa (Knk), a remporté 61 sièges sur un total de 105 à l’assemblée nationale, indiquent les résultats provisoires du second tour des législatives du 27 mars dernier diffusés par la Commission électorale, dans l’attente de leur validation par le Conseil constitutionnel.

Les élections ont été boycottées par la coalition de l’opposition Front pour l’annulation et la reprise des élections 2011 (Fare 2011), pour protester contre les présumées fraudes à grande échelle commises lors du premier tour des élections présidentielles – remportées par M Bozizé – et législatives du 23 janvier.

Le second tour des législatives a permis au Knk de s’adjuger 36 autres élus à l’assemblée nationale, en plus des 25 sièges remportés dès le premier tour. Le Knk pourra en outre compter sur le soutien de 11 autres élus et de cinq députés indépendants ralliés à la coalition du régime. En revanche, les retards et irrégularités constatés pendant les opérations de vote ne permettent pas encore de connaître le nom des élus des circonscriptions de Bamingui, Boganangone et Bouar. Le Knk et ses alliés détenaient 80 sièges à l’assemblée nationale pendant la précédente législature.

Pendant ce temps, les polémiques relatives au décès de l’ancien président Ange-Félix Patassé s’intensifient : les proches et collaborateurs du défunt multiplient leurs critiques à l’égard du gouvernement qui a retardé le départ – pour raisons administratives – de l’ancien président pour se faire soigner à l’étranger. Finalement autorisé vendredi dernier à quitter le territoire national pour la Guinée Équatoriale, Ange-Félix Patassé a dû être hospitalisé d’urgence au Cameroun où il est décédé mardi soir à l’âge de 74 ans.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique