Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 16:20


bonne-annee

027082009155005000000MASSI.jpg


Deby fait la basse police pour Bozizé

 

 BANGUI, AFP | 10.01.2010 | 18:38| L'ex-ministre et chef rebelle centrafricain Charles Massi a bien été arrêté et est détenu "dans une prison à Bangui", a déclaré dimanche à l'AFP une source militaire, confirmant en partie des informations données la veille par sa famille.

L'ex-ministre et chef rebelle centrafricain Charles Massi a bien été arrêté et est détenu "dans une prison à Bangui", a déclaré dimanche à l'AFP une source militaire, confirmant en partie des informations données la veille par sa famille.

M. Massi "a été arrêté au Tchad entre le 1er et le 2 janvier et remis aux autorités centrafricaines par le Tchad", a déclaré cette source sous couvert d'anonymat.

"Il est détenu dans une prison à Bangui", a-t-elle affirmé, sans préciser duquel des trois centres de détention de la capitale centrafricaine il s'agissait.

Samedi, l'épouse de M. Massi, qui était depuis plusieurs jours sans nouvelles de lui, avait fait état d'informations officieuses évoquant l'arrestation de son mari et son incarcération à la prison de Bossembélé (150 km au nord-ouest de Bangui).

"Il a été tabassé et il est dans un état lamentable, dans un état critique, m'a-t-on dit", avait-elle souligné.

"Charles Massi n'est pas mort comme certains le disent", a aussi assuré la source militaire, en allusion à des rumeurs circulant dimanche à Bangui et évoquant le décès en détention de l'ex-ministre.

"Au moment de son transfert, lors du passage de la frontière entre Tchad et Centrafrique, un élément qui était avec lui a été abattu pour refus d'obtempérer aux consignes de ceux qui devaient le transférer à Bangui", a-t-on cependant expliqué de source militaire.

Principal dirigeant de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP), une rébellion active dans le nord-ouest de la Centrafrique, M. Massi, 57 ans, a été plusieurs fois ministre sous le régime du président Ange-Félix Patassé (1993-2003) et celui de François Bozizé, au pouvoir depuis 2003.

En mai, il avait été arrêté dans le sud tchadien alors qu'il tentait d'aller en Centrafrique, selon N'Djamena, qui l'avait emprisonné pour "infiltration frauduleuse" au Tchad et "tentative de déstabilisation d'un pays voisin".

Il avait été libéré le 8 juillet après avoir manifesté "son intention de faire la paix" avec Bangui, avait dit à l'époque le ministre tchadien de l'Intérieur, Ahmat Mahamat Bachir.


NDLR : Malgré les dénégations du ministre tchadien de l'Intérieur,  ce sont bien in fine, les autorités tchadiennes qui ont capturé et livré Charles Massi à Bozizé, visiblement en échange de bon procédé pour la livraison par Bangui du chef rebelle du FPR Baba Laddé à Déby. Les chefs rebelles opposés aux uns sont arrêtés et livrés pieds et poings liés aux autres comme de vulgaires colis de marchandises. Tout cela est inadmissible. ce n'est pas par hasard que la livraison de Massi est intervenue peu de jours après le réveillon du nouvel an que Bozizé et Ludovic Ngaiféi ont passé en compagnie de Déby dans une caserne de l'armée tchadienne à Sahr. Les méthodes de passage à tabac qu'affectionne la soldatesque de Bozizé ainsi que les mises en détention au secret dans des prisons personnelles du tyran Bozizé sont des pratiques contraires au respect des droits de l'homme et doivent être dénoncées et condamnées comme telles. On le voit, l'Etat de droit en Centrafrique a encore du chemin devant lui...!

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique