Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 01:10




 

Bangui, 4 déc. (ACAP) – Le président de la Commission de Consolidation de la paix pour la Centrafrique auprès des Nations Unies, M. Jan Grauls, a déclaré vendredi 4 décembre 2009, que « le programme désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) est maintenant prêt pour être lancé », au sortir d’une audience avec le ministre d’Etat à la Communication et deuxième vice-président du comité de pilotage dudit programme, M. Cyriaque Gonda.

« Il s’agit de désarmer, de démobiliser et de réinsérer les ex-rebelles, c’est le point de départ pour tous en République Centrafricaine. Sans sécurité, sans paix, tous les efforts de développement qu'on voudrait entreprendre seraient vains, car, ce programme DDR est d'une importance cruciale pour la RCA », a fait remarquer M. Jan Grauls.


« La partie Démobilisation et désarmement prendra 2 à 3 mois. C'est important, il faut que cette partie soit terminée avant les élections. On ne peut pas avoir un territoire non sécurisé, avec encore des rebelles qui sont présents dans certaines parties, et en même temps organiser des élections », a-t-il relevé.


A cet effet, il a souligné que « ce programme DDR est une urgence telle qu’il faut mettre les paquets. Quand on parle de désarmement et de démobilisation des rebelles, on doit parler aussi du processus de réforme du secteur de sécurité (RSS), pour que le citoyen ait de nouveau confiance dans les forces armées, dans la police et dans les institutions », a poursuivi M. Grauls.


Il a également exprimé "le regain d'intérêt" de la communauté internationale pour la République Centrafricaine, suite aux efforts entrepris par le peuple centrafricain et le gouvernement dans le sens du retour de la paix, notamment l'organisation en décembre 2008 du dialogue politique inclusif.


L’Ambassadeur Grauls qui conduit une forte délégation constituée de pays contributeurs du fonds de consolidation de la paix, a affirmé être venu faire un premier bilan de six mois de coopération basée sur le cadre stratégique, qui est selon lui, "un contrat" entre le gouvernement et la communauté internationale.


M. Grauls devrait rencontrer au cours de sa mission les autorités du pays dont le Président de la République, les partis politiques, la société civile, la communauté internationale, la Commission électorale indépendante (CEI), entre autres.

 
Rappelons que le but de la commission de consolidation de la paix est de mobiliser les partenaires pour appuyer les initiatives liées à la consolidation de la paix en République Centrafricaine.



Centrafrique : Visite à Bangui d’une mission de consolidation de la paix de l’ONU

(Xinhua) dimanche 6 décembre 2009 — Le président de la formation Centrafrique de la Commission de Consolidation de la Paix (CCP), l’Ambassadeur Jan Grauls, arrivé jeudi à Bangui à la tête d’une délégation de cette Commission des Nations Unies, devrait visiter, samedi des projets financés par l’ONU dans la localité de Paoua (500 km au nord de Bangui).

Reçu en audience, vendredi en fin de matinée par le ministre d’Etat chargé de la Communication, M. Cyriaque Gonda, M. Grauls a indiqué qu’il fera mardi prochain un premier bilan de la mise en oeuvre du cadre stratégique pour la consolidation de la paix dont les principaux axes sont le programme de désarment (DDR), la réforme du secteur de la sécurité (RSS) et la bonne gouvernance.

« Le projet de DDR est très, très bien avancé pour être lancé très, très prochainement, et donc j’y vois le premier résultat de la commission de consolidation de la paix », a-t-il affirmé, précisant que les premiers observateurs militaires du DDR issus de la Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) étaient déjà arrivés à Bangui.

« C’est un moment historique pour la République Centrafricaine », a également souligné M. Grauls, ajoutant que la partie désarmement et démobilisation, important pour ce programme et censé prendre 2 à 3 mois, doit se terminer avant les élections car « on ne peut pas avoir un territoire non sécurisé avec les rebelles qui sont présents dans certaines parties et organiser les élections ».

Le cadre stratégique a été adopté par la République Centrafricaine et la communauté internationale en mai 2009 afin d’aider à établir et/ou renforcer la confiance entre toutes les parties, aider à améliorer les conditions de vie de la population et poser les bases d’un meilleur futur et identifier les rôles et responsabilités de toutes les parties dans la consolidation de la paix dans le pays.

Les deux parties se sont engagées à évaluer tous les 6 mois la mise en oeuvre des actions prévues par le programme.

La mission de M. Jan Grauls est prévue pour prendre fin jeudi prochain après une rencontre avec la presse.



NDLR : En voilà un qui a de la suite dans les idées et qui est plein de bon sens. Comment en effet aller à des élections quand le pouvoir central ne contrôle qu'une infime partie du territoire. Le DDR doit absolument réussir. Bozizé doit aussi pour cela, remettre les cinq milliards de la CEMAC au BONUCA.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales