Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 00:29

 

 

 

Bozizé KNK ridicule

 

 

Ai- Rca- Vendredi, 06 Mai 2011 18:35 - Le président  François Bozize a présidé le 5 mai le premier conseil des ministres du gouvernement Touadera 3.

 « Vous voilà avec moi pour continuer à apporter votre abnégation, votre disponibilité, votre sens de la méthode et de l’organisation pour la conduite de la politique qu’à travers moi, le peuple centrafricain a de nouveau choisi », a déclaré François Bozizé lors du premier conseil des ministres depuis sa réélection.

« C’est le lieu de souhaiter la bienvenue à celles et ceux qui se trouvent pour la première fois au tour de cette table du conseil des ministres, lieu symbolique par excellence où les grandes décisions pour le pays se prennent », a-t-il poursuivi.

Pour M Bozize, la longévité de M Touadera à ce poste, de premier ministre, tient tout d’abord compte de ses qualités et également grâce à l’harmonie de pensée entre le chef de l’état , porteur d’un projet pour la nation et le premier ministre chargé de la mise en œuvre de cette politique.

Selon le chef de l’Etat, les gouvernements qui se sont succédé et conduits par M Touadera ont réalisé des avancées dans le domaine de la sécurité, de la paix,  de l’économie et de la renaissance internationale de la République Centrafricaine.

« L’Etat étant une continuité, rendre hommage aux gouvernements antérieurs est honorable puisqu’ils ont aussi posé des actes positifs dans l’intérêt de notre pays et qu’il revient à leurs suivants  de renforcer » a-t-il indiqué

En engageant leurs responsabilités respectives, M Bozizé a jugé  opportun de leur rappeler : « vous participez désormais à l’exécutif, vous gouvernerez c’est-à-dire vous allez gérer un pays. Vous déciderez pour la nation, et l’engagerez un peu plus résolument dans la voix de la paix, de la sécurité, du développement, c’est-à-dire de la reconstruction de l’état entreprise depuis le 15 mars 2003 ».

A  l’en croire,  son second mandat est placé sous le signe de l’espérance puissante et  cette espérance  « l’interpelle et interpelle le gouvernement et les forces vives de la nation. La flamme de cette espérance ne doit pas faiblir ».

Il a exhorté  le chef du gouvernement et son équipe  de tout mettre en œuvre pour entretenir et constamment attiser la flamme de cette espérance.

Le Premier ministre Touadera a pour sa part signifié que, la reconduction du chef de l’Etat par le peuple centrafricain à la magistrature suprême  est un pacte démocratique qu’il a signé avec la nation toute entière. Il s’agit, selon lui, pour François Bozizé   de reconquérir l’avenir, et de poursuivre la politique économique et sociale, le  fonctionnement de la démocratie centrafricaine et  continuer à bâtir un Etat fort et prospère.

« Pour honorer un tel pacte, vous avez bien voulu mettre en place un nouveau gouvernement qui doit faire preuve de grande efficacité et de rigueur d’autant  plus les aspirations auxquelles il doit répondre sont plus fortes » a souligné le Chef du gouvernement.

« Sortir la République du sous-développement et assurer le bien-être de son peuple », voilà le grand défi pour lequel le gouvernement Touadera 3 doit y faire face

Il convient de rappeler que le gouvernement Touadera 3  a été mis en place par un  décret présidentiel du 22 avril dernier.

Kabongo, Ai Bangui

 

NDLR : « Selon le chef de l’Etat, les gouvernements qui se sont succédé et conduits par M Touadera ont réalisé des avancées dans le domaine de la sécurité, de la paix,  de l’économie et de la renaissance internationale de la République Centrafricaine ». C’est se moquer des Centrafricains que de déclarer de telles contre-vérités qui ne correspondent nullement à la réalité. Chaque jour qui passe apporte son lot de démentis de ces allégations que ce soit pour l’insécurité dans le pays ou les difficultés économiques.

 Actuellement tous les observateurs et les experts en charge des questions centrafricaines disent parfaitement le contraire voire sont même très inquiets de la situation sécuritaire qu’ils considèrent comme en train de se dégrader de plus en plus. Les rébellions armées n’étant toujours pas désarmées à ce jour, on assiste à une recrudescence de l’insécurité du fait de la multiplication des attaques et des embuscades. Il en est de même de l’économie de la RCA qui continue de se détériorer. Un exemple en est la grève cette semaine même des transporteurs venant de Douala avec leurs camions qui en ont ras le bol d’être systématiquement rackettés et spoliés tout le long du trajet jusqu’à Bangui.  

Comment seront les choses dans ce domaine lorsque les sanctions que s’apprêtent à mettre en œuvre certains partenaires au développement du pays à l’encontre du régime de Bangui, en raison du hold-up électoral de Bozizé et son KNK, entreront en vigueur ? Que Bozizé et Touadéra continuent ainsi de se regarder narcissiquement le nombril et de se congratuler mutuellement en croyant qu’ils sont en train de faire du bon travail ! Lorsqu’ils finiront bien par constater que tout s’est écroulé autour d’eux, ils se rendront bien à l’évidence qu’ils faisaient fausse route. L'Etat centrafricain a-t-il les moyens d'entretenir un gouvernement de trente quatre membres, juste pour satisfaire et remercier quelques gens du KNK ?  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique