Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 00:00

 

 

 

 

 

Ndoutingai-S.jpg

 

26/06/2012 à 16h:18 Par Jeune Afrique

  

L'ancien ministre centrafricain aux Finances et au Budget a réagi après la publication d'un article de Jeune Afrique le concernant.

Explications de l'intéressé.

Il se taisait depuis son limogeage-choc, le 1er juin. Mais un article le concernant paru dans le no 2683 de Jeune Afrique l'a fait sortir de son silence. Lors d'un entretien téléphonique le 19 juin, le colonel Sylvain Ndoutingaï, ancien ministre d'État centrafricain aux Finances et au Budget, affirme qu'il n'est pas en résidence surveillée à Bangui.

Certes, celui qui était considéré comme le numéro deux du régime ne « s'explique pas » les raisons qui ont conduit le président à le démettre, mais il nie toute velléité de complot et ajoute que sa villa n'a jamais été perquisitionnée. Par ailleurs, il juge que ses divergences avec les bailleurs de fonds de la Centrafrique ont été « largement exagérées ».

À preuve, dit-il, « la signature d'un accord avec la Banque mondiale est prévue pour le 25 juin sur la base d'un programme [qu'il a] conclu ». Enfin, dans un message qu'il a fait parvenir à J.A. le 15 juin, Mahamat Ali Ahmat, le chargé d'affaires de l'ambassade du Tchad à Bangui, précise que le contingent tchadien de la garde républicaine centrafricaine a pour mission exclusive d'« assurer la sécurité du chef de l'État ». Ce contingent n'aurait donc en toute hypothèse pas pu participer à une perquisition de la villa de Ndoutingaï.


sur Jeuneafrique.com : Centrafique : le colonel Ndoutingaï répond à Jeune Afrique | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

 

 

NDLR : Ndoutingaï peut s'estimer heureux d'être encore en vie pour pouvoir bavarder ainsi dans les médias. Quand ton limogeage du gouvernement s'est effectué aussi brutalement et a donné lieu à de telles réjouissances de la part des fils de celui-là même que tu crois être ton oncle, tu devrais te poser beaucoup de questions. Tu devrais d'autant plus t'interroger qu'il t'est fait interdiction de quitter le pays ainsi qu'à certains de tes complices et bras droits. Etre ou ne pas être en résidence surveillée n'est la question. Etre ou ne pas rester en vie est la vraie question que Ndoutingaï devrait se poser actuellement lorsqu'on est accusé de ce dont on l'accuse. Tout le reste et ces pseudos démentis ne sont que peanuts.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique