Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 02:58

 

 

 

Gata-Ngoulou.jpg

 

 

Par Sébastien Lamba - 01/06/2011JDB

Le ministre des Finances et du Budget du Tchad, Gata Ngounlou a séjourné dans nos murs afin de lancer cette levée de fonds sur les marchés de la sous-région

 

Le ministre tchadien des Finances a indiqué que cet Emprunt est assorti d’un certain nombre de conditions notamment le taux d’intérêt de 6% et remboursable sur une durée de 5 ans. Cette opération de levée des fonds se fera au profit des Institutions Bancaires, des Assurances et des particuliers. Il a ajouté que cet Emprunt est levé sur tous les marchés financiers de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale(CEMAC). Le ministre Gata Ngoulou a affirmé que «Le Tchad a levé 100 milliards de FCFA pour le financement de ses projets prioritaires de développement». C’est là la substance de sa mission en terre centrafricaine.

 Pour intéresser davantage son pays hôte, il a rassuré que la République Centrafricaine peut également souscrire à cet Emprunt Obligataire bien que n’étant pas un pays pétrolier car, a-t-il admis «l’Emprunt Obligataire est un outil au service des pays de la CEMAC». Concernant la fiscalité, le ministre Tchadien a souligné que les obligations et les intérêts y afférents seront exonérés d’impôts dans les Etats membres de la CEMAC. «Les fonds collectés au titre de cet emprunt serviront, d'une part, à la réalisation d'un certain nombre de projets d'investissement public indispensables pour le développement du Tchad et d'autre part à l'apurement de sa dette intérieure», a précisé Gata Ngoulou. Ces projets concernent le domaine des infrastructures (achèvement de la construction de l'aéroport de Moundou, modernisation du réseau routier, aménagement et bitumage des voies à N'Djaména et dans le reste du pays), le secteur de la santé (construction et équipement des établissements hospitaliers et des centres de santé) et le domaine de l'éducation (construction des écoles et lycées, ainsi que l'achèvement de l'université de Toukra).

Le Président de la Commission de Surveillance des Marchés Financiers(COSUMAF), Alexandre Gandou a lancé un appel aux chefs d’Etat de la CEMAC d’emboité le pas et de moderniser leur mode de financement en venant sur ce marché. Il a précisé que, les personnes concernées sont les personnes physiques et morales des pays membres de la CEMAC ainsi que les investisseurs régionaux et internationaux. La période de souscription devra s'achever le 23 juin 2011. La durée de l'emprunt est de cinq ans, soit jusqu'en 2016. La dette publique intérieure du Tchad, quant à elle, est estimée à 249,7 milliards francs CFA environ (soit 7,7% du PIB) à la fin 2009.

 

NDLR : Cet emprunt tombe vraiment mal, c'est le moins qu'on puisse dire. Dans le contexte des relations centrafricano-tchadiennes à l'heure actuelle, il y a lieu de se demander si ce genre d'initiative pourrait connaître beaucoup de succès en RCA. Avec toutes les recettes pétrolières du Tchad, que ce pays voisin et frère soit obligé de lancer un emprunt obligataire, il y a vraiment lieu de se poser des questions. Où va l'argent du pétrole tchadien car avec tous les milliards qu'engrange ce pays, il pouvait valablement se passer de ce genre de chose et financer très aisément sur le budget de l'Etat tous ses grands travaux d'équipements et autres infrastructures dont le financement sert de prétexte à la levée de cet emprunt obligataire !

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE