Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 17:59

 

 

Bozizé à Bruxelles le 17 juin 2011

 

Source : tchadpages.com lundi 7 novembre 2011

Le Président de la République centrafricaine, François Bozizé, a été pris au piège, le vendredi, à Lagos dans un avion pendant environ 30 minutes par une averse orageuse, après son arrivée à l’aile VIP de l’aéroport international Murtala Muhammed.

Le Président Bozizé qui venait d’Abuja à bord d’un jet Gulfstream pour s’occuper des questions personnelles, a débarqué plus tard après que la pluie s’était calmée et une voiture l’a pris au pied de l’avion pour le conduire au salon VIP où il est resté jusqu’à la fin de la pluie.

Pendant ce temps, la pluie accompagnée des vents très violents, a fait des ravages à l’aéroport de Lagos, en détruisant les toits des principaux bâtiments, dont celui du maintien de la Force aérienne du Nigeria (NAF), situé à quelques mètres du salon VIP et du salon présidentiel.

La visibilité au vol a été considérablement réduite, obligeant les avions en vol à tourner dans le ciel et les avions de passagers au sol ont dû attendre avant de décoller. Pendant environ 45 minutes, il n’y avait pas d’atterrissage ou de décollage dans le terminal domestique de l’aéroport.

Les vents violents accompagnant cet orage ont abattu des arbres, ce qui a provoqué un embouteillage de plus d’un kilomètre de long, bloquant ainsi la sortie du nouveau terminal de l’aéroport de Lagos.

Quelques poteaux électriques autour du Sam Ethnan, la base aérienne, sont tombés. Cela a perturbé la circulation. Pendant plus d’une heure, les navetteurs et les automobilistes étaient bloqués jusqu’à l’arrivée des hommes d’Air force qui ont lutté pour enlever les arbres et les poteaux électriques tombés sur la route.

Le vice-gouverneur de l’Etat de Lagos, Mme Adejoke Orelope-Adefulire qui était venue pour accueillir le président centrafricain n’a pas été épargnée, elle se précipita dans le salon pour se mettre à l’abri.

Ensuite, le Président Bozizé, dans un convoi de 21 voitures, est parti vers une destination inconnue.

 

NDLR : « Le Président Bozizé qui venait d’Abuja à bord d’un jet Gulfstream pour s’occuper des questions personnelles » et encore « le Président Bozizé, dans un convoi de 21 voitures, est parti vers une destination inconnue. » C’est hallucinant ! Lorsqu’on prétend avoir été élu président d’un pays avec plus de 66 % des suffrages mais qu’on laisse le pays en question se débattre avec une malnutrition infantile sévère, une pénurie de viande, de courant électrique et d’eau potable, une épidémie de choléra qui couve, une grave insécurité endémique, des ponts qui s’effondrent à la chaîne dans sa capitale, on ne voyage pas pour s’occuper des "questions personnelles" et on ne part pas vers une "destination inconnue". Bozizé ruse actuellement avec les Centrafricains qui sont de plus en plus nombreux à savoir que leur président est malade mais cherche désespérément à le dissimuler. Sous prétexte de « questions personnelles », c’est sans nul doute pour tenter de se faire soigner par des charlatans nigérians qu’il a consenti à faire ce mystérieux déplacement de Lagos en question. Il a quitté Bangui incognito à 5 heures du matin du jeudi dernier pensant que personne ne le saurait. Peine perdue ! Le monde est aujourd'hui un village planétaire.  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique