Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 22:32

 

 

 

Bozizé l'air hagard

 

Après deux semaines de consultations et de conciliabules prises par le PREMIER MINISTRE pour composer un gouvernement d'union nationale comme le préconisaient les accords de LIBREVILLE, les CENTRAFRICAINS se sont réveillés le dimanche matin, 3 Février 2013, avec l'annonce de la composition d'un gouvernement supposé d'union nationale, gouvernement qui va donner beaucoup d'espoir aux CENTRAFRICAINS qui se croyaient enfin sortis d'une longue période d'incertitude et d'angoisse, tant la situation du pays était floue et sans horizon clair.

 

Le désenchantement du peuple n'a pas tardé à se faire jour, à cause une fois de plus du comportement combien honteux de celui qui prétend présider aux destinées de ce pays. Par ce qu'il croit être de la ruse ou encore de la roublardise, BOZIZE ne fait que mettre en relief la HAINE qu'il a pour le CENTRAFRIQUE et son PEUPLE.

 

Pendant les dix années qu'il a passées au pouvoir, il n'a fait qu'enfoncer le CENTRAFRIQUE dans l'abîme. Toutes les photos prises du CENTRAFRIQUE aujourd'hui sont là pour le prouver. Il suffit de voir l'état des hôpitaux, des établissements scolaires, des bâtiments publics, des routes et de tout ce qui fut hier la représentation de ce qui n'était qu'un embryon d'infrastructures pour s'en convaincre.

 

Pendant dix ans, BOZIZE a réussi à faire classer le CENTRAFRIQUE au premier rang des pays les plus pauvres au monde, et il ne s'en est pas caché en déclarant lui même que le CENTRAFRIQUE était un « pays pauvre » parmi les plus pauvres, un pays pauvre qui a fait de ses fils et de ses neveux des millionnaires si ce sont des milliardaires.

 

La naissance du FARE 2011 a été possible grâce aux fraudes de grande ampleur enregistrées lors des élections présidentielle et législatives, élections truquées pour perpétrer le pouvoir d'un individu parvenu à la magistrature suprême par le biais d'un coup de force antidémocratique.

 

Tout comme le FARE 2011, la coalition SELEKA a vu le jour à cause de l'entêtement d'un individu qui ne souhaite que le mal pour ce pays. Un individu qui verrait d'un bon œil le sang des CENTRAFRICAINS couler le long des routes, ou remplacer l'eau des canalisations des villes.

 

Ceux qui ont vu les images du RUANDA dans les périodes les plus difficiles de la barbarie humaine ne peuvent pas accepter qu'on distribue des machettes aux parents et fans « embrumés » pour leur demander de réagir, comme on a vu des frères décapiter leurs propres frères, leurs propres amis sans le moindre tressaillement d'horreur.

 

De là à comprendre le funeste dessein qui consiste à chercher à engager çà et là des hommes pour mettre le feu à tout moment dans BANGUI et dans d'autres villes de province, il n'y pas deux pas à faire.

 

A partir de ce constat, il convient de se demander pourquoi BOZIZE a tant de haine pour le CENTRAFRIQUE. Il convient de savoir ce que le pays et son peuple lui ont fait pour qu'il puisse avoir un tel comportement eu égard à l'avenir de ce territoire.

 

Des dix années qu'il a passées au pouvoir, il n'a jamais porté la vraie casquette de chef de l’État, car un chef de l’État n'est rien d'autre qu'un père, un père pour son pays et pour son peuple.

 

Les CENTRAFRICAINS ont pris leur courage à deux mains pour sortir du pays afin d'aller laver leur linge sale à LIBREVILLE, BOZIZE n'a rien compris à cela ou du moins comme le pays lui importe peu, il savait qu'il allait toujours compter sur ses fourberies pour berner une fois de plus ceux qui veulent un autre avenir pour ce pays.

 

Si seulement il avait l'amour du pays, il aurait compris qu'il revenait de très très loin du moment où la coalition SELEKA a mis de l'eau dans son vin en acceptant qu'il continue à assumer les fonctions qui sont actuellement les siennes jusqu'à la fin de son mandat. Il aurait compris qu'il revenait de très loin quand on exigeait son départ et l'annulation des élections dont il est le grand bénéficiaire.

 

Passer outre les accords de LIBREVILLE, publier un gouvernement qui n'a pas été approuvé par les parties prenantes de ces accords, est indigne de quelqu'un pour qui on doit du respect, quelqu'un qui au titre qui est le sien, doit mériter ce respect.

 

BOZIZE n'a trahi personne car il ne sait certainement pas ce que trahir veut dire. Ce qui est certain c'est qu'il éprouve une haine viscérale pour le CENTRAFRIQUE et son PEUPLE.

Le comportement dont il fait montre et son indifférence vis à vis de ses paires, de ses partenaires et de ses adversaires politiques le disqualifie des responsabilités de chef de l’État et font désormais qu'il ne mérite même pas de revendiquer quoi que ce soit au niveau de la formation du gouvernement de CENTRAFRIQUE, dont il souhaite le plus grand mal.

 

Il appartient à l'opposition politique et à la coalition SELEKA de le comprendre, car BOZIZE a montré que tout gouvernement qui inclurait des membres de la « frauduleuse majorité présidentielle » est une équipe vouée à l'échec.

 

Face aux agissements de BOZIZE, l'opposition politique centrafricaine et la coalition SELEKA doivent prendre à témoin le médiateur de la crise CENTRAFRICAINE, et prendre leurs responsabilités en n'acceptant plus dans la composition du gouvernement que des hommes neufs, qui n'ont jamais servi quelque gouvernement que ce soit, et cela en tant membres, et en veillant à ne pas dédoubler les portefeuilles ministériels, comme BOZIZE a cru rouler le monde avec son funeste projet.

 

Un gouvernement de transition est un gouvernement missionnaire, qui n'a pas besoin d'être trop large pour être efficace.

 

Le PEUPLE attend un gouvernement de confiance, le CENTRAFRIQUE veut avancer dans la voie de la PAIX , de la JUSTICE et du PROGRES.

 

Etienne MOWORO

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion