Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 22:51

 

 

 

Massi.jpg

 

 

Le 03/12/2010 - La plainte contre X déposée en août dernier, en France, par les avocats François Gibault et Jean-Charles Tchikaya afin de faire la lumière sur la disparition, il y a tout juste un an, de l'opposant centrafricain Charles Massi, a été jugée recevable suite aux premières investigations de la police judiciaire française. Saisi dans un premier temps, le parquet de Paris a transféré le dossier, le 23 novembre, au procureur de la République de Versailles, déclaré compétent territorialement.

 

Les autorités judiciaires françaises sont donc habilitées à instruire cette plainte pour "torture, traitements inhumains et meurtre" dans le cadre de laquelle des proches du président François Bozizé, voire le chef de l'Etat lui-même, pourraient être entendus. Ancien ministre de Bozizé passé du côté de l'opposition, Charles Massi a disparu en décembre 2009 après avoir été arrêté au Tchad puis remis au régime en place à Bangui. Il serait décédé dans la prison de Bossembélé des suites des traitements infligés par des membres de la Garde présidentielle (GP) centrafricaine.

 

Pour appuyer leur démarche, les deux avocats, défenseurs de la famille Massi représentée par le beau-fils de l'opposant disparu, Eric Neris-Massi, se fondent sur des éléments de preuve "accablants" émanant d'autorités ministérielles centrafricaines et de militaires proches de Francis Bozizé, fils du chef de l'Etat et actuel ministre délégué à la présidence chargé de la défense. A suivre…

 

Copyright 2010 - La Lettre du Continent - tous droits réservés

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers