Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 02:35

 

 

logo-Radio-France-Internationale.jpg

 

 

 

Kabongo 17 Mai 2010 Africa Info (Douala)

 

Suite aux déclarations du journaliste Jean Baptiste Placca ces derniers jours sur les antennes de radio France internationale (RFI), annonçant la mort de 7000 malades du Sida suite à la rupture des ARV, la coordonnatrice nationale du comité national de lutte contre le Sida (Cnls) Hyacinthe Wodobodé, jointe au téléphone par l'Agence Ai, a fait part de son indignation.

Tout en remerciant d'abord l'Agence Ai « pour cette initiative qui lui permettra de redresser les informations telles que diffusées sur Rfi », Hyacinthe Wodobodé a déclaré que « M Placca manque d'objectivité. En disant que je ne suis pas prédestinée à la fonction de coordonnateur, il ignore que le Cnls n'est pas une dynastie pour qu'on puisse être prédestinée à le diriger. M Placca s'est permis d'avancer les chiffes de 7000 morts suite à la récente rupture d'ARV. Je ne sais d'où est-ce qu'il tire sa source? Mais une chose est certaine, M Jean Baptiste Placca a étalé son ignorance avérée sur le phénomène Sida en République Centrafricaine".

A en croire la coordonnatrice, le gouvernement centrafricain n'est pas irresponsable pour ne pas réagir devant 7000 morts, chiffre qui est en soi une hécatombe, et ne pas prendre les mesures qui s'imposent.

Selon elle, c'est difficile pour les autres nationalités d'admettre que le Centrafricain est lui aussi doté d'un génie. « Depuis que le Cnls , structure nationale, a hérité du programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) la gestion des subventions du fonds mondial , certaines personnes ne semblent pas admettre que le Centrafricain est aussi doté d'un génie comme n'importe quelle nationalité", a fait remarquer Mme Wodobodé.

Elle refuse d'admettre la remise en cause de la gestion de l'équipe dirigeante du Cnls. "Si moi-même et mes collaborateurs étions si incompétents, le fonds mondial n'allait pas nous renouveler sa confiance en nous octroyant de nouveaux ses ressources". Et Mme Wodobodé de rappeler la signature du « round 8 paludisme » pour une valeur de plus de 27 millions d'euros, soit plus de 20 milliards de francs CFA, pour la lutte contre le paludisme en république Centrafricaine, pour les cinq années à venir. "Cette maladie ne rentre pas dans les missions du CNLS, mais la gestion de la première phase de ce « Round 8 paludisme » nous a été confiée", a-elle dit.

Concernant son poste de coordonnateur que M Placca a estimé que c'est une sorte de récompense, Mme Wodobodé a fait savoir que cela n'était nullement le cas. "Les nominations relèvent du pouvoir discrétionnaire du Chef de l'Etat. On ne va dire qu'en Centrafrique, personne n'a du mérite et que le chef de l'Etat ne fait que récompenser », a-t-elle expliqué, rappelant que : « J'ai été deux fois membre du gouvernement. Qu'est ce qu'on me reprochait au ministère du Commerce dont j'avais la charge et au ministère de la Justice?"

Pour mettre fin à ce qu'elle a qualifié de cabale médiatique, Mme Wodobodé a souhaité animer dans les tout prochains jours, une conférence de presse où elle invitera des correspondants des radios internationales présentes à Bangui pour dire sa part de vérité.

"Je ne sais pas ce que M Placca reproche, à moi et à mes collaborateurs. Les associations de personnes vivant avec le VIH /Sida sont dans le pays, personne ne s'est particulièrement plaint de cette rupture au mois de janvier et février. Pour le Cnls, il n'y a pas eu de malversation ou de mauvaise gestion ni des fonds ni des ARV. M Placard n'a qu'à apporter des preuves s'il en a. Nous ne savons pas à quel dessein cet amalgame est fait. Sachant bien que c'est le chef de l'Etat François Bozize qui est le président du CNLS, c'est le président de la République qu'on veut viser à travers moi", a conclu, furieuse, Mme Wodobodé.

 

NDLR : "Sachant bien que c'est le chef de l'Etat François Bozize qui est le président du CNLS, c'est le président de la République qu'on veut viser à travers moi". Chère Mme, si le CNLS est actuellement sur la sellette, ce n'est certainement pour rien. Il n'y a pas de fumée sans feu. Plusieurs de vos compatriotes sidéens ont pati et subi les conséquences de votre mauvaise gestion qui a entraîné une intérrruption momentanée des financements combien précieux du Fonds Mondial. Certains sont même désormais deux pieds sous terre, vous ne pouvez le contester. Un peu de décence! Faites montre d'un peu de modestie, d'humilité et souffrez qu'on puisse vous dire certaines choses qui ne vont pas dans votre gestion de cette importante structure dont vous avez effectivement raison d'affirmer qu'elle relève de la responsabilité directe de Bozizé, ce qui ne doit vous conférer ni absolution, ni bouclier.Vous vous vantez d'avoir été deux fois ministre dans ce pays. Les Centrafricains en ignorent les vraies raisons qui après tout, ne regardent que vous et celui-là même qui a cru devoir vous prendre dans son gouvernement. Avez-vous réussi à un concours pour être ministre ? Ce parapluie dont vous revendiquez et vantez si fortement la protection n'assurera pas votre impunité ad vitam aertenam. Il commence d'ailleurs déjà à se fissurer et finira bien par vous laisser un jour à découvert sous la pluie.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers