Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 01:52

bonne-annee

Joseph-Kony.jpg

      Joseph Kony (LRA)

KAMPALA (AFP) - samedi 02 janvier 2010 - 16h10 - L'un des plus hauts commandants de la rébellion ougandaise de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), présenté par Kampala comme l'actuel n°2 de la rébellion, a été tué vendredi en Centrafrique par l'armée ougandaise, a affirmé samedi le porte-parole de l'armée à Kampala.

Plusieurs sources sécuritaires ougandaises interrogées par l'AFP ont indiqué qu'elles considéraient la victime, Bok Abudema, comme le numéro 2 de facto de la rébellion ces derniers mois.

"Bok Abudema a été tué au nord de Djema (sud-est de la Centrafrique) vendredi", a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Felix Kulayigye.

"C'est le cadeau de nouvel an à l'Ouganda. Il était un commandant notoire (de la LRA) mais sa vie vient de prendre fin", a ajouté le porte-parole.

Selon M. Kulayigye, Bok Abudema a été la seule victime de l'attaque menée vendredi par l'armée ougandaise qui a recueilli deux femmes qui se trouvaient avec lui.

Ces informations n'ont pas été confirmées de source indépendante.

Dirigée par Joseph Kony, la LRA, une des guérillas les plus brutales au monde, a commencé à être active en 1988 dans le nord de l'Ouganda.

Selon l'armée et les services de renseignements ougandais, Abudema avait pris la place du commandant en second de la LRA Okot Odhiambo, blessé fin 2008 ou début 2009 dans des combats avec l'armée ougandaise.

"Après qu'Odhiambo a été sérieusement blessé, Abudema a pris sa place en tant que commandant en chef et adjoint de Kony", a assuré à l'AFP un haut responsable des services secrets ougandais.

Okot Odhiambo, recherché par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre, avait négocié sa reddition aux autorités ougandaises début 2009 avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) mais ne s'était pas présenté.

"En ce qui nous concerne, et pour le moment, il n'est plus une menace", a ajouté le responsable ougandais.

Depuis 2005, les combattants de la LRA se sont éloignés de leurs bases du nord de l'Ouganda pour s'installer dans l'extrême nord-est de la RDC.

Les armées ougandaise et congolaise ont mené de décembre 2008 à mars 2009, avec le soutien du Sud-Soudan, une vaste offensive qui a échoué à capturer Kony ou à neutraliser son mouvement dans cette partie très isolée de l'ex-Zaïre.

La LRA a multiplié depuis les attaques contre les populations, en RDC, dans l'est de la Centrafrique, et au Sud-Soudan. Mais plusieurs de ses officiers ont été tués ou capturés au cours des derniers mois.

Joseph Kony et ses deux principaux adjoints sont recherchés par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre.

En décembre, le Haut commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme a publié deux rapports étayant les accusations de "crimes contre l'humanité" à l'encontre des rebelles de la LRA en RDC et au Sud-Soudan.

Dans ces rapports, le Haut commissariat faisait état de près de 1.300 personnes tuées dans les deux pays entre septembre 2008 et juin 2009, et détaillait nombre "de violations systématiques et généralisées des droits de l'Homme menées par la LRA" contre les civils.

Ces actes "pourraient constituer des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité imprescriptibles par nature selon le droit international", avaient-ils expliqué.

 

NDLR : C’est désormais sur le sol centrafricain, véritable ventre mou et maillon faible d’Afrique centrale, que tombent les uns après les autres les principaux bras droits et lieutenants du criminel et sanguinaire Joseph Kony, traqués qu'ils sont dans leur dernier retranchement par l’armée ougandaise. Quelle honte pour l’armée centrafricaine et son général en chef François Bozizé dont on finit par se demander s’il n’est pas quelque part de connivence avec Joseph Kony qui doit se trouver sans doute sur le territoire centrafricain depuis des lustres mais que rien ne montre que Bozizé se résout à capturer ! L'Ouganda et la RDC ont bouté les hordes criminelles de la LRA hors de leur territoire pour les coincer dorénavant à l'extrême Sud-Est de la RCA dont la population civile innocente est contrainte de payer un lourd tribut du fait de l'incapacité de l'armée de son pays à la défendre.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation