Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 16:04

 

 

Tiangaye Nicolas

 

BANGUI - AFP / 27 octobre 2010 15h55 L'opposition et les ex-rébellions centrafricaines ont dénoncé mercredi la modification des dates de dépôt des candidatures pour les élections de janvier 2011, avancée et réduite de 31 à 12 jours par la Commission électorale indépendante (CEI).

Cette période devait courir du 8 novembre au 10 décembre. Son ouverture a été avancée et sa clôture fixée au 8 novembre au lendemain d'une réunion entre le président François Bozizé, les acteurs politiques et la société civile.

Lors de cette rencontre, le 19 octobre à Bangui, M. Bozizé avait jugé longue la période d'un mois pour la réception des candidatures aux élections présidentielle et législatives prévues le 23 janvier 2011 (éventuel second tour le 20 mars).

Dans un communiqué reçu par l'AFP, le Collectif des forces du changement (CFC), regroupant l'opposition et les ex-rébellions intégrées au processus de paix, dénonce une "décision unilatérale prise par le président de la CEI (Joseph Binguimalé) à l'insu des autres membres de la commission électorale" pour cette modification du calendrier électoral.

Le CFC "rejette la décision arbitraire et unilatérale de M. Binguimalé modifiant les dates de dépôt et de clôture des candidatures en les fixant du 28 octobre au 8 novembre 2010" et "s'en tient" aux anciennes dates.

Pour lui, cette modification viole le Code électoral ainsi que l'accord signé le 10 août 2010 par la classe politique et les ex-rébellions et censé permettre aux Centrafricains d'aller aux élections dans de bonnes conditions.

"Le président de la commission électorale manque de respect concernant les dispositions arrêtées par consensus (...) en modifiant des dates fixées dans le cadre d'un accord. Nous voulons aller aux élections mais il faudra que juridiquement et techniquement cela soit possible. Or, pour l'instant, c'est impossible", a déclaré le porte-parole du CFC, Me Nicolas Tiangaye.

Dans son communiqué, le Collectif réclame la démission du président et du porte-parole de la CEI, la publication d'un audit réalisé en début d'année sur le financement des élections et précise qu'il "se réserve le droit de retirer ses représentants à la CEI si ses exigences ne sont pas satisfaites".

Joint par l'AFP, le porte-parole de la commission électorale, Rigobert Vondo, a défendu la modification du calendrier basée, selon lui, sur des "dispositions techniques".

"La CEI a jugé que les dates retenues pour la période de dépôt des candidatures obéissent à des dispositions techniques. (...) Si les opposants veulent contester les dates, la justice est là pour ça", a affirmé M. Vondo, sans autres commentaires.

(©)

 

NDLR : Rigobert Vondo ce « doungourou » du vrai faux pasteur se fout du monde maintenant qu’il est bien repu des « fonds politiques » qu’il n’a cessé de percevoir à la CEI. Il y a-t-il une justice en Centrafrique actuellement ? La preuve, Bozizé vient de s’asseoir sur l’arrêt du Conseil d’Etat sur le découpage des circonscriptions électorales aux législatives en refusant de signer un autre décret conforme à cette décision.  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique