Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 20:11
 
 
 
Baba-Ladde1
Bientôt la fin de Baba Ladé et de Kony (dixit Bozizé)
Radio Ndéké Luka Mardi, 31 Janvier 2012 16:53
Le président de la  République Centrafricaine François Bozizé s’est dit confiant pour un rétablissement de la paix dans les  zones où sévissent les rébellions du tchadien Baba Ladé et de l’ougandais Joseph Kony. Il vient d’annoncer  le 29 janvier 2012, sur les ondes d’une station internationale que la fin de l’aventure de ces derniers qui règnent encore en maître sur son territoire est pour bientôt.
Des propos tenus en marge du 18ème Sommet des Chefs d’Etat de l’Union Africaine dont les travaux sont renvoyés au mois de juin 2012, pour dégager un consensus sur la désignation d’un  leader à la tête de cette organisation.
Au sujet de Baba Ladé, Bozizé a indiqué les dernières offensives conjointes des Armées tchadiennes et Centrafricaines ont permis de « neutraliser » les bases de ce « terroriste ».
Le Chef de l’Etat centrafricain a tout de même reconnu que « les combats ont été difficiles avant de venir à bout de Baba Ladé encore en cavale dans le secteur touché par les attaques ». Pour lui, « Baba Ladé ne constitue plus une menace pour son pays. D’autres stratégies militaires seront mises en place pour le capturer».
Concernant Joseph Kony de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA), François Bozizé a affirmé que « ce rebelle qui s’était présenté sur le territoire centrafricain comme un refugié, s’illustre finalement en bourreau contre le peuple : Exactions, viols vols, pillages des paisibles citoyens. Il est déjà localisé même si ce n’est pas encore avec  précision. Et, ses jours sont comptés, grâce aux appuis des Etats ougandais, centrafricain et américain ».
Sur la question de l’arrestation de l’ex-chef de file de l’Armée populaire pour la Restauration de la Démocratie (APRD), Jean-Jacques Demafouth il y a 3 semaines, pour « atteinte à la sureté intérieure de l’Etat », le président a mentionné que, « seule la justice pourrait faire son travail pour rétablir la vérité. Il est inadmissible que Demafoouth cherche à déstabiliser le pays, en dépit de tous les efforts fournis pour son retour sur son territoire après quelques années d’exil ».
 
 Boz au sport
 
Centrafrique : L’ex-rebelle Demafouth « cherchait à déstabiliser » (Bozizé)
 
J Jacques Demafouth
 
Bangui 31 Janvier 2012 - 16:54 (AFP) - Le président centrafricain François Bozizé a affirmé mardi que Jean-Jacques Demafouth, chef de la principale ex-rébellion, "cherchait à déstabiliser le pays" selon les informations dont il dispose, dans un entretien à Radio France International (RFI).
 
"Selon ce qui m'est parvenu, Demafouth cherchait à déstabiliser le pays. Pour une personne de son rang, vouloir couper l'ensemble des forces politico-militaires pour reprendre la lutte - au nom de quoi, je ne sais - c'est méchant", a déclaré le président.
 
"C'est ce qu'on lui reproche, les enquêtes se poursuivent et nous verrons ce que la justice pourra présenter", a-t-il ajouté.
 
Le chef de l'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD, principale ancienne rébellion centrafricaine) Jean-Jacques Demafouth est en détention depuis le 6 janvier, accusé de "déstabilisation du pays" en prenant contact avec d'autres mouvements rebelles, ce qu'il nie.
 
L'APRD a démenti samedi tout contact avec le "général" Baba Laddé, chef de la rébellion tchadienne du Front populaire pour le redressement (FPR), attaqué par les armées tchadienne et centrafricaine les jours précédents dans le nord de la Centrafrique.
 
L'ex-rébellion centrafricaine a aussi annoncé avoir "suspendu provisoirement sa participation au processus de paix" pour "exiger la libération de son président Jean-Jacques Demafouth", tout en affirmant qu'elle ne cherchait pas "à replonger le pays dans un cycle de violences".
 
Le général Bozizé a par ailleurs confirmé que les forces centrafricaines et tchadiennes contrôlaient le secteur de l'ancienne base du "général" Baba Laddé à Wandago (nord) depuis dimanche.
 
"Le combat a été un peu difficile, mais les deux armées ont réussi à le neutraliser. Il est en fuite actuellement et tout son PC a été détruit. Il est encore dans le secteur, cherchant à trouver une issue: je sais laquelle, l'armée s'organise et est toujours à sa poursuite", a déclaré le président, assurant que son groupe était "neutralisé" et que le chef rebelle serait capturé "tôt ou tard".
 
 
  
NDLR : Voilà bientôt un mois que Demafouth a été arrêté. S'il est vrai qu'il voulait déstabiliser le régime comme on le prétend, il n'y a pas besoin d'autant de temps pour mettre les preuves sous son nez et en informer l'opinion. On ne peut pas d'abord arrêter quelqu'un de façon aussi spectaculaire,(dans le bureau du demi-dieu ministre de la justice Firmin Findiro) et ensuite tenter de confectionner le dossier à charge. L'embarras avec lequel Bozizé, qui ne comprend visiblement rien aux dispositions du code de procédure pénale sur les délais de garde à vue, a répondu aux questions dans son interview à RFI depuis Addis-Abeba, est manifeste et montre bien que ce dossier Demafouth est vide mais Bozizé semble déjà s'être fait sa religion puisqu'il accuse Demafouth de "méchanceté".   
 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers