Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 00:52

 

 

 

Shaolin victoire

 

 

L’ancien président Ange Félix Patassé est mort

Radio Ndéké Luka  Mardi, 05 Avril 2011 19:27

L’ancien président Ange-Félix Patassé est décédé ce mardi 5 avril 2011 dans un hôpital à Douala (Cameroun). L’annonce de sa disparition a été confirmée à Bangui par son porte-parole, Guy Simplice Kodégué, sur les ondes de Radio Ndeke Luka.

Il a notamment déclaré : « Je confirme le décès de l’ancien président Ange Félix Patassé. Il est décédé à Douala ce jour. J’étais en communication avec lui aux environs de 16H et à 18H, son médecin personnel m’a appelé pour m’annoncer son décès. Il devait se rendre à Malabo mais a été admis en urgence à l’Hôpital de Douala ».

Ange Félix Patassé avait pu enfin quitter Bangui le  2 avril dernier, pour se rendre à Malabo en Guinée Equatoriale. A deux reprises, il avait été empêché de quitter le pays pour recevoir des soins à l’étranger. Une première fois, l’avion spécial que devait envoyer le président équato-guiéen pour son transfert n’a pas obtenu l’autorisation de survol du territoire centrafricain et d’atterrissage à Bangui.

La seconde  tentative date du mercredi 30 mars dernier. Ce jour-là, Monsieur Patassé avait été interdit de prendre le vol de Kenya Airways après s’être pourtant présenté à l’aéroport et obtenu les assurances qu’il pouvait voyager. Ces assurances lui avaient été données par  l’ancien président burundais Pierre Buyoya, médiateur dans la crise centrafricaine, lequel avançait un engagement obtenu du président François Bozizé lui-même. Or les autorités sécuritaires de l’aéroport disaient s’appuyer sur des instructions émanant de la « haute hiérarchie de l’Etat ».

Finalement, l’ex chef d’état centrafricain avait pu embarquer à destination de Douala à bord d’un vol régulier de Kenya Airways. De là il devait prendre un autre vol pour Malabo. Mais il sera finalement admis dans un hôpital à Douala au Cameroun.

Ange Félix Patassé est né à Paoua le 25 janvier 1937. Il s’était présenté aux élections présidentielles et législatives de janvier 2011 et était arrivé deuxième derrière le président François Bozizé et devant son ancien Premier Ministre Martin Ziguélé.

Sous la présidence de Jean-Bédel Bokassa, il a été plusieurs fois au gouvernement : ministre du développement entre janvier 1966 et avril 1968, ministre du Développement rural entre mai 1972 et avril 1973, ministre du Tourisme, de l'eau, des bois, de la chasse et de la pêche entre juin 1974 et octobre 1975. Il est nommé Premier ministre en 1976.

Devenu président de la République en octobre 1993, il est réélu en 1999. Ange Félix Patassé est renversé par le coup d’État de François Bozizé le 15 mars 2003.

 

 

 

BANGUI (AFP) - 05.04.2011 21:25 - L'ancien président centrafricain Ange-Félix Patassé (1993-2003) est décédé, à l'âge de 74 ans, à Douala mardi au Cameroun où il était arrivé quelques jours plus tôt après avoir cherché à quitter la Centrafrique à deux reprises pour des raisons de santé.

"Le président Patassé est mort. Il est mort aujourd'hui (mardi) dans un hôpital de Douala", a déclaré Guy-Simplice Kodégué, porte-parole de l'ancien président, arrivé deuxième de l'élection présidentielle de janvier derrière François Bozizé, l'homme qui l'avait renversé en 2003 et dont il refusait de reconnaître la réélection.

"Je ne connais pas toutes les circonstances", a-t-il dit ajoutant, elliptique: "il y a a eu beaucoup de choses, mais pour l'instant je ne peux que confirmer la nouvelle de la mort. Un communiqué sera publié à cet effet" prochainement.

L'entourage d'Ange-Félix Patassé a accusé les autorités de ne pas le laisser quitter le territoire pour un "contrôle médical" alors qu'il souffrait de problèmes de diabète qui lui avaient valu d'être interné quatre jours dans une clinique de Bangui, selon son porte-parole.

Il n'avait pu prendre ni un vol de Kenya Airways le 30 mars pour Malabo ni un autre le 22 mars affrété par le président Obiang Nguema, selon son porte-parole.

Samedi, il avait finalement quitté Bangui pour Malabo, via Douala. Ayant raté sa correspondance à Douala (sud Cameroun), il a été hospitalisé dans la capitale économique du Cameroun, selon son ancien Premier ministre et opposant Martin Ziguélé.

Il était interné à l'hôpital général de Douala, selon deux journalistes locaux contactés par l'AFP.

Son départ avait "été rendu possible après une rencontre vendredi au palais présidentiel entre le ministre d'Etat chargé des Affaires présidentielles, Michel Gbézéra Bria, et une délégation du président Patassé", avait expliqué M. Kodégué.

M. Ziguélé, dont M. Patassé a été le mentor avant de devenir son ennemi politique, a estimé que c'était "une grande perte". Les deux hommes s'étaient réconciliés il y a quelques semaines au sein de l'opposition à François Bozizé.

M. Ziguélé a immédiatement soulevé que l'ex-président avait été "empêché de sortir du pays à deux reprises. La première fois, il y a 15 jours. Je suis convaincu qu'on n'en serait pas là, si on l'avait autorisé à sortir" pour ses soins.

"Il a été très fatigué par ces atermoiements", a-t-il pointé.

Sollicité pour une réaction par l'AFP mardi, le porte-parole du gouvernement, Fidèle Ngouandjika, qui avait démenti que le gouvernement ait interdit au malade de quitter le pays en avançant des problèmes d'ordre administratif s'est abstenu de se prononcer.

Après la présidentielle de janvier remportée avec 64,37% des voix au premier tour par M. Bozizé lors d'une élection groupée avec des législatives, M. Patassé (21,41%) avait créé avec M. Ziguélé et un autre candidat malheureux le Front pour l'annulation et la reprise des élections (Fare-2011).

Cette plate-forme de l'opposition avait appelé au boycott du deuxième tour des élections législatives du 27 mars et refuse de reconnaître les résultats des élections groupées, accusant le pouvoir de fraudes.

Tribun fantasque, l'ex-président Ange-Félix Patassé surnommé "le barbu national", était un personnage de la Centrafrique qu'il a dirigée pendant dix ans avant d'être renversé en 2003 après un énième complot puis de devenir un opposant mystique.

Elu en 1993, puis réélu en 1999, M. Patassé, taxé d'autoritaire voire de dictateur, a fait face à au moins trois complots avant d'être renversé en 2003 par l'actuel président François Bozizé

© 2011 AFP

 

 

NDLR : Si Bozizé a une conscience, il est difficile qu'il ne puisse pas être pris de remords et porter sur le coeur jusqu'à la fin de ses jours, la disparition de Patassé. Il y a plusieurs façon de tuer quelqu'un. Sans arme à feu on peut aussi  y parvenir. Lorsque Patassé avait été empêché de prendre son vol pour la seconde fois, Centrafrique-Presse avait clairement dénoncé cela et écrit que Bozizé devait se préparer à assumer la responsabilité du pire qui pourrait arriver au Président Patassé. Nous y sommes à présent. Bozizé a donc tué Patassé à petit feu. Cela doit être dit sans ambiguïté. La RCA n'a donc plus d'ancien président vivant, après la disparition de David Dacko, Abel Goumba, André Kolingba et aujourd'hui Ange-Félix Patassé. Tôt ou tard, le tour de Bozizé viendra aussi; c'est ainsi la loi de la nature.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nécrologie