Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 01:34

 

 

 

 

Eric Mararv

RFI mercredi 16 mai 2012

À Bangui, la justice poursuit son enquête sur l'assassinat de treize chercheurs d'or fin mars dans la région de Bakouma, dans l'est du pays. Un suédois, Eric Mararv, propriétaire d'un safari dans la zone, arrêté il y a deux mois, vient d'être inculpé pour meurtre. Sa famille s'inquiète de la situation, son avocat Me Morouba dénonce une justice à deux vitesses. Mais au ministère de la Justice, on estime que la procédure est tout à fait normale.

Huit semaines après son interpellation, Eric Mararv est désormais sous mandat de dépôt à la prison d'arrêt centrale de Bangui, inculpé pour meurtre avec quatorze de ses employés. Mais pour son avocat, maître Mathias Barthélémy Morouba, les enquêteurs se trompent de piste et devraient chercher du côté de la LRA, l'Armée de la résistance du Seigneur.

« C’est la méthode de la LRA. On a des éléments. Ils les ont battus, non pas avec des armes, ils sont pris une machette et ils ont tranché leurs têtes. C'est un dossier qui va encore accoucher d'une souris ».

La femme d'Eric Mararv, repartie en Suède suite à cette affaire, s'inquiète du manque d'informations transmises par la justice centrafricaine.

« La procédure est un peu difficile à suivre. Et pour nous, c'est un peu ça le problème. Bien sûr, lui aussi, il aimerait bien savoir quand est-ce qu’il va pouvoir revoir sa famille, surtout ça ».

Malgré ce manque d'informations et la longueur inhabituelle de la procédure, le ministre de la justice, Firmin Feindiro, estime que l'enquête est tout à fait est claire.

« Nous avons fait une enquête approfondie, avec des recoupements, qui ont révélé des charges contre les personnes qui ont été poursuivies. Si la procédure est bâclée, je considère cela comme étant une injure à la mémoire des personnes décédées ».

Alors que le juge d'instruction poursuit l'instruction du dossier pour décider si un procès doit se tenir, l'avocat d'Eric Mararv compte demander rapidement la remise en liberté de son client.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers