Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 01:43

 

 

JJDemafouth

 

 

Bangui, 13 av. (ACAP)-Le premier congrès de la Nouvelle Alliance pour le Progrès (NAP), qui s'est tenu mardi 13 avril 2010 à Bangui, a investi l'ancien ministre de la Défense, M. Jean Jacques Démafouth, comme président du parti.

L’objectif du premier congrès de la NAP, qui a vu le jour en août 2006, est l’adoption des textes de base et la mise en place du Comité Directeur du parti.

S'adressant à la presse après sa désignation, M. Démafouth a revendiqué son adhésion à l'idéologie du socialisme, relevant toutefois vouloir "une économie socialiste ouverte à l'économie de marché" car, selon lui "une idéologie, il faut savoir l'adapter à la situation de chaque pays".

Il a par ailleurs indiqué que sa mission à la tête de l’Armée Populaire pour la Restauration de la Démocratie (APRD) allait bientôt prendre fin avec les premières phases de mise en oeuvre du programme Désarmement Démobilisation et Réinsertion (DDR) va prendre fin.

Candidat malheureux à l'élection présidentielle de 2005, Jean-Jacques Démafouth, qui a pris la tête de l'APRD (rébellion) en 2008, s'est déclaré candidat à celle prévue pour cette année.

Le délai imparti par la commission électorale a toutefois expiré le 9 avril dernier sans que son dossier ait été enregistré par cet organe chargé d'organiser les scrutins.

La NAP fait partie de l’entité ‘’ Autres Partis’’.

 

 

NDLR : Petit à petit, on assiste à une clarification des choses sur l'échiquier politique centrafricain. Cependant, les leaders des partis qui composent l'opposition centrafricaine devraient se garder du danger d'un ego trop grand et de l'émiettement qui avantageront inévitablement Bozizé la calamité. Les malheureux et récents exemples du Gabon et du Togo sont encore là pour rappeler l'impérieuse  nécessité d'un candidat unique face au dictateur sanguinaire Bozizé.Il est risqué voire dangereux de prétendre attendre un ralliement ou une alliance au second tour à celui qui ^sera le mieux placé. L'opposition béninoise vient de le comprendre et de se prémunir, elle qui a choisi le week-end dernier, Me Adrien Houngbédji comme candidat unique pour affronter le président actuel du Benin qui voudra sans doute se succéder à lui-même l'année prochaine.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique