Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 22:05

 

 

sidéen

 

 

Ai-Rca Dimanche, 25 Juillet 2010 11:56 - Les responsables des Centres de Dépistages Volontaires et de traitements des malades de sida ont lancé un appel pressant aux autorités sanitaires et au Comité national de Lutte contre le Sida (CNLS) leur demandant de trouver très vite des solutions au manque des kits et bons de dépistage ainsi qu’à la rupture des ARV dans la Ouaka.

C’est en tout cas ce qui ressort d’une correspondance officielle du Comité Préfectoral de lutte contre le Sida (CPLS) de cette unité administrative le 22 juillet.

Selon une source sanitaire qui a requis l’anonymat, la lutte contre le VIH Sida connait depuis plus de trois mois, un frein à cause du manque des kits à l’hôpital régional universitaire et dans d’autres centres de dépistages volontaires (CDV) de la préfecture de la Ouaka

A en croire la source, la lutte contre le VIH Sida dans cette localité en générale et dans la ville de Bambari en particulier préoccupe le Comité National de Lutte contre le Sida et le Comité Préfectoral. « C’est dans cette optique que l'une des stratégies efficaces mise en place par ces deux comités est le dépistage de la population. Ce qui permettra de connaître le statut sérologique des personnes dépistées», a-t-elle confié, déplorant au passage le fait qu’à Bambari, le service de dépistage ne fonctionne pas, faute des kits et des bons de dépistages dans les CDV et à l'Association Centrafricaine pour le Bien-Être Familial (Acabef).

«Comme conséquence, les personnes ne connaissent plus leurs statut sérologique. Ce qui va inévitablement conduire à la propagation de cette maladie dans la localité», a-t-elle ajouté, poursuivant que, «l'inquiétude va grandissante chez les femmes enceintes en ce qui concerne leur prise en charge médicale et psycho sociale».

«A ce problème s'ajoute aussi la carence des ARV, le cotrim et autres à l'hôpital régional universitaire de Bambari, l'unique centre hospitalier qui reçoit tous les malades du sida venus de toutes les sous préfectures de la Ouaka», a conclu la source.

Kabongo, Ai Bangui

 

NDLR : Face aux accusations légitimes et à l'indignation gérnérale suscitées par les détournements d'ARV et autre corruption au CNLS, sa coordinatrice dame Hyacinthe Wodobodé, cette protégée de Bozizé avait juré tous ses grands dieux qu'il n'y avait aucun risque de rupture d'ARV en Centrafrique et que les malades pouvaient dormir tranquille car le CNLS était sorti de l'oeil du cyclone. Comment peut-elle expliquer maintenant la carence d'ARV à Bambari ?  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation