Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 15:55

 

 

Bozize171108275-copie-1.jpg

 

 

BANGUI 23 juin 2010 (AFP)  — La principale coalition de l'opposition centrafricaine, a demandé mercredi la "libération immédiate" des personnes arrêtées dans le cadre d'un l'incendie d'un supermarché de Bangui et critiqué "l'intervention" du président centrafricain François Bozizé dans cette affaire.

"L'UFVN exige la libération immédiate et sans condition des personnes arrêtés dans l'affaire de l'incendie d'un supermarché de Bangui", affirme l'Union des Force vives de la Nation, dans un communiqué de presse remis mercredi à l'AFP.

L'UFVN met en cause le président qui a "ordonné aux forces de l'ordre de procéder à leur charcutage" et "condamne énergiquement cette grossière immixtion du président de la République dans le fonctionnement de la justice".

Vingt-six personnes dont des proches collaborateurs et membres de famille d'avocats, ainsi que des membres du personnel du supermarché Rayan, ont été arrêtées au lendemain de l'incendie du supermarché dans la nuit du 9 au 10 juin dernier à Bangui. Ces personnes avaient ensuite été transférées le 12 à la prison de Bossembélé (nord), surnommé Guantanamo. Seize d'entre elles ont depuis été reconduites à Bangui où elles restent en garde à vue.

L'UFVN "s'étonne surtout pour son intervention (du président) si spontanée et si énergique, s'agissant d'un simple incendie, alors que dans des cas beaucoup plus graves, telle que l'occupation de notre pays par une rébellion étrangère qui massacre et terrorise des populations et des régions entières, il reste totalement indifférent".

L'opposition "en appelle à tous les compatriotes, démocrates sincères, épris de justice et de paix, à faire bloc autour de ces valeurs pour barrer la route à la dictature et à la haine tribale, dérives vers lesquelles le président Bozizé conduit notre pays", poursuit le texte.

Au lendemain de l'incendie, le président Bozizé avait lors d'un message radiotélévisé affirmé: "les auteurs de ce sinistre, qui est un crime économique, doivent être recherchés, arrêtés et +charcutés+".

Copyright © 2010 AFP.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique