Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 00:36

 

 

Bozizé KNK

 

Dans sa parution n° 317 du 1er au 14 février 2011, le magazine AFRIQUE EDUCATION a recensé à juste raison en Afrique « Les régimes qui peuvent tomber à tout moment ». Il s’agit d’après le confrère du Sénégal d’Abdoulaye Wade, du Centrafrique de François Bozizé, du Burkina-Faso de Blaise Compaoré, de la RDC de Joseph Kabila et du Rwanda de Paul Kagamé. On le voit, François Bozizé figure donc en bonne place pour un certain nombre de raisons que le magazine développe ci-dessous.

Rédaction C.A.P

 

Les Centrafricains savent qu’ils n’ont rien à attendre d’un Chef d’Etat que les Américains qualifient comme étant « inapte » à la fonction, mais qui entend s’offrir à nouveau 5 ans de pouvoir

Selon un télégramme de Wikileaks, les Américains considèrent François Bozizé comme étant « inapte » à la fonction de président de la République. On peut ajouter à cette remarque que l'élection présidentielle organisée (dans le désordre) le 23 janvier, ne changera rien à la situation actuelle. Auteur du coup d'état du 15 mars 2003 qui évinça Ange-Félix Patassé du pouvoir, François Bozizé a plombé le pays en s'imposant comme chef d'Etat au terme d'une élection truquée en 2005 alors qu'en arrivant au pouvoir, il avait expliqué qu'il venait juste assurer la transition avant d'organiser l'élection présidentielle à laquelle il n'allait pas prendre part. Un gros mensonge qui le suivra jusqu'à la mort. Car personne ne lui fait plus confiance ni dans la communauté des bailleurs de fonds, ni dans la sous-région, ni dans le pays où les Centrafricains savent qu'il est le problème du pays et non la solution. Que faire ?

Le vote confisqué, le pouvoir confisqué, les caisses de l'Etat vidées par la corruption, aucune perspective ne s'offre au pays. Le cocktail est amer au point qu'on se demande comment il a fait, jusque-là pour tenir, même si on sait que c'est grâce aux soldats que le président ldriss Déby ltno du Tchad a détachés pour assurer sa protection rapprochée. Un tiers du pays est contrôlé par la rébellion.

Le pouvoir central n'y a pas accès et les populations de ces zones sont totalement délaissées. La ville de Bangui même est infiltrée par des rebelles... ll n'y a donc rien à attendre d'un chef d'Etat aussi médiocre qui entend malgré son triste bilan, s'offrir à nouveau 5 ans de pouvoir qui ne profite qu'à lui- même et à son clan. François Bozizé n'est à l'abri ni d'une révolution de palais (malgré ses protecteurs tchadiens), ni de la colère des travailleurs, ni de celle de la jeunesse qui voit l'avenir en noir.

 

 

NDLR : Une des raisons qui peut occasionner la chute du régime de Bozizé que notre confère ne mentionne pas dans cet article est la forte probabilité d'une brutale disparition de François Bozizé pour des raisons de santé. En effet, malgré ses dénégations lorsque certains interlocuteurs l'interrogent sur son état, l'homme est réellement malade et ne veut pas que les médecins le soignent mais préfèrent s'adresser plutôt aux guérisseurs et tradi-praticiens béninois. Ces derniers temps, il est tombé à plusieurs reprises voire en public suite à de mystérieux malaises comme celui qu'il a eu en septembre dernier lors de son déplacement aux Nations Unies à New York où on a dû l'admettre en urgence dans un hôpital.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique