Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 12:06

 

 

Fulgence-Zeneth.jpg

 

AFP  24/01/2011 | Mise à jour : 11:37

Les élections présidentielle et législatives d'hier en Centrafrique ont donné lieu à des "motifs de satisfaction" mais ont été marquées par des "dysfonctionnements", a estimé aujourd'hui le responsable de l'Observatoire national des élections, Fulgence Zeneth.

Fulgence Zeneth, qui a dirigé une équipe de 500 observateurs sur le terrain, est resté sur la réserve quant à la crédibilité du double scrutin: "La question ne se pose pas en (élections) 'crédibles' ou 'pas crédibles'. Il y a un certain nombre de faits saillants qui méritent qu'on s'y attarde", a-t-il affirmé. Parmi les "motifs de satisfaction", il y a "la forte mobilisation" ou "le fait que ces élections (...) ont eu lieu sur l'ensemble du territoire national" alors que "personne n'y croyait", a-t-il souligné. "Sur la question de la sécurité, il n'y a pas eu vraiment de cas sérieux ou des endroits qui seraient totalement sous le contrôle du gouvernement où il y aurait eu de tels cas", a-t-il noté.

"Mauvaise organisation"

Des "dysfonctionnements" ont aussi été constatés. "En termes d'organisation, le constat est le même partout. C'est patent. Tous ont décrié la mauvaise organisation surtout en ce qui concerne les listes électorales qui étaient affichées en retard, à certains endroits n'existaient pas, ou se retrouvaient à des endroits qui n'étaient pas les bons", a-t-il précisé. Selon lui, l'existence de deux cartes d'électeurs, "une avec numéro informatisé, une avec numéro manuel", a pu donner lieu à des doubles votes. "Je n'ai pas vu d'autres cartes que celles-là", a-t-il précisé.

L'opposition accuse l'entourage du président sortant et candidat François Bozizé de vouloir frauder. François Bozizé récuse ces accusations, estimant que les opposants sont de "mauvaise foi". Plus de 1,8 million des 4,4 millions de Centrafricains étaient appelés aux urnes hier. Le vote a commencé avec du retard et s'est terminé vers 21h00. Le dépouillement a commencé dans la nuit mais aucune tendance n'était encore disponible ce matin. Seule indication pour le moment: opposition, pouvoir et observateurs s'accordent sur la participation qui a été très forte.

 

Elections en Centrafrique l’opposition dénonce des irrégularités

Les Centrafricains se sont rendus aux urnes dimanche en nombre pour choisir leur président et leurs députés. Les élections ont eu lieu sans incident majeur signalé, avec pour principal enjeu la paix dans un pays miné par des conflits. L'opposition a dénoncé des irrégularités lors du scrutin.

Des accusations balayées par le président sortant François Bozizé, élu en 2005 et qui brigue un nouveau mandat. Il est donné favori face à quatre autres candidats à la présidentielle que plus de 1,8 million de Centrafricains - sur près de 4,5 millions - étaient appelés à départager aux urnes.

M. Bozizé était arrivé au pouvoir en 2003 par un coup d'Etat dans ce pays rendu exsangue par de multiples rébellions, mutineries militaires et putschs.

Des votes à la lumière de la bougie

Ses principaux adversaires sont le président qu'il a renversé Ange-Félix Patassé (1993-2003), l'ex-Premier ministre (2001-2003) Martin Ziguélé, un ancien assureur réputé bon gestionnaire, et Jean-Jacques Demafouth, ex-ministre de la Défense et chef d'une des principales ex-rébellions.

Les opérations de vote, initialement prévues de 06h00 à 16h00, ont pris du retard et ont dû être prolongées et exécutées, par endroits, à la lumière de la bougie faute d'électricité. Selon la commission électorale indépendante (CEI), elles avaient pris fin vers 21h00.

"Les bureaux qui ont accordé un temps supplémentaire aux électeurs pour accomplir leur devoir civique ont bouclé les opérations et s'attellent maintenant au dépouillement", a dit le porte-parole de la CEI. Les autorités ont assuré que les opérations électorales ont généralement été apaisées, y compris dans des zones ayant récemment été le théâtre d'attaques meurtrières.

Selon des Centrafricains, ces élections supervisées par 1500 observateurs nationaux et internationaux ont enregistré une plus grande affluence que la présidentielle organisée en 2005. Les résultats provisoires devraient être connus dans les huit jours.

(ats / 24 janvier 2011 11:14)

 

 

Centrafrique : Revue de presse du 24 janvier, Le scrutin s’est déroulé dans le calme

Par Sebastien Lamba - 24/01/2011Journal de Bangui

La quasi-totalité de la presse centrafricaine focalise ses titres sur les élections couplées qui viennent de se dérouler

Le Journal La Plume met l’accent sur la maturité des électeurs centrafricain lors des opérations de vote avec le titre «Les Centrafricains matures ont voté dans le calme et la sérénité». Quant à La Plume «c’est une grande première dans l’histoire des consultations générales en République Centrafricaine de s’assurer que les électeurs en âge de voter se sont rendus massivement dans les bureaux de vote pour choisir, en toute liberté, dans le calme et la sérénité leurs futurs président de la République et les députés à l’Assemblée Nationale». «Pis encore, les électeurs régulièrement inscrits qui disposent de leurs cartes, ont du mal à retrouver leurs noms sur les listes affichées. Situation qui a été rapidement circonscrite par le Président des bureaux de vote», a précisé la Plume.

L’éditorial du journal L’Hirondelle souligne que «la République Centrafricaine a intérêt à se soustraire à la médiocrité organisationnelle et organiser des élections dans la légalité et en phase avec les standards conventionnellement requis en la matière». «Comme d’aucuns espéraient en dépit de l’incertitude grandissante qui a caractérisée de bout en bout la préparation des élections du 23 janvier 2011, l’impasse a été évitée. Bien au contraire, la mobilisation des centrafricains a surpris plus d’un observateur», a relevé le l’Hirondelle. Revenant sur la présence des nombreux observateurs sur le territoire centrafricain le journal conclue en disant que « l’observation du scrutin a également été satisfaisante ainsi que sa couverture médiatique tant au plan national qu’international. La présence des représentants des candidats dans les bureaux de vote était effective».

L’Arbre qui Parle s’interroge sur «Un K.O dès le Premier tour?» le journal a affirmé que dans l’ensemble, les scrutins ont été transparents et dans quelques jours, la vérité jaillira des urnes. Il a fait remarquer qu’ «ainsi, moins de deux millions de voix seront réparties entre 5 candidats et vu le gabarit des prétendants au fauteuil présidentiel, une victoire dès le premier tour relèverait d’un miracle» Continuant son propos, l’Arbre qui Parle a dénoncé qu’il est même de notoriété générale que nombre de cadres jouent un double jeu, servant apparemment le KNK au pouvoir tout en faisant allégeance à Ange-Félix Patassé avec qui ils ont gardé des contacts étroits depuis sa chute.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique