Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 18:46

 

 

 

J Jacques Demafouth

Bangui, 25 Janvier 2012 - 12:43 (AFP) - L'enquête sur Jean-Jacques Demafouth, l'opposant centrafricain, chef d'une ancienne rébellion en garde à vue depuis le 6 janvier et accusé de tentative de déstabilisation, n'était "pas encore bouclée" a affirmé une source de la gendarmerie précisant que l'enquête

"Jean-Jacques Demafouth ne peut être déféré maintenant devant le parquet, parce que l'enquête ouverte à son sujet n'est pas encore bouclée. Les investigations se poursuivent encore", a affirmé cette source.

"La semaine dernière, il a reçu longuement la visite de Me Nicolas Tiangaye l'un de ses avocats en présence d'un responsable de la section recherches et investigations de la gendarmerie. Selon cette source "Il jouit d'une bonne santé et n'a pas fait l'objet d'un mauvais traitement".

Le 14 janvier, Firmin Findiro, le ministre de la Justice avait affirmé à l'AFP que "M. Demafouth est dans une opération tendant à la déstabilisation du pays à travers la reprise des activités de la rébellion qu'il entend mener dans le cadre d'une force coalisée".

Joint par téléphone en détention, M. Demafouth avait confié à l'AFP: "On m'accuse de vouloir prendre la tête d'une fusion de trois autres rébellions: la CPJP (Convention des patriotes pour la justice et la paix), l'UFDR (Union des forces démocratiques pour le rassemblement) et le MLCJ (Mouvement des libérateurs centrafricains pour la Justice), mais je n'ai rien à voir avec ça".

Ancien ministre de la Défense et deux fois candidat à la présidentielle, Demafouth avait accepté de prendre en 2008 la tête de l'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) au cours du processus de paix qui a conduit à la signature d'un accord entre la plupart de mouvements rebelles et le pouvoir.

 
©  AFP

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers