Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 23:26

 

 

 

bozize-2 

 

 

La prudence voudrait qu'on ne traite pas d'un problème qui n'existe pas. Or un dicton populaire relève qu'il n'y a pas de fumée sans feu. Les rumeurs qui font état d'un rêve de l'homme fort de BANGUI de modifier la constitution pour se donner le droit d'un troisième mandat se font de plus en plus pressantes et de plus en plus précises, détaillées.

 

La FRANCE a connu un véritable changement en menant à bon port sa révolution. Et la vie pacifique du peuple français, sa liberté de choix, sa liberté d'expression sont le fruit de cette révolution.

 

Aujourd'hui, nous n'allons pas demander au peuple CENTRAFRICAIN de faire exactement ce que le peuple français avait fait en son temps pour se libérer de son joug impérial.

 

Les CENTRAFRICAINS, tout comme tous les autres AFRICAINS, ont fait les mêmes études que ceux qui gouvernent la FRANCE aujourd'hui pour avoir compris les fondements et les orientations politiques d'un régime en place. Ils ont suffisamment étudié pour savoir comment mener une lutte pacifique pour renverser un régime contesté. Et quand nous parlons de lutte, nous parlons bien de cette lutte moderne, en matière de politique et qui réside dans la pluralité et la démocratie : c'est la lutte des mots, la lutte des stratégies politiques, qui est bien loin de celle consistant à détruire l'adversaire politique par la force des armes, des armes qui souvent celles de l'État, celles chargées cependant et sans conteste, de protéger les citoyens d'une même nation.

 

La FRANCE vit tranquille aujourd'hui à cause de sa démocratie, en dépit des problèmes politiques qui peuvent opposer les uns aux autres. C'est d'ailleurs cela qui justifie l'existence d'une démocratie : la coexistence d'un parti au pouvoir et d'un groupe de l'opposition.

 

Là où on a envoyé des bombes, des chars et des canons pour déloger un président à la suite d'un vote dont les résultats étaient vivement contestés, cela ne peut se passer qu'en AFRIQUE. Ici, on voit bien comment au sein d'un même parti, l'opposition face à une injustice peut être féroce, sans jamais faire appel aux armes nucléaires, si ce ne sont que celles de la démocratie qui sont la puissance des mots et celle des stratégies politiques.

 

Aujourd'hui, nous avons un exemple exceptionnel de ce qu'au sein d'un même parti, l'opposition peut voir le jour en plein jour quand il s'agit de défendre les convictions auxquelles on tient. On voit comment on mène la bataille, pour rétablir la vérité des faits. Et l'on apprend que même dans un même camp, la lutte peut se faire pour rétablir la vérité telle qu'elle est. C'est dire en définitive que dans un même camp, on ne peut pas toujours s'unir derrière un seul homme ( en pensant tout simplement qu'on est dans un processus démocratique ) lorsque l'on sait que cet homme bafoue vos droits les plus élémentaires, bafoue les droits les plus élémentaires de son peuple, ferme les yeux devant la misère qui est le lot quotidien de ce peuple, remplit le ventre de tous ses enfants de la pitance du peuple, reste sourd aux cris de détresse de ces parents d'OBO, du MBOMOU, de BIRAO ou d'ailleurs sans oublier ceux non loin de BANGUI, qui doivent d'une minute à l'autre passer de vie à trépas pour la simple raison qu'ils ont voulu effectuer un petit déplacement pour rentrer chez eux ou pour aller rendre une visite à leurs parents habitant dans une autre localité.

 

Les députés du CENTRAFRIQUE devaient avoir honte d'eux mêmes s'ils ont encore un peu de bon sens. Est-ce peut-être c'est parce qu'à BANGUI, on devient tellement aveugle qu'on ne voit plus les choses de la même manière et telles qu'elles sont, qu'on ne voit plus rien du tout ?

 

Les maux qui rongent le CENTRAFRIQUE aujourd'hui ne viennent pas du fait que sa loi fondamentale est inadaptée et ne permet aucune évolution. Et ce n'est donc pas par là qu'il faut aller chercher le microbe qui tue.

 

Nous espérons que les rumeurs qui courent sur les intentions de l'homme fort de BANGUI ne sont que du vent et qu'elles ne pourront jamais voir le jour. Il y a quand même au sein du parti au pouvoir, des gens qui ont été à l'école pour savoir qu'on ne peut pas éternellement laisser le CENTRAFRIQUE croupir dans l'état de misère chronique volontairement provoquée qui est le sien, et que ces « instruits » du parti au pouvoir, et toutes les plumes qui couvrent les deux ailes de ce pouvoir, qui ont donc été à l'école pour comprendre les choses, ne permettront pas que ce cauchemar de la modification de la loi fondamentale, devienne un jour, réalité.

 

BOGANDA A VERSE SON SANG POUR EVITER A SON PEULPE LA MISERE ET LA TYRANNIE.  AYONS UNE PENSEE POUR LUI, DANS NOS ACTES.

 

I KOUE ZO

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion