Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 01:17


urne.jpg

 

BANGUI - AFP / 13 mars 2010 16h59 - La Commission électorale indépendante (CEI) de Centrafrique a affirmé samedi à l'AFP qu'elle procédait depuis deux semaines à la confection de la liste électorale en vue des scrutins présidentiel et législatifs dont le premier tour est fixé officiellement au 25 avril.

"La CEI procède actuellement à la saisie de la liste électorale sur la base de l'ancienne liste. Les équipes travaillent 24 heures sur 24 depuis deux semaines", a déclaré le rapporteur général et porte-parole de la commission électorale, Rigobert Vondo.

Interrogé sur le délai jugé court par l'opposition et les ex-rébellions pour organiser les élections, M. Vondo a affirmé que la CEI s'en tenait au calendrier fixé.

Dans un décret diffusé le 25 février, le président François Bozizé a convoqué les électeurs aux urnes le 25 avril pour les scrutins présidentiel et législatif.

Il a fixé la campagne électorale du 12 au 23 avril.

Aucune date n'a été fournie pour un éventuel second tour.

"Nous dirons le moment venu s'il faut modifier ou non la date des élections. Pour l'instant, on s'en tient au décret présidentiel convoquant le corps électoral", a affirmé le porte-parole de la commission électorale.

Le 3 mars, le Collectif des forces du changement, regroupant l'opposition, des formations centristes et des ex-rébellions, avait exigé "le retrait pur et simple du décret" présidentiel, en expliquant que le pays n'était pas pacifié et n'avait pas procédé au recensement électoral.

Samedi, l'ex-Premier ministre (2001-2003) Martin Ziguélé a estimé qu'il était "impossible" d'organiser les scrutins en avril et a réclamé une nouvelle date, dans un entretien à la chaîne de télévision panafricaine Africa24.

"Nous n'avons pas de liste électorale au moment où je vous parle. Et on ne peut pas avoir de liste électorale fiable, révisée, disposer des cartes d'électeur et que toutes les candidatures soient enregistrées ou que tout soit mis en oeuvre avant le 25 avril. C'est impossible", a déclaré M. Ziguélé, président du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC).

Il a souligné que plusieurs dispositions du Code électoral n'étaient pas respectées, citant le dépôt des candidatures normalement prévu normalement "30 jours avant le début de la campagne électorale, c'est-à-dire (...) au plus tard demain (dimanche)".

"Ce que le gouvernement doit faire, c'est revenir au bon sens, laisser la CEI procéder, organiser le recensement électoral puisque la communauté internationale est prête à financer le processus de recensement. Que le processus soit clair, transparent, consensuel", a ajouté Martin Ziguélé.

(©)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique