Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 17:17

 

 

carte_centrafrique_432.gif

 

AFP 22/09/2011 à 15:13 - Les combats entre mouvements armés centrafricains sur fond de commerce de diamant dans la ville de Bria (centre) ont fait 43 morts entre le 11 et le 18 septembre, a indiqué une source militaire sur place ce jeudi.

Un récent "bilan des victimes des combats, entre la CPJP (Convention des patriotes pour la justice et la paix, rébellion) et l'UFDR (Union des forces démocratiques pour le rassemblement, ex-rébellion), fait état de 43 morts", a affirmé la source en citant les autorités sanitaires de Bria et de la région sanitaire ainsi que les humanitaires.

Le précédent bilan lundi faisait état de 30 morts.

Selon la source militaire, "après avoir pris le contrôle de la zone litigieuse du quartier Bornou à la suite des combats qui se sont déroulés du 11 au 14 septembre, les éléments de la CPJP ont refusé d'enterrer les cadavres de leurs ennemis de l'UFDR. Redevenus maîtres des lieux après les combats de dimanche dernier (18 septembre), les éléments de l'UFDR qui occupent une bonne partie de la ville ont à leur tour abandonné les cadavres" de leurs ennemis.

"Quatre cadavres jetés dans un cimetière (...) ont été inhumés mardi par les gendarmes et des détenus", a ajouté le militaire.

Les deux camps sont constitués de membres d'ethnies rivales - Ronga pour la CPJP, Goula pour l'UFDR - en conflit depuis plusieurs années notamment pour le contrôle du diamant.

Le président centrafricain François Bozizé s'est défendu, devant le parlement, face aux critiques de la presse locale sur un manque de réaction des autorités à Bria.
"Personne n'a incité les Ronga et les Goula à se battre. Je ne suis en rien responsable de ces combats et qu'on n'accuse pas Bozizé gratuitement", a-t-il déclaré mercredi à l'Assemblée.

Le président a expliqué que ces affrontements, "déplorables", avaient débuté par une attaque de la CPJP sur Boromata (nord-est, près des frontières tchadiennes et soudanaises) et "c'est à l'issue de cette attaque que les Ronga et les Goula ont commencé à se battre à Sam Ouandja (nord-est)", pour ensuite "parvenir à Bria". Cette ville est au centre de la principale zone diamantifère du centre du pays.

 

NDLR : "Personne n'a incité les Ronga et les Goula à se battre. Je ne suis en rien responsable de ces combats et qu'on n'accuse pas Bozizé gratuitement "dixit Bozizé. C’est franchement hallucinant qu’un chef d’Etat censé être garant de la sécurité de ces concitoyens  puisse tenir de pareils propos mais Bozizé n’est pas à ce genre de propos près.

 

RCA :  journée internationale de la paix célébrée sous le signe de violences

Radio Ndéké Luka Jeudi, 22 Septembre 2011 13:42

Plus d’un millier de personnes éprises de paix ont pris part à une marche pacifique d’au moins 700 mètres, ce mercredi 21 septembre 2011 à Bangui. Elles ont ainsi célébré la journée internationale de la paix à l’instar des autres citoyens du monde. Le thème retenu a été : « Paix et Démocratie : faite entendre votre voix ». Aussi une flamme de la paix a été remise au Chef de l’Etat centrafricain François Bozizé, par la Représentante du Secrétaire Général des Nations et chef du Bureau Intégré des Nations Unies en Centrafrique (BINUCA).

L’occasion a permis aux autorités nationales et internationales de se préoccuper des attaques meurtrières entre les rebelles de l’une des ailes de la convention des Patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP) et ceux de l’Unions des Forces Démocratiques pour le rassemblement (UFDR), faisant une trentaine de morts et d’importants dégâts matériels.

Interrogés par Radio Ndeke Luka, certains centrafricains ont affirmé que « la question de la paix reste un sujet majeur en Centrafrique. Car, les habitants de certaines provinces vivent dans une insécurité totale, bloquant les activités socioéconomiques, indispensables pour un essor ».

Quant à Awa Youssouf, Représentante de l’Union Africaine en Centrafrique, ces affrontements doivent laisser la place à la sagesse et un esprit de dialogue. Le peuple centrafricain ne demande que la paix et la stabilité pour son épanouissement.

Toutefois, en marge de la célébration de cette journée, une fille âgées de 17 ans, habitant le 4ème arrondissement de Bangui a été retrouvée morte dans un canal. Un autre cas a concerné un homme du village Boukoko située dans la Lobaye (sud). Il a été assassiné mardi dans son champs, à l’aide d’un fusil de fabrication artisanale, par des inconnus.

La gendarmerie a ouvert des enquêtes pour déterminer les présumés.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation