Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 22:05

 

 

 

taximan-banguissois.jpg

 

taxi-banguissois.jpg

 

 

Centrafrique : les conducteurs de taxis et bus protestent contre la hausse de prix de carburant


BANGUI Mercredi 4 janvier 2012 (Xinhua) - Les conducteurs de taxis et bus observent un arrêt de travail d'une journée ce mercredi à Bangui pour protester contre la hausse de prix de carburant entrée en vigueur le 1er janvier dernier, a annoncé leur syndicat.


La décision a été prise mardi après-midi au cours d'une assemblée générale extraordinaire au cours de laquelle les conducteurs de taxi et bus se sont dits "indignés" par cette situation parce qu'ils n'ont pas été officiellement informés de la décision du gouvernement avant son entrée en vigueur.

 

"Nous n'avons pas été informés ni associés à la décision d'augmentation de prix du carburant de 30 FCFA par litre à la pompe. Nous allons observer un arrêt de travail d'une journée pour alerter le gouvernement. Ensuite l'assemblée générale va lancer un préavis de grève au niveau du département des transports pour les prochaines négociations", a indiqué le secrétaire général des conducteurs de taxis et bus de Bangui, Brice Pordiam.

 

"C'est la 3ème fois consécutive en cinq ans que le prix du carburant à la pompe a été revu en hausse; d'abord en 2007 ensuite 2010 puis en 2012. Or le prix des transports n'a pas été révisé et cela a un impact négatif sur les conducteurs qui ne peuvent pas honorer leurs engagements vis-à-vis des propriétaires de véhicules en matière de recette", a-t-il relevé.

 

Depuis le 1er janvier, il y a eu hausse de 30 FCFA portée sur tous les produits pétroliers à la pompe en Centrafrique. Le pétrole lampant passe de 600 à 630 FCFA le litre, l'essence de 810 à 840 FCFA et le gas-oil de 800 à 830 FCFA.

 

Les transports sont perturbés ce mercredi à Bangui à cause de cet arrêt de travail des conducteurs de taxis et bus, et seuls quelques bus de la Société nationale de transport (SONATU) fonctionnent encore.

 


 

 

Bangui AFP / 04 janvier 2012 21h42- Le syndicat des conducteurs des taxis et taxis-bus (STB) de Centrafrique a appelé mercredi soir à la reprise du travail jeudi après avoir obtenu du gouvernement qu'il examine ses protestations contre la hausse du prix du carburant au terme d'une une grève très suivie mercredi.


Le gouvernement à travers le ministère des Transports a pris le cahier des charges contenant les revendications et un comité est mis en place pour examiner avec promptitude ces demandes, a annoncé Brice Port-Diam, secrétaire général du STB, dans une déclaration à la radio nationale.


Il a appelé les conducteurs à reprendre le travail dès jeudi. M. Port-Diam a rappelé que les chauffeurs avait observé un arrêt de travail mercredi pour prouver leur mécontentement par rapport à la hausse du prix du carburant dont le prix a augmenté de 30 FCFA (5 centimes d'euros).

Mercredi, la grève a été très suivie obligeant travailleurs et étudiants à se déplacer ou à utiliser les quelques bus de la société nationale de transport urbain (Sonatu) et des moto-taxis, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les taxis et taxis-bus (mini-bus) n'assuraient pas la desserte des différentes avenues de la capitale.

Une réunion regroupant les conducteurs des taxis et taxis-bus et le ministère des Transports s'est tenue mercredi au ministère des Transports.

Nous devons prendre en compte les aspirations de la population avant de prendre des mesures. Si cette population n'arrive pas à payer les tarifs actuels du transport urbain, nous ne pouvons pas nous permettre une augmentation, a reconnu Parfait-Anicet M'bay, ministre des Transports.

Afin d'accroître les recettes intérieures de l'Etat, un nouveau mécanisme d'ajustement automatique des prix des produits pétroliers a été mis en place par la loi des finances 2012.

Pays enclavé, la Centrafrique importe l'intégralité de sa consommation pétrolière ainsi que de nombreux produits manufacturés qui sont transportés par route.


(©)

 

Centrafrique Hausse du carburant  grève suivie des taxis et taxis bus


Bangui AFP / 04 janvier 2012 17h31 - Le transport urbain dans la capitale centrafricaine Bangui était paralysé mercredi par une grève du syndicat des conducteurs de taxis et bus (STB) de Centrafrique, qui proteste contre l'augmentation du prix du carburant de 30 FCFA (5 centimes d'euros).


Mercredi matin, quelques bus de la société nationale de transport urbain (Sonatu) et des moto-taxis ramassaient les Banguissois voulant se rendre au travail, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les taxis et taxis-bus (mini-bus) n'assuraient pas la desserte des différentes avenues de la capitale. La plupart des travailleurs, étudiants et élèves, ont donc parcouru plusieurs kilomètres à pied pour rejoindre leurs lieux de travail et établissements.


La grève est suivie à cent pour cent, et nous estimons que le gouvernement doit tenir compte de nos revendications pour qu'il y'ait véritablement entente. Parce que nous ne pouvons pas avec cette augmentation du prix du carburant prétendre réaliser le même niveau des recettes, a affirmé Brice Port-Diam secrétaire général du syndicat des conducteurs des taxis et taxis-bus.

Nous avons été mis devant le fait accompli et c'est très pénible. Les salaires ne sont pas augmentés, mais le carburant est en hausse ce qui signifie que les tarifs du transport seront revus à la hausse. Les fonctionnaires ont intérêt à observer un mouvement de soutien pour faire entendre aussi leurs revendications, a déclaré à l'AFP, José Noéba, cadre des impôts.

Une réunion regroupant les conducteurs des taxis et taxis-bus et le ministère des Transports se tenait mercredi au ministère des Transports, pour obtenir du STB la reprise du travail, et des négociations sur le prix du carburant.


Nous examinons toutes les possibilités pour que prenne fin très rapidement cette grève, a déclaré Théophile-Silvère Wallot, directeur général des transports de surface (terrestres et fluviaux).

Afin d'accroître les recettes intérieures de l'Etat, un nouveau mécanisme d'ajustement automatique des prix des produits pétroliers a été mis en place par la loi des finances 2012.


Pays enclavé, la Centrafrique importe l'intégralité de sa consommation pétrolière ainsi que de nombreux produits manufacturés qui sont transportés par route.


(©)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société