Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 02:01

 

 

F Bozizé Yangouvonda

 

 

 Plus on approche de la date d’expiration de son mandat du 11 juin, plus Bozizé n’est visiblement pas tranquille et perd sa sérénité. Malgré la prorogation de ce mandat qu’il a obtenue par un vote illégal à l’Assemblée nationale d’une loi anticonstitutionnelle, il croît devoir orchestrer des soi-disant marches de soutien à sa modeste personne comme celle qui a eu lieu dans la capitale le mercredi dernier.

On a délibérément fermé pour toute une journée certains lycées et collèges des quartiers Nord de Bangui et mis dans la rue moyennant quelques petites coupures de F CFA, quelques centaines de jeunes scolaires et adolescents désoeuvrés, pas à même de comprendre toute cette odieuse manipulation  bozizéenne, pour effectuer ladite marche de soutien. A en juger au contenu des slogans inscrits sur les quelques banderoles déployées, les organisateurs et commanditaires de la marche avaient des comptes à régler avec la communauté internationale, particulièrement la France et l’Union Européenne qui soutiennent les leaders de l’opposition, diabolisés et traités de tous les noms d’oiseau. Pourquoi cette nervosité et toutes ces agitations pour quelqu’un qui est au pouvoir ?  Bozizé a-t-il besoin de marche de soutien ?

Quelques jours avant ces marches, le mercenaire communicant étranger de Bozizé, Henri Pascal Bolanga venu auprès de lui chercher du CFA, se permet d’invectiver gratuitement un leader politique comme Martin Ziguélé.  D’autres griots patentés comme le nouveau DG de la presse présidentielle le thuriféraire Zama Javan Papa et le DG de la radio nationale David Gbanga obligé de défendre son poste, ont dans des tribunes abondamment reprises sur les antennes de la radio d’Etat et dans les papiers de l’Agence Centrafrique Presse (ACAP), ciblé les leaders de l’opposition, notamment Martin Ziguélé et tous ceux qui les soutiennent, pour les diaboliser et les traiter de tous les noms d’oiseau. Ils s’en sont particulièrement pris à ceux qui critiquent le régime de leur maître Bozizé sur les différents sites et blogs internet, tentant au passage de minimiser l’influence de ce média. Si internet n’était pas si influent, pourquoi s’en émeuvent-ils tant ?

Ce que ces bozizistes ne veulent pas reconnaître, c’est que la vérité distillée à longueur de pages internet sur le pouvoir dictatorial et sanguinaire de Bozizé, sur sa mauvaise gouvernance, sur tous ses méfaits contre le peuple centrafricain, porte réellement car les citoyens qui ont accès à internet photocopient les écrits et les distribuent et font lire à d’autres. Le pouvoir le sait bien et n’y peut rien.  

Selon nos informations, il compte expédier dans tous les pays de la CEMAC des véhicules 4x4 qu’il a achetés pour sa campagne électorale sur l’argent viré par le FMI à toutes les sections de son parti le KNK.  Elles pourraient ainsi organiser également dans ces pays, des activités de soutien pour afin de faire comprendre aux chefs d’Etat de ces pays voisins, la nécessité qu’ils appuient Bozizé à rempiler. Une mission du KNK doit également se rendre en France pour tenter de faire la même chose en direction des autorités françaises.

Tout permet de croire que Bozizé en a gros sur la poire d’avoir déjà claqué beaucoup de fric sans que son hold-up électoral ait pu se réaliser. Quand bien même son mandat a été prolongé par les députés, il a conscience que cela s’est fait par une violation de la Constitution et que dès le 11 juin venu, il s’attend à se faire contester sa légitimité par l’opposition à qui il a refusé la proposition qu’elle lui a faite de signature d’un accord politique pour gérer le vide constitutionnel du pays, d’où son manque de sérénité. Ne disposant pas d’un bilan ne serait-ce que globalement positif comme dirait l'autre, à présenter à ses concitoyens en vue de solliciter leur suffrage, Bozizé n’a d’autre stratégie que le recours à la violence et aux armes de guerre qu’il a stockées en assez grande quantité. Il a d’ailleurs déjà commencé à en distribuer à ses « tontons macoutes » et aux ministres. De sombres nuages s’amoncellent donc hélas dans le ciel centrafricain du fait de la seule volonté de Bozizé de forcer son destin.  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique