Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 22:09

 

 

100616 0 Failed States Illo

 

 

Ai-Rca 11 Juillet 2010 12:19 - Le président  François Bozize a procédé le 10 juillet au baptême et au triomphe des élèves officiers et sous officiers  entièrement formés sur le territoire national. La cérémonie a eu lieu  au centre de formation de Kassai, dans le 7e arrondissement de Bangui.

C’était en présence du Président de l’Assemblée Nationale Leroy Gaombalet, du Premier ministre Archange Touadera, des membres du gouvernement et les membres du corps diplomatique.

Le directeur général de l’ESFOA, Dieudonné Seregaza a, dans son discours de bienvenue, retracé l’histoire de cette académie militaire fermée  depuis 1973 et qui a été rouverte par le chef de l’Etat Bozize  le 5 décembre 2005.

«Aujourd’hui, 30 autres jeunes viennent s’ajouter et grossir nos rangs» a précisé le colonel Seregaza qui a rappelé que  l’ESFOA compte de nos jours 87 officiers et 8 sous officiers injectés dans  les Forces Armées Centrafricaines (Faca). «Permettez-moi, de vous dire très humblement, Mon Général, Mission Accomplie. Car vous avez réussi à bien fixer l’ESFOA sur  sa rampe de lancement. Nous ne pouvons que lui souhaiter bonne chance et longue vie», a-t-il dit, sur fond d’allégeance au Président Bozize.

«Ces deux promotions qui parachevaient leur formation  ont été baptisées, promotion général d’armée André Kolingba pour les élèves d’officiers d’active et promotion colonel Mandé pour les élèves sous officiers» a déclaré M Bozize, expliquant qu’il «s’agit là de brillants officiers dont les noms  rempliront pour longtemps  encore la mémoire  collective et demeureront intimement liés non seulement à l’histoire de notre armée nationale mais aussi de notre pays».

Pour le « chef suprême des forces armées», nul n’ignore les plus hautes charges que le général d’armée André Kolingba à assumer au sommet de l’Etat il y a de cela quelques années. Quant au colonel Pierre Alain Mandé, il a marqué, selon lui, les esprits pour avoir été l’un des dirigeants de la première académie militaire du pays basée à Bouar sur les cendres de laquelle est née la nouvelle ESFOA (Ecole Supérieure de Formation des Officiers d’Actives).

«Il s’agit de maintenir un flux suffisant pour favoriser la mise en place d’une armée nouvelle en renforçant sa capacité opérationnelle et un équilibre entre les personnels de terrain et de l’administration militaire» a-t-il indiqué, les exhortant à sublimer la paix et  l’amour de la patrie.

«Élèves officiers de la promotion Général  Kolingba, élèves sous officiers de la promotion colonel mandé, je dois reconnaitre que la tâche qui vous attend relève d’une évidente complexité. Les menaces persistent à nos frontières. Une telle situation entrave considérablement les activités économiques et perturbent les différents programmes de développement qui pourraient y être menés. C’est dire que les actions engagées par le passé contre les groupes armés demandent encore à être poursuivies et nécessitent  un redoublement des efforts déjà consentis», a conclu François Bozize.

«Je suis très émue. Ma présence ici  au camp Kassai me rappelle beaucoup de souvenirs, de très bons souvenirs, en tant que épouse d’officier et officier supérieur et épouse d’un  général» a confié Mireille Kolingba joint au téléphone, avant de laisser parler son cœur : «je profite de cette occasion pour remercier le président de la république, Chef suprême des Armées pour  cet acte historique qu’il vient de poser  en mémoire du défunt le général André Kolingba».

Depuis sa réouverture en 2005, l’académie militaire a déjà produit deux promotions d’officiers, la promotion général Bozize et celle du  général Sana. Soit un total de 57 officiers.

Kabongo, Ai Bangui

 

NDLR : Pourquoi ressusciter seulement Kolingba et Mandé ? Et les Izamo, Banza, Lingoupou, Kolignako, Jean-Claude  Mandaba, Abakar, Mbongo, Obrou, Zatao, Grélombé, Ndjadder, Abourou, Charles Massi  et bien d’autres encore ! Etaient-ils moins valeureux et n’appartenaient-ils pas aussi à l’armée centrafricaine ?  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique