Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 02:45

 

 

 

Bozyangou

 

 

Dernayo oh, Dernayo oh, les Centrafricains sont des dernayos, ils sont fainéants, ils n’ont rien fait pour notre pays, c'est l'intelligentsia qui est Dernayo oh parce qu'il critique ma politique. Dérivé de l'adjectif qualificatif français « Dernier », le président de Bangui aime utiliser ce vocabulaire pour rendre ses compatriotes responsables des éternels remous sociaux qui affectent son pays.


C'est jamais la faute de Bozizé qui crie aujourd'hui au voleur suite à l'assaut des principaux groupes rebelles unifiés et baptisés SELEKA en sango, alors qu'il a infligé la même misère au barbu national Ange Félix Patassé dix ans plutôt. Dernayo de sa promotion à l'école des officiers de Bouar, il traîne cette réputation jusqu'aujourd'hui. Ses aveux d'impuissance ont montré au monde entier qu'il était devenu général par effraction.


Car le monde entier a regardé le Dernayo président de Bangui pleurnicher auprès des présidents Hollande et Barack Obama pour déloger les rebelles en pleine expédition punitive vers Bangui. Le dernayo a encore récidivé le 31 décembre dans son allocution à nation en langue Sango en remerciant l'armée Tchadienne de s'être interposée pour bloquer la fulgurante progression des rebelles sur Bangui.

 

Pire le Dernayo a osé se moquer des FACA (Forces Armées Centrafricaines) en condamnant l'indiscipline dans leur rang et en leur attribuant la faute pour cette humiliation nationale.

 

Pour rappel, le président de Bangui a dirigé l'armée Centrafricaine 15ans sur ces vingt dernières années si on comptabilise son passage à la tête de l'État-major, il est de facto responsable de cette déliquescence.

 

« Sans l'armée du Tchad, nous ne serions pas là pour nous exprimer ». Ces allégations ont été tenues par un Général qui dirige son pays d'une main de fer depuis une décennie. Bozizé détient tous les pouvoirs en Centrafrique où il a toujours été ministre de la défense nationale.

 

Le Dernayo des généraux vient de trouver des coupables: son premier fils Francis, ancien sous-officier de la légion étrangère qu'il a fabriqué en colonel avant de le promettre général, et son vieil ami le Général Guillaume Lapo ancien Intendant et directeur général du trésor public Centrafricain.

 

Le premier était jusque-là ministre délégué à défense et député de Kabo, et le second Commissaire de l'armée donc administrateur et n'a pas été formé pour diriger l'État-major d'une armée. Bozizé vient à peine de distribuer des grades aux officiers Centrafricains pour acheter leur conscience.

 

Cette récompense explique peut-être le pourquoi d'un non soulèvement des militaires comme on a assisté au Mali face aux accusations du Dernayo à l'endroit de ses poulains. Autre élément à verser à ce triste dossier, les nombreuses promotions faites à ces propres rejetons dont 5 sont officiers alors qu'ils n'ont pas le niveau requis pour être un officier ni pour certains la morphologie d'un bon soldat.

 

C'est une honte que les pays de la CEMAC et la CEAC envoient des troupes pour sécuriser la République Centrafricaine et d'empêcher les rebelles de marcher sur Bangui.

 

Tout se passe comme si l'armée Centrafricaine n'avait pas de tête pensante. Où se trouve la transmission lorsque les rebelles ont amorcé leur descente, le président de Bangui bon Dernayo est le principal responsable de cet échec et mérite une démission pour avoir trahi son pays. Le président du Tchad est non seulement devenu le président de la République Centrafricaine, mais aussi le ministre de la défense.

 

Le dernayo craignant en permanence un coup d'État n'a pas dérogé à ses habitudes en ne faisant confiance qu'à lui-même. Il vient encore de violer la constitution en reprenant toutes les prérogatives du ministre de la défense. En se méfiant des intellectuels capables de le contredire et des militaires aguerris, Bozizé le président de Bangui et bon Dernayo préfère utiliser les hommes sans personnalité à l'image du premier ministre Touadera et du président de l'Assemblée nationale M. Gaombalet qu'il manipule comme des marionnettes.

 

Ainsi les députés de Bangui sont restés aphones face à la violation du territoire par les soldats Tchadiens

 

On ne peut pas être à la fois Caissier du trésor public Centrafricain, Président du conseil d'administration de plusieurs entreprises, Député, ministre et président de la République.

 

Le Dernayo qui vit au jour le jour a montré la voie, désormais les jeunes centrafricains ont pris goût à la facilité. A travers la rébellion ils trouvent un moyen de vivre aux dépens des autres par les rackets. La RCA est devenue une poudrière, pour être riche, il suffit de prendre les armes.

 

Wilfried Maurice Sebiro

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion