Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 00:23

 

 

 

Bozize-a-Bruxelles-le-17-juin-2011.jpg

 

BANGUI 27 juin — (AFP) Le président centrafricain François Bozizé a lancé à Bocaranga (nord-ouest) des opérations de désarmement de 350 ex-combattants de la rébellion de l'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD), a-t-on appris auprès de la présidence.

"Ces opérations ont été lancées (samedi) sur fonds propres du gouvernement qui a déboursé 35 millions FCFA (53.000 Euros), pour le désarmement de 350 ex-combattants de l'APRD à raison de 100.000 FCFA (environ 150 euros) pour chaque ex-combattant", a déclaré le directeur de la presse présidentielle, Lord-Esaïe Nganamokoï.

"Enfin le désarmement commence en Centrafrique", a déclaré samedi le président Bozizé, cité par M. Nganamokoï.

"Mon désir est d'aller vite à la paix et respecter nos engagements", a affirmé le président Bozizé, précisant avoir instruit le gouvernement de procéder de la sorte "pour ne pas abuser de la confiance des ex-combattants".

Avant le lancement officiel des opérations, le commandant des opérations de l'APRD, Henri Tchebo Wanfio, a demandé au gouvernement "de respecter ses engagements pour faire aboutir le processus du désarmement", a affirmé M. Nganamokoï.

Le ministre du Désarmement, le général Xavier-Sylvestre Yangongo, a expliqué que ces opérations s'inscrivent dans le cadre des accords de paix conclus par Bangui avec quatre rébellions en 2008 et visant au désarmement, à la démobilisation et à la réinsertion de quelques 6.000 combattants.

Elles doivent s'étendre ensuite aux autres régions centrafricaines où les ex-combattants d'autres rébellions doivent être également désarmés, selon la presse présidentielle.

Le 12 juin, la dernière grande rébellion encore active en Centrafrique, la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) a signé un accord de cessez-le-feu avec le gouvernement devant déboucher sur un accord de paix.

 

Copyright © 2011 AFP. Tous droits réservés

 

 

Centrafrique : Bozizé lance des opérations de désarmement d'anciens rebelles

Par RFI

Le président centrafricain François Bozizé a lancé à Bocaranga, dans le nord-ouest du pays, des opérations de désarmement de 350 ex-combattants sur 6 000, de la rébellion de l'APRD, l'Armée populaire pour la restauration de la démocratie. Le programme DDR, Désarmement, démobilisation et réinsertion des ex-combattants, entre donc dans sa phase la plus visible. L'opération devrait durer plusieurs mois et suscite déjà quelques critiques.

Pour le moment, seuls les hommes du colonel Wafio, l'un des deux commandants militaires de l'APRD ont rendu leurs armes, des armes artisanales pour l'essentiel. Quelque 350 hommes ont perçu, chacun, 100.000 francs CFA (150 euros). « Enfin le désarmement commence en Centrafrique », a déclaré le président François Bozizé.

Mais du côté des bailleurs de fonds, on ne partage pas cet optimisme. Une source bien informée regrette que cette opération ait été lancée par le gouvernement sans le feu vert de certains membres du comité de pilotage du DDR, c'est-à-dire sans l'implication de la communauté internationale. Le PNUD n'était pas à Bocaranga par exemple.

Les ex-combattants n'ont même pas reçu une carte officielle de démobilisation. « Qui va s'occuper de leur suivi »? s'interroge une source militaire qui estime que cette opération est lancée « à l'aveuglette », sans programme de réinsertion des ex-combattants. « Qu'est-ce qui les empêchera de reprendre les armes dans quelques mois pour dresser de nouveaux barrages sur les routes, s'ils n'ont pas d'autres moyens de subsistance » s'inquiète cette source.

« Cela fait trois ans que les populations et les ex-combattants eux-mêmes attendent le désarmement, répond le Général Xavier-Sylvestre Yangongo, ministre délégué chargé du DDR. On n’allait pas continuer à tourner en rond. Les problèmes se règleront mais il fallait commencer à tout prix ».

 

NDLR : Le général Yangongo a l'air de prendre ses désirs pour la réalité. Ce pprogramme DDR est une véritable vache à lait et un sinécure pour quelques-uns qui en vivent et qui ne veulent pas du tout que le désarmement vrai ait lieu, à commencer par Bozizé lui-même. Certains chefs rebelles aussi y trouvent leurs comptes ainsi que quelques dignitaires du pouvoir et certains chefs de mouvements politico-militaires.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers