Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 22:23

 

 

 

Bozizé dépassé



 
BRAZZAVILLE, 07 janvier (Xinhua)
— Le président centrafricain, François Bozizé, a dénoncé lundi à Brazzaville, l’agression extérieure dont son pays est victime à travers la coalition rebelle de Séléka, a constaté Xinhua.

 

« La Centrafrique est agressée par les éléments venus de l’ extérieur, qui s’appellent Séléka que nous considérons comme des mercenaires manipulés de l’extérieur pour agresser les paisibles populations centrafricaines », a déclaré le président Bozizé à l’aéroport international Maya Maya, avant son retour pour Bangui, après une brève visite à Brazzaville où il a eu des entretiens avec son homologue congolais, Denis Sassou N’Guesso, président du comité de suivi des accords de Ndjamena sur la crise centrafricaine.

 

 

NDLR : Visiblement Bozizé n’a pas une bonne lecture de ce qui se passe dans son pays. Avec son entendement de la crise qui fait vaciller son pouvoir, il ne sait plus où il en est. Au mini-sommet de N’djaména, il ne voulait pas que les pourparlers et le dialogue sincère avec l’opposition qu’on lui a toujours fortement conseillé et qu’il a toujours fait semblant d’accepter le principe mais qu’il a tardé à organiser, se tienne à N’djaména ni à Brazzaville et a voulu plutôt Libreville.

 

Aujourd’hui, à quelques heures de l’ouverture des discussions de Libreville, il choisit d’aller faire une telle déclaration à Brazzaville qui prouve qu’il n’a vraiment rien compris aux causes du véritable phénomène de rejet dont il est l’objet dans son propre pays. Pourquoi est-il aujourd’hui dans l’obligation de recruter à tour de bras des mercenaires tous azimuts ? Il est en train de payer son  mépris à l’égard de tout le monde, aussi bien les rebelles que les leaders de l’opposition politique qu’il n’a eu de cesse de qualifier de prostitués.

 

Depuis le 10 décembre 2012, fini avec les absences injustifiées de Bangui de Bozizé soi-disant pour aller méditer ainsi que les escapades inutiles à Bayanga et Bézambé. Il est obligé de se démener à gauche et à droite pour tenter de se maintenir au pouvoir. AUjourd'hui, à la suite des propos du ministre Josué Binoua annonçant que les hommes de Séléka étaient à 12 km de Damara, une véritable peur panique s'est déclenchée dans la ville de Bangui. Les banques ont fermé à 13h contrairement à leur habitude. Les chouiateries, commerces et salons de thé et patisseries des Libanais ont fermé boutique, bref, l'économie de la capitale est par terre.   

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches