Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 15:12

 

 

 

Bozizé Bangui M'poko

 

 Boz-et-Sassou.JPG

 

 

 

Crise centrafricaine: Bozizé à Brazzaville rencontre le médiateur Sassou

 

BRAZZAVILLE 7 janv (AFP) – Le président centrafricain François Bozizé est arrivé lundi à Brazzaville pour un entretien avec son homologue congolais Denis Sassou Nguesso, médiateur de la crise entre Bangui et la rébellion du Séléka.


François Bozizé a été accueilli à l'aéroport par Denis Sassou Nguesso, et les deux chefs d'Etat se sont ensuite dirigés vers le palais présidentiel.

 

Dans le cadre de cette "visite officielle", le président congolais "va échanger avec son homologue sur la crise qui déchire son pays", a indiqué à l'AFP une source à la présidence congolaise.

 

Denis Sassou Nguesso doit assurer une médiation à Libreville entre le gouvernement centrafricain et la coalition rebelle du Séléka qui a pris les armes le 10 décembre et contrôle une grande partie du pays.

 

Le début du dialogue de sortie de crise était initialement prévu mardi. Mais le porte-parole de la coalition Séléka, Eric Massi, tout en se déclarant prêt à y participer, a souhaité dimanche un report pour mieux se préparer. Il a continué d'exiger le départ du président Bozizé, au pouvoir depuis 2003.

 

Les rebelles du Séléka ont pris deux nouvelles villes samedi et se trouvent, selon le gouvernement, à 12 kilomètres de Damara, dernier verrou situé à 75 km au nord de Bangui et où est stationnée la force d'interposition d'Afrique centrale (Fomac).

 

"Nous devons oeuvrer inlassablement à la consolidation de la paix en République Centrafricaine, en amenant le gouvernement et la rébellion armée au dialogue", avait déclaré plus tôt dans la journée Denis Sassou Nguesso, lors d'une cérémonie de voeux à une centaine de diplomates accrédités au Congo.

 

"C'est ici l'occasion d'inviter la communauté internationale à soutenir les efforts de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) en vue de restaurer la stabilité nécessaire au développement de ce pays frère", a ajouté le dirigeant congolais, dont le pays est membre de la CEEAC.

 

"Votre implication personnelle dans la tenue de ces pourparlers (...) témoigne de votre profond attachement à la cause de la paix dans la sous-région", avait répondu lors de cette cérémonie l'ambassadrice de Centrafrique Charlotte Fayanga

 

"Votre riche expérience de médiateur, nous en sommes certains, pèse de tout son poids dans les différentes initiatives prises ici et là pour trouver des solutions durables aux différents conflits qui minent l'Afrique", avait ajouté l'ambassadrice, doyenne du corps diplomatique.

 

Outre le cas de la Centrafrique, le dirigeant congolais a évoqué celui de la République démocratique du Congo voisine: l'armée congolaise affronte depuis mai dans l'est le Mouvement du 23 mars (M23), une rébellion que l'ONU dit soutenue par le Rwanda et l'Ouganda - ce que nient ces pays.

 

"Il est bon, comme cela se fait actuellement, de s'appuyer sur la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs pour promouvoir un règlement qui préserve la paix et la sécurité dans la région, ainsi que la souveraineté et l'intégrité territoriale de la RDC", a insisté Denis Sassou Nguesso.

 

Copyright © 2013 AFP. Tous droits réservés.

 

 

 

 

Centrafrique François Bozizé rencontre Denis Sassou Nguesso à Brazzaville

 

07/01/2013 à 16h:50 Par Jeune Afrique

 

Le président centrafricain, François Bozizé, tente de reprendre la main dans la crise qui secoue le pays. Il s’est rendu, lundi 7 janvier, à Brazzaville afin de rencontrer son homologue congolais, Denis Sassou Nguesso, médiateur entre Bangui et la rébellion du Séléka.


Les rebelles réclament son départ. Mais François Bozizé est bien décidé à user de la diplomatie sous régionale pour rester à son poste. Alors qu’il semble prêt à se rendre aux négociations de Libreville, le président centrafricain a rendu visite au médiateur de la crise en Centrafrique, Denis Sassou Nguesso, à Brazzaville. Le chef d’État congolais doit être l’ordonnateur des négociations qui vont s’ouvrir prochainement au Gabon.


« Nous devons oeuvrer inlassablement à la consolidation de la paix en République Centrafricaine, en amenant le gouvernement et la rébellion armée au dialogue », avait déclaré, samedi 5 janvier, Denis Sassou Nguesso, lors d'une cérémonie de voeux à une centaine de diplomates accrédités, au Congo.


"Il n’a pas les moyens de rester"


Le début du dialogue de sortie de crise était initialement prévu mardi 8 janvier alors que les délégations devaient arriver lundi à Libreville. Mais le porte-parole de la coalition Séléka, Eric Massi, tout en se déclarant prêt à y participer, avait souhaité dimanche un report pour mieux se préparer. Il a continué d'exiger le départ du président Bozizé. « [Son] départ n'est pas négociable. Il ne veut pas partir mais il n'a pas les moyens de rester », a-t-il ainsi déclaré.


En attendant le début des négociations, les rebelles du Séléka se sont encore rapprochés de Bangui. Ils ne sont qu’à 12 kilomètres de Damara, ville considérée comme le dernier verrou avant la capitale centrafricaine.

 


BBC Afrique 7 Janvier, 2013 - 12:12 GMT

 

Le président centrafricain François Bozizé est parti lundi à Brazzaville pour y rencontrer Denis Sassou Nguesso.

Le président congolais doit assurer une médiation à Libreville entre le gouvernement centrafricain et la coalition rebelle du Séléka.

François Bozizé devrait revenir à Bangui dans l'après-midi, selon une source gouvernementale citée par l’AFP.

A Libreville, les préparatifs continuent en prévision des pourparlers ces prochains jours entre les rebelles et le gouvernement centrafricain.

Les délégations pourraient arriver lundi dans la capitale gabonaise.

Le début des pourparlers était initialement prévu mardi.

Toutefois, le porte-parole de la coalition Séléka, Eric Massi, a souhaité dimanche un report pour mieux se préparer.

Eric Massi a par ailleurs confirmé que le chef des rebelles, Michel Djotiodia, s'était "engagé à aller à Libreville".

Selon le ministre centrafricain de l'Administration territoriale, Josué Binoua, chacune des délégations qui sera composée de quinze membres a remis des "propositions de sortie de crise" au comité de suivi dirigé par Denis Sassou Nguesso.

Les rebelles continuent de réclamer le départ du pouvoir du président François Bozizé.

Dernier verrou

Ce dernier aurait prévu de rejoindre Libreville "plus tard", une fois les négociations entamées.

Sur le terrain, les rebelles du Séléka sont à 12 kilomètres de Damara, ville située à 75 km au nord de Bangui, considérée comme le dernier verrou protégeant la capitale, et où est stationnée la FOMAC, la force d'interposition d'Afrique centrale, a déclaré le ministre de l'Administration territoriale Josué Binoua.

L’Afrique du Sud a quant à elle prévu de déployer 400 soldats en République centrafricaine, dont 200 sont déjà à Bangui.

 

 

 

NDLR : Selon nos informations, Bozizé serait parti à Brazzaville pour demander pardon au président Sassou avec lequel ses relations avaient connu dernièrement quelles turbulences au point que Bozizé ait refusé Brazzaville comme lieu de la rencontre de médiation qui doit se tenir maintenant à Libreville. Brazzaville reprocherait à Bozizé son ingratitude caractérisée et l’affaire de la perte de la présidence de la Commission de la CEMAC aurait aussi laissé un goût amère chez Bozizé et le candidat malheureux Enoch Dérant Lakoue. En réalité le vrai candidat de Bozizé était l’actuel Premier Ministre Faustin  Touadéra mais Bozizé n’a jamais eu le courage de le présenter officiellement. 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers