Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 01:05

 

 

 

meeting du 27 août 2011

 

meeting troublé du 27 août 11  blessé du meeting du 27

 

Bangui, Dimanche, 28 Août 2011 12:51 (AFP) - Un meeting de la plate-forme de l'opposition centrafricaine, le Front pour l'annulation et la reprise des élections (Fare-2011), a été perturbé samedi soir par des personnes jetant des pierres, dispersant la réunion et faisant quelques blessés, a constaté un journaliste de l'AFP.

Après l'ouverture du meeting devant permettre aux dirigeants du Fare-2011 de s'exprimer sur les prochaines élections législatives partielles, plusieurs dizaines de personnes ont surgi au moment où l'ancien Premier ministre, Martin Ziguélé (2001-2003) arrivé 3e à la présidentielle du 23 janvier dernier allait prendre la parole sur la place de la Réconciliation Omar Bongo Ondimba, à Bangui.

Elles se sont dirigées vers le meeting en proférant des injures et jetant des pierres sur les participants ainsi que sur les dirigeants qui ont quitté précipitamment les lieux.

"Il y a eu quelques blessés parmi les sympathisants, mais il est encore difficile de déterminer leur nombre exact", a déclaré à l'AFP, Jean-Dominique N'darata, ancien ministre et cadre du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC, opposition).

Le MLPC a appelé ses militants à boycotter les législatives partielles du 4 septembre dans un communiqué publié mardi.

Le Fare-2011 entendait expliquer les raisons qui le poussent à appeler également au boycott de ces élections, selon l'annonce du meeting publié dans la presse.

Les résultats de la présidentielle, remportée au premier tour avec 64,37% des voix par le président sortant François Bozizé, et du premier tour des législatives avaient déjà conduit l'opposition à boycotter le second tour des législatives le 27 mars, estimant que les élections avaient été entachées "d'irrégularités, de fraudes massives et de graves dysfonctionnements".

A l'issue du second tour des législatives du 27 mars, la Cour constitutionnelle avait invalidé les résultats dans 14 des 105 circonscriptions électorales pour différentes irrégularités. L'actuelle majorité acquise au président Bozizé est assurée de conserver le contrôle de l'Assemblée nationale.

 

Des nervis dispersent le meeting de l’opposition

meeting du 27 dirigeants hébétés

Radio Ndéké Luka  Dimanche, 28 Août 2011 11:0

Elle était tant attendue la rentrée politique de l’opposition démocratique en Centrafrique. Un meeting dit de vérité avait été convoquée samedi 27 août 2011, Place Marabéna à Bangui. Alors que tout était en place, des groupes jeunes ont fait irruption. Ils ont attaqué les participants au  meeting. Jets de pierres, chiffons imbibés d’essence et allumés. Ce fut le sauve-qui-peut. Le reporter de Radio Ndeke Luka raconte :

« Il est un peu plus de 15h. La foule a répondu à l’appel. Les leaders de l’opposition, installés dans la tribune, se préparent à prendre la parole, les uns après les autres. Il y a notamment Me Nicolas Tiangaye, Martin Ziguélé, Guy Simplice Kodégué, Louis Pierre Gamba du RDC et d’autres encore. Ce sont les ténors du FARE (Front pour annulation des résultats des élections)

C’est à ce moment précis, que des jeunes non identifiés font irruption. Ils commencent par agresser les autres jeunes, partisans des partis politiques de l’opposition, venus pour le meeting. Quelques voix se lèvent pour les calmer mais sans succès.

Les forces de l’ordre sont bien présentes. C’est un escadron de la gendarmerie. Mais elles ne bronchent pas.

Un journaliste de la presse écrite présent sur les lieux est molesté par la bande d’inconnus. On  lui reproche de prendre des photos. Finalement, il s’en tire avec quelques contusions et une grosse frayeur. Mais il a perdu dans la mêlée ses deux téléphones portables, et un appareil photo numérique.

Ensuite les assaillants mettent le feu dans un petit récipient contenant de l’essence. Ils le balancent sur la tribune où sont installés les leaders de l’opposition démocratique centrafricaine.

Tombe alors de partout une pluie de pierres ; ce qui oblige les opposants à quitter les lieux dans la précipitation. La sonorisation, les chaises et même certains véhicules sont saccagés. C’est le sauve-qui-peut.

Quelques minutes plus tard, les militants de l’opposition et les leaders du FARE, trouvent refuge au siège du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain au quartier Benz-vi tout proche. Me Nicolas Tiangaye prend la parole. Il s’adresse à la presse. Il prend à témoin s l’opinion nationale et internationale. Il accuse le gouvernement et le KNK (parti au pouvoir). Il prend acte de ce que les gendarmes présents n’ont rien fait pour empêcher les saboteurs et agresseurs de perturber la manifestation pourtant dument autorisée. Il révèle que certains agresseurs ont été identifiés comme étant des proches de certains caciques du KNK. La justice sera saisie ».

Signalons tout de même que les forces de l’ordre ont procédé à des arrestations.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique