Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 03:00

 

 

zig-zig.jpg

 

 

BANGUI 11 mai 2010  (AFP) – L'opposant Martin Ziguélé et l'ex-ministre Cyriaque Gonda, de la majorité, ont appelé mardi à un "accord politique" en vue des élections présidentielle et législatives en Centrafrique, au lendemain du vote d'une loi permettant de prolonger le mandat du président et des députés.

"La prolongation du mandat du président de la République et de l'Assemblée nationale ne peut s'asseoir qu'à travers un accord politique qui consacre l'accord des partis", a estimé M. Ziguélé, ex-Premier ministre et président du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC).

Lundi, l'Assemblée nationale a adopté un projet de loi constitutionnelle permettant de prolonger le mandat du président François Bozizé et des 105 députés jusqu'aux élections. Ces scrutins, qui étaient initialement programmés pour le 25 avril, ont été reportés au 16 mai puis renvoyés à une date non déterminée.

"Cette loi est anticonstitutionnelle", a déclaré Martin Ziguélé.

"Nous appelons toujours le président de la République, les partenaires" et tous les acteurs de la politique centrafricaine "à nous retrouver auprès de Mgr Paulin Pomodimo (médiateur de la République) pour que nous puissions convenir d'un accord politique", a ajouté M. Ziguélé.

La même demande a été formulée par l'ex-ministre de la Communication et ancien porte-parole du gouvernement, Cyriaque Gonda, président du Parti national pour un Centrafrique nouveau (PNCN, majorité présidentielle).

"Le plus important dans la situation actuelle, c'est un accord politique. Une loi, c'est superfétatoire. L'Histoire ne va pas dans le sens de ce qui est fait à l'Assemblée nationale" lundi, a estimé M. Gonda.

Le mandat du président Bozizé devait expirer le 11 juin. Arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 2003 puis élu en 2005, il est candidat à sa propre succession. Fin avril, le Collectif des forces du changement (CFC) regroupant l'opposition et d'anciens mouvements rebelles, s'est engagé à ne pas contester sa légitimité jusqu'aux élections.

Avant le report des élections, Martin Ziguélé était candidat du MLPC pour la présidentielle. L'opposition avait ensuite décidé de boycotter le scrutin pour protester contre le maintien des élections au 16 mai.

Copyright © 2010 AFP

NDLR : Avec la complicité d'une Cour constitutionnelle et une Assemblée nationale aux ordres, Bozizé vient de  réussir le coup de force parlementaire de faire proroger son mandat qui expire dans quelques jours mais en réalité il s'agit d'une victoire à la Pyrrhus car la lutte contre cette dictature sanguinaire continue. Le lamentable spectacle offert par l'inéffable président de l'Assemblée nationale Gaombalet ainsi que le président de la commission ad hoc chargée d'examiner le projet de loi, l'opportuniste Daniel Emery Dédé, est proprement scandaleux. Ces deux personnalités ont clairement procédé lors de la séance plénière dans l'hémicycle, à la distribution sans vergogne ni scrupule aux députés, d'enveloppes contenant la modique somme de 125.000 F CFA afin d'obtenir le résultat du vote que l'on sait. Si la honte pouvait tuer, certaines personnes ne seraient plus de ce bas monde. Honte aussi à certains députés soi-disant de l'opposition qui se sont bien gardés de respecter les consignes de leurs partis. Triste jour pour la démocratie en Centrafrique !

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique