Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 21:37

 

 

Sako.jpg

 

 

  

Par U. Roy Lama, leconfident.net - 26/01/2011

La préfecture de la Mambéré -Kadeï est l’une des régions qui soulève le plus de convoitise lors de ces élections

Bien avant l’ouverture de la campagne électorale, les autorités avaient mis tout en œuvre pour apaiser les tensions dans cette zone considérée comme la plus riche et la plus potentielle de la République Centrafricaine. Le président de la République, Chef de l’Etat avait tenu à recevoir les collecteurs de diamant de toute la République Centrafricaine, dont ceux de la Mambéré -Kadéï, après les incidents graves du 16 octobre 2008 où ces opérateurs du secteur du diamant avaient été dépouillés de leurs pierres, argents et objets précieux. Ensuite, le Chef de l’Etat s’est rendu personnellement afin de résoudre l’affaire dite de la Sœur Bénédicte, qui travaillait à la gestion de la pharmacie de l’hôpital universitaire de Berberati. Mutée à la maternité, la religieuse avait refusé de regagner son nouveau poste d’affectation et avait engagé un bras de fer avec les autorités préfectorales. Exaspérées, les autorités l’ont déclarée’’ persona non grata’’ dans la préfecture de la Mambéré -Kadeï. Malgré ce bannissement qui la frappait, la religieuse n’a pas voulu obtempérer aux injonctions. La situation allait au pourrissement quand le président François Bozizé est intervenu personnellement pour calmer la tension.

 Une armada venue de Bangui

Mais les véritables incidents, signes annonciateurs d’une ambiance électrique ont réellement commencé à Carnot. Dans cette circonscription, deux candidats de poids lourds, du parti présidentiel s’affrontent. Une candidate à la faveur du parti, se présente donc sous les couleurs de cette formation politique, alors que le second ayant les faveurs de la population a été incité par celle-ci à se présenter en indépendant et c’est ce qu’il a cru devoir faire. Mais la popularité du second candidat semblait faire ombrage à la candidate préférée du parti présidentiel. C’est là où les gestes d’intimidations ont commencé. L’aide de camp du candidat indépendant, régulièrement sollicité de la haute hiérarchie militaire a été arrêté par des éléments des Forces de Sécurité, portant des bérets verts est copieusement molesté, enfermé pendant trois jours, avant d’être déporté vers une destination inconnue. Dans cette circonscription de Carnot, les menaces de mort sont légion et les Chefs de Groupe, de quartier et de villages, font l’objet de pressions constantes pour obliger leurs administrés à voter pour la candidate favorite du parti présidentielle.

 

A Berberati où jusque-là, la campagne se déroulait dans une ambiance bon enfant, l’atmosphère s’est aussitôt crispée avec la présence dans la ville d’un candidat-ministre, candidat du parti présidentiel aux élections législatives dans la circonscription de Berberati. Le membre du gouvernement-candidat aux législatives a fait une démonstration de force en débarquant avec une véritable armada composée de militaires, agents de son département et autres supporters venus de Bangui munis de certificats d’inscription et de radiation afin de lui apporter leurs suffrages.

La population de Berberati est déconcertée par cette affluence qui risque de fausser fondamentalement les données réelles des élections dans la Mambéré – Kadeï et particulièrement dans la sous-préfecture de Berberati. En plus de cette armada qui a inondé la ville, les actes d’intimidation ne manquent pas sur les Chefs et les notables. Les militaires qui ne sont pas du tout discrets se pavanent en ville avec leurs armes, laissées à découvert pour dire aux habitants de la ville que si leur candidat n’est pas élu, il en sera autrement. De véritables étincelles dans l’air et la situation promet. À la dernière minute, selon des sources proches du dossier, à cette atmosphère tendue s’ajoutent, le 23 janvier 2011, les listes électorales erronées, la distribution désordonnée des cartes électorales par les autorités locales en vue de corriger les erreurs. Face à ce désordre organisé, les représentants des partis politiques de l’opposition ont rapidement contacté leurs leaders pour les situer sur les nombreuses irrégularités. Selon les indiscrétions d’une personnalité proche de l’opposition, un Huissier de Justice et un avocat ont été commis pour constater ces multiples irrégularité qui ont bloqué le déroulement du vote à Berbérati afin qu’une action soit intentée en Justice.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique