Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 22:07

 

 

104613.jpg

 

 

BANGUI  (AFP) Au total, 71 personnes - dont 65 rebelles mais aucun civil - ont été tuées lors des combats entre la rébellion centrafricaine de la CPJP et l'armée lors des combats à Birao (nord-est) la semaine dernière, a annoncé jeudi soir le porte-parole du gouvernement centrafricain.

Jointe par l'AFP depuis Libreville, la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP), a démenti ce bilan en affirmant ne pas disposer de décompte précis dans l'immédiat.

"Après les violents combats qui se sont déroulés entre les deux camps, l'armée centrafricaine a repris le contrôle de la ville de Birao. L'on déplore six morts dans les rangs de l'armée, 65 tués du côté des rebelles et d'importants dégâts matériels", a affirmé le porte-parole du gouvernement, le ministre Fidèle Ngouandjika, dans une déclaration diffusée par la radio d'Etat à Bangui.

"Le gouvernement tient à préciser qu'aucun civil n'a trouvé la mort dans les affrontements qui ont eu lieu à Birao", a-t-il ajouté.

Le porte-parole de la CPJP, le Dr Bevarrah Lala, a rejeté ces déclarations.

"Ce bilan n'est pas exact. Mais ce qu'il faut retenir, c'est que l'armée tchadienne, accompagnée par les Faca (forces armées centrafricaines, NDLR), en ce moment, est en train de pourchasser les éléments de la CPJP. Donc, on n'a pas de bilan" des combats, a dit le Dr Lala.

La CPJP a attaqué le 24 novembre Birao, chef-lieu de la préfecture de la Vakaga. Les autorités ont affirmé avoir repris la ville le 26 novembre, mais les rebelles ont assuré avoir quitté la localité le 30 novembre, après des combats impliquant l'armée tchadienne.

L'intervention de l'armée tchadienne en Centrafrique avait aussi été évoquée à l'AFP par un responsable militaire centrafricain, et confirmé par le chef d'état-major de l'armée tchadienne qui a expliqué toutefois avoir usé d'un droit de poursuite sur le sol centrafricain contre des rebelles tchadiens.

Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés

 

 

Centrafrique : Combats meurtriers dans une localité prise en otage par la rébellion

Ai- Rca - Jeudi, 02 Décembre 2010 16:20 "Votre gouvernement par ma voix tient à vous annoncer la libération et la reprise totale de la ville de Birao des mains armées, des démons et ennemis de la démocratie par les vaillants éléments des forces  armées centrafricaines (FACA) après un rude combat qui les opposait aux terroristes de la Convention des Patriotes pour la Paix et la Justice (CPJP)  greffés des bandits armés et mercenaires d'origines étrangères".

 C’est en substance la teneur du communiqué  gouvernemental rendu public le 1er décembre sur les ondes de Radio Centrafrique par le  porte-parole du gouvernement, le Ministre de l'agriculture Fidèle Gouandjika.

Selon le communiqué, au cours des combats et  multiples contre-attaques perpétrés exclusivement par les FACA, le bilan enregistré est de  6 morts dans les rangs des Forces régulières et 65 tués dans les rangs des assaillants de la CPJP.

« Il est utile de rappeler qu'au cours de la riposte des Faca lors de multiples contre-attaques, aucun civil parmi la population de Birao n'a trouvé la mort, contrairement aux allégations mensongères des chefs politico terroristes relayées par des célèbres radios et agences de presses étrangères manipulant ainsi l'opinion internationale sur l'éventualité de la participation d'une troupes étrangère aux cotés des Faca", a indiqué le communiqué.

"Quant aux responsables politico terroristes de la CPJP qui semblent se cacher à Bangui sous le manteau de la démocratie et ceux qui circulent encore librement en France, il seront tôt ou tard rattrapés, arrêtés  et ils répondront de leurs actes criminels devant la justice des hommes ou de Dieu" a conclu  le porte-parole du gouvernement.

De sources concordantes, l'attaque de Birao est intervenue deux semaines après le retrait des éléments de la Minurcat de la localité.

Kabongo, Ai Bangui

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers