Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 21:16


troupeau-de-z-bus.jpg

 

BANGUI (AFP) - 17.03.2010 13:06 - Deux Tchadiens et 18 Centrafricains ont été tués en trois jours vers Batangafo (nord de la Centrafrique) dans des affrontements entre des habitants de la région et des éleveurs tchadiens, selon un député et un sous-préfet joints mercredi par l'AFP.

Deux Tchadiens et 18 Centrafricains ont été tués en trois jours vers Batangafo (nord de la Centrafrique) dans des affrontements entre des habitants de la région et des éleveurs tchadiens, selon un député et un sous-préfet joints mercredi par l'AFP.

Deux Tchadiens et 18 Centrafricains ont été tués en trois jours vers Batangafo (nord de la Centrafrique) dans des affrontements entre des habitants de la région et des éleveurs tchadiens, selon un député et un sous-préfet joints mercredi par l'AFP.

Des éleveurs tchadiens qui faisaient transhumer leur bétail aux abords des rivières Ouham et Fafa -ceinturant Batangafo- ont été impliqués le 12 mars dans "une rixe avec des autochtones. La rixe (a causé) la mort de deux éleveurs tchadiens abattus par des habitants", a expliqué Judes Alex Ketté, député de la ville, présent sur place lors des évènements.

Les éleveurs tchadiens, "mécontents, sont allés chercher des renforts et sont revenus dimanche au nombre de plusieurs dizaines, munis d'armes de guerre et de fusil de chasse pour se venger", a ajouté M. Ketté qui se trouvait mercredi à Bangui.

"Ils se sont livrés à des représailles, tuant au passage ceux qu'ils rencontraient sur leur passage. (...) On a dénombré mardi au moins 18 morts selon un bilan officiel établi par la sous-préfecture. Parmi les victimes, il y a beaucoup de paysans, mais aussi des pêcheurs", a-t-il déclaré.

Ces informations ont été confirmées à l'AFP par le sous-préfet de Batangafo, Edmond Sako, joint dans sa ville. Selon lui, aucun membre des forces de défense et de sécurité n'est intervenu "pour stopper ces tueries".

 

© 2010 AFP

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation