Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 01:47

 

 

urne.jpg

 

 

BANGUI - AFP / 08 novembre 2010 21h15 - La Commission électorale indépendante (CEI) centrafricaine a enregistré deux candidatures pour la présidentielle de janvier 2011 et aucune des principales formations d'opposition, à quelques heures de la fin du dépôt des candidatures, a indiqué lundi soir à l'AFP son porte-parole.

"Pour l'instant, on peut parler de deux candidats à la présidentielle, le candidat du KNK (Kwa na kwa, le travail rien que le travail), l'actuel chef de l'Etat (François Bozizé), et l'ex-président (Ange-Félix) Patassé", qui se présente comme indépendant, a déclaré le porte-parole Rigobert Vondo, à quelques heures de la clôture du dépôt des candidatures à minuit pour les élections présidentielle et législatives du 23 janvier 2011.

Selon la sous-commission chargée des candidatures à la CEI, "au moins 800 dossiers de candidatures aux législatives (...) ont été déposés auprès de ladite commission".

Pour les législatives et la présidentielle, "jusqu'à présent, aucun dossier provenant de l'opposition, et là je veux citer le Collectif des forces du changement (CFC, opposition et ex-rébellions), ainsi que l'Union des forces vives de la nation (UFVN, opposition), n'a été déposé", a ajouté M. Vondo.

L'opposition et les ex-rébellions avaient dénoncé le 27 octobre la modification des dates de dépôt des candidatures pour les élections législatives et présidentielle avancée et réduite de 31 à 12 jours par la CEI, menaçant de boycotter les scrutins.

"Je ne me sens pas du tout concerné par le dépôt de candidature lundi à minuit, cette période fixée par la Commission électorale indépendante est illégale, et elle n'est pas conforme à l'accord signé le 10 août 2010 par les partis politiques parrainé par deux membres du gouvernement", a affirmé lundi Martin Ziguélé, président du CFC et candidat du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) pour la présidentielle, qui réclame que "le chronogramme (...) soit respecté".

"Nous demandons à l'opinion nationale et internationale de comprendre que nous ne refusons pas d'aller aux élections, que nous ne refusons pas de déposer des candidatures, mais il y a un délai prévu dans cet accord", a encore affirmé M. Ziguélé.

Le dépôt des candidatures devait courir du 8 novembre au 10 décembre. Son ouverture a été avancée et sa clôture fixée au 8 novembre au lendemain d'une réunion entre le président François Bozizé, les acteurs politiques et la société civile.

"Je signale tout de même que l'opposant Joseph Bendounga,, président du Mouvement démocratique pour la renaissance et l'évolution de Centrafrique (MDREC) a déposé des dossiers de candidature pour les législatives", a déclaré M. Vondo.

Par ailleurs, "120 candidats aux législatives", partisans de l'ex-président Patassé renversé en 2003 par François Bozizé (élu en 2005), ont reçu l'"agrément" de la CEI, selon le responsable du protocole de M. Patassé, Anicet Mbaïkoua.

(©)

 

NDLR : Il n'y a pas de dernier jour qui tienne. Plus tard dans la soirée, le porte-parole de la CEI est intervenu sur les antennes de la radio nationale pour annoncer que la CEI a enregistré six candidatures à savoir celle de Bozizé, de Patassé, de Jean Jacques Demafouth et de trois illustres plaisantains inconnus dont un certain Lambert Koué Fodé. Initialement, du fait du ferme refus de l'opposition de déposer ses dossiers de candidature et afin que la CEI ne perde pas trop la face avec son calendrier arbitraire et illégal fixant la fin du dépôt des candidatures au 8 novembre,  des pourparlers ont eu lieu toute journée jusqu'à tard le soir où il était question que le vrai faux pasteur publie un communiqué  pour  prolonger de quelques jours la date de clôture du dépôt des candidatures mais finalement ce dernier aurait selon ses dires, subi des menaces de mort on ne sait de qui, et aurait renoncé à cette démarche.    

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique