Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 01:59


bonne-annee

Cemac-si-ge.jpg

CEMAC  une nouvelle impulsion à Bangui


(Cameroon-Tribune 19/01/2010)



Le sommet des chefs d'Etat a adopté des mesures fortes qui redonnent espoir et confiance en l’avenir.

La CEMAC a présenté un temps des signes de ce qui s’apparentait à une fâcheuse léthargie. L’organisation se caractérisait par de généreuses déclarations d’intentions à l’issue de sommets annuels dont la régularité était devenue incertaine au fil du temps. Quant aux résultats, à la matérialisation des décisions arrêtées pourtant de manière consensuelle, il ne fallait surtout pas compter dessus. La récente rencontre des chefs d’Etat à Bangui a sonné comme un réveil de la CEMAC, suscitant à nouveau de l’espoir.


C’est que, sur les principaux dossiers source de blocages et de paralysie de l’organisation de longue date, les chefs d’Etat réunis dans la capitale centrafricaine ont pris des décisions qui feront date. Celles-ci devraient, en tout cas, permettre à la CEMAC de se relancer sur l’imposant chantier des réformes engagé ces cinq dernières années en vue de garantir une intégration croissante de la sous-région. Ce qui n’est pas seulement l’affaire des seuls fonctionnaires et gouvernements, mais davantage celle des peuples. Ainsi de ce passeport CEMAC qui revenait dans les discussions depuis quelque temps déjà, sans devenir réalité jusqu’ici. Les décisions de Bangui semblent indiquer que les choses sont définitivement enclenchées pour que ce dossier connaisse enfin le dénuement tant attendu.


Dans la perspective d’une meilleure circulation des hommes et des biens à l’intérieur de l’espace communautaire. Ce qui marquerait des progrès significatifs par rapport aux objectifs de départ. Il en est de même de la compagnie aérienne communautaire, Air CEMAC, dont les principaux actes fondateurs sont déjà effectifs : South Africa Airways en est le partenaire technique, Brazzaville étant le siège de la future compagnie. Là également, on a avancé sensiblement.

Que dire alors de la BEAC au centre de remous considérables ces derniers temps du fait de malversations présumées ? Les chefs d’Etat ont fait le ménage comme il fallait s’y attendre. Le gouverneur Philibert Andzembe et un de ses lieutenants, Rigobert Roger Andely ont été virés. Georges Dologuele, jusqu’alors président de la BDEAC a également perdu son fauteuil. Au profit du Gabonais Michael Adande.

 

Et dans la foulée, le consensus de Fort-Lamy a vécu. Ce qui fait que les rênes de la BEAC qui étaient depuis toujours l’exclusivité du Gabon viennent d’être confiées à l’Equato-guinéen Lucas Abaga Nchama. L’avènement à la tête de l’institut d’émission de celui qui y exerçait jusque là comme directeur général en charge de l’exploitation inaugure l’ère de la rotation à ce prestigieux poste.

 
Cela étant, de nombreux chantiers restent ouverts pour la CEMAC. Des chantiers qui représentent autant de défis pour une organisation soucieuse de rattraper le temps perdu. A commencer par la matérialisation des importantes décisions prises à Bangui : le passeport CEMAC, l’envol des premiers avions d’Air CEMAC notamment. Le chemin reste donc bien long pour que le rêve d’une Afrique centrale unie, soudée et prospère devienne réalité.

 

© Copyright Cameroon-Tribune



CEMAC : Les grandes résolutions du Sommet de Bangui


(Gabon Eco 19/01/2010)


Le 10e sommet de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC) qui vient de s’achever à Bangui, en République centrafricaine (RCA), a été marqué par plusieurs résolutions inédites, depuis la création de cet espace économique sous-régional. Parmi les points forts de ce conclave, figurent en bonne place le renouvellement de tous les dirigeants des banques de la CEMAC et l’institution de postes tournants, le lancement des audits généralisés ou encore le démarrage du projet Air CEMAC.

Démarré dans la capitale centrafricaine le 16 janvier dernier, le 10e sommet de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC), a livré en 48 heures plus de surprises que tous les autres conclaves réunis de cet espace communautaire.

Le ton a été sans conteste donné par le remplacement du Gabonais Philibert Andzembé par Lucas Abaga Nchama, ressortissant de la Guinée équatoriale, au poste de gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC). Cette nomination marque la fin des Accords de Fort-Lamy, qui attribuaient d’office ce poste à un ressortissant Gabonais au profit d’une gouvernance tournante.

Le principe rotatif ne rentrera en vigueur qu’au terme du mandat de la Guinée équatoriale qui s’offre cette exception, forte de son statut de plus gros contributeur de la BEAC.

En revanche, le Gabon a hérité de la présidence de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC). La nomination de Michael Adandé à la tête de cette institution constitue un grand défi pour ce dernier, qui aura la lourde tâche de «bien» gérer cette banque, et de redorer un temps soit peu, l’image du Gabon ternie par le scandale de la BEAC.

A Bangui, les chefs d’Etat se sont engagés à mettre un terme au sein de la cette institution, éclaboussée en octobre par le plus gros scandale financier de son histoire. Ils ont décidé de poursuivre un ménage entamé après la révélation des scandales, en ordonnant «des audits sur l'ensemble» de ses institutions et démembrements.

 Ces enquêtes seront placées «sous la supervision» du président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, qui s’est engagé à «poursuivre en justice toutes les personnes impliquées dans les détournements» effectués à la succursale de la BEAC à Paris.

Pour dynamiser l’intégration sous-régionale, qui peine à trouver ses marques contrairement à celle des autres espaces communautaire du continent, les Chefs d’Etat ont décidé de la mise en circulation effective d’un passeport commun au premier trimestre 2010. Le passeport CEMAC, dont l'idée a été lancée en 2001, sera «biométrique», répondra «aux normes de l’Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) et permettra à ses détenteurs de circuler sans visa dans l'espace communautaire».

La compagnie aérienne communautaire, Air CEMAC, a également été abordée. Cette initiative, en projet depuis 2002, devrait démarrer en 2010, a assuré le président congolais Denis Sassou Nguesso. Le sommet a décidé d'installer le siège du transporteur régional à Brazzaville. Par ailleurs, Denis Sassou Nguesso a été désigné comme nouveau président en exercice de la CEMAC. Il succède au Centrafricain François Bozizé.

La Cémac regroupe le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad. Elle a été créée en 1994, en remplacement de l’Union douanière et économique de l’Afrique centrale (UDEAC) qui avait été lancée en 1964 par cinq pays de la région, rejoints 20 ans plus tard par la Guinée équatoriale.



 Source : Gaboneco 18-01-2010 

© Copyright Gabon Eco

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE