Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 02:37


premiere-urgence.jpg

le 08-03-2010 16:00 | émis par : Première Urgence

La République Centrafricaine (RCA) est en proie depuis de nombreuses années à des conflits armés entraînant des actes de violence généralisés et une insécurité récurrente. Cette situation est à l'origine de multiples déplacements de populations aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de la RCA.

C'est ainsi que depuis 2005, plus de 80.000 réfugiés centrafricains majoritairement Mbororos ont été contraints de fuir leurs villages en RCA, victimes des actes de persécutions perpétrés par des groupes rebelles et de coupeurs de route, utilisant des méthodes sordides telles que les enlèvements de femmes et d'enfants contre rançon.

Fadimatou et Hamadou ont fui le conflit centrafricain pour se réfugier le long de la frontière au Cameroun. Ils nous livrent leurs témoignages.

 Fadimatou Magadji a 24 ans, mère de 3 enfants, a fui les conflits en Centrafrique et après plusieurs semaines de marche, s'est installée avec sa famille au Cameroun. Elle vit aujourd'hui à la périphérie du village de Ndanga Gandima.

 Fadimatou : « Les premiers mois ont été très durs, nous n'avions pas de maison, pas d'eau et surtout rien à manger du fait de la perte de notre troupeau de boeufs en Centrafrique. Puis une équipe de Première Urgence est venue au village pour sélectionner des femmes qui pourraient travailler aux champs et cultiver des légumes et du manioc. En accord avec mon mari, je me suis tout de suite inscrite.

Depuis décembre 2008, je travaille tous les jours aux champs et je récolte mes légumes. Au début c'était dur, je n'avais jamais manipulé les outils et j'avais mal au dos mais maintenant j'ai l'habitude et les moniteurs de Première Urgence nous ont appris et nous motivent tout le temps pour ne pas baisser les bras. Je cultive les légumes-feuilles pour préparer le Ndolé et aussi le Foléré et les tomates.

Il y a aussi eu des distributions de poules et j'ai reçu 3 poules et un coq. J'ai construit avec mes soeurs un poulailler mais malheureusement j'ai perdu 2 poules à cause des rapaces. Mais la troisième poule a eu des oeufs que j'ai pu vendre au marché pour 100 francs chaque oeuf.

Ce projet de Première Urgence m'a beaucoup aidé à nourrir ma famille et aussi à vendre des légumes sur le marché pour pouvoir acheter de l'huile, du sel et du pétrole. J'ai même pu m'acheter un nouveau pagne ! »

Hamadou a 65 ans. Il était un grand éleveur en Centrafrique et ses 40 têtes de bétail lui permettaient d'élever ses 7 enfants sans grande difficulté.

Hamadou : « On a tué ma femme et 3 de mes enfants sous mes yeux. Pour sauver les 4 autres, j'ai du vendre tout mon troupeau. Par la suite nous avons préféré nous séparer afin d'éviter que cela ne se répète. Depuis je suis seul et je suis sans nouvelle de mes enfants... »

Hamadou est arrivé au Cameroun, dans la ville de Gbiti puis à Boubara, il y a 4 ans. Il passait ses journées sur le bord de la route à attendre que "son heure vienne".

Hamadou : « J'ai essayé le maïs, mais ça n'a pas marché, puis Première Urgence est arrivée. Avec mes légumes, j'ai maintenant de quoi manger. Avec la vente, j'ai eu plus de 50.000 francs, et j'ai pu acheter de la viande, du poisson et des habits. Aujourd'hui je n'ai plus le temps de m'ennuyer. Tous les jours je me lève et vais m'occuper de mon jardin. Je souhaite maintenant utiliser mes économies pour acheter des poules ou des chèvres. »

Hamadou est l'un des bénéficiaires les plus motivés du programme de relance agricole. Tous les jours il travaille sur ses billons qui sont les plus beaux et les plus rentables de la parcelle de Boubara. Il a retrouvé sa joie de vivre et envisage sérieusement de se remarier....

C'est grâce à un financement du Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies (UNHCR) que Première Urgence soutient les réfugiés centrafricains, en leur enseignant des techniques agricoles et en fournissant les semences et les outils qui leur permettront d'améliorer leur autonomie et de retrouver une vie normale au Cameroun.

© News Press 2010

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire