Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 23:56

 

 

 

 

 

 

Marafa-et-Inoni.jpg

                              Hamidou Marafa Yaya et Ephraim Inoni

 

YAOUNDE AFP / 16 avril 2012 21h50 - L'ex-Premier ministre camerounais Inoni Ephraïm et l'ancien ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation (Intérieur) Marafa Hamidou Yaya ont été arrêtés et écroués lundi à Yaoundé dans deux affaires distinctes de corruption.

De sources judiciaires, l'ex-chef de gouvernement devrait répondre des faits de malversations financières dans le cadre d'une transaction pour le compte de la défunte compagnie aérienne Camair.

De son côté, l'ancien ministre de l'Intérieur a été écroué dans le cadre de l'affaire Albatros, du nom d'un avion présidentiel acquis à grands frais, et qui avait présenté des défaillances peu après son acquisition en 2004.

M. Inoni Ephraïm, qui a été auditionné par un juge d'instruction avant d'être transféré à la prison, est le premier ex-Premier ministre à être écroué dans le cadre de la campagne de lutte contre la corruption au Cameroun, l'opération Epervier.

Avant lui, deux anciens patrons de la Camair, Yves Michel Fotso et Paul Gamo Hamani, avaient été arrêtés puis inculpés de détournement de fonds publics respectivement en 2009 et 2010.

M. Marafa, quant à lui, limogé de son poste de ministre lors du remaniement gouvernemental de décembre 2011, avait précédemment occupé le poste stratégique de secrétaire général à la présidence. Il y avait précédé Jean-Marie Atangana Mebara, arrêté en 2008 dans le cadre de la même affaire Albatros et dont le procès, en mars, est en attente de jugement.

Membre très influent du régime du président Paul Biya, 79 ans, au pouvoir depuis 1982, M. Marafa a été présenté à un moment par la presse camerounaise comme son dauphin.

Le Boeing présidentiel, vieux et en mauvais état selon une enquête officielle, s'était révélé défaillant dès son vol inaugural entre Douala, la capitale économique, et Paris, en 2004, alors qu'il transportait la famille présidentielle. M. Biya avait dû emprunter un autre appareil pour le trajet de retour.

Pressé par les bailleurs de fonds internationaux, le gouvernement camerounais a lancé en 2006 une campagne de lutte contre la corruption dans le cadre de laquelle plusieurs personnalités, dont dix anciens ministres (M. Marafa compris), ont été arrêtées et condamnées, pour certaines, à de lourdes peines de prison. Un des ex-membres du gouvernement est décédé en détention.

Au Cameroun, certains détracteurs de cette opération l'assimilent à une action d'épuration politique ciblant principalement les personnalités qui visent la présidence. Mais pour le gouvernement, elle s'inscrit dans une démarche d'assainissement des moeurs des gestionnaires publics. Elle ne saurait en aucune façon être assimilée à une opération de nature politique.


(©)

 

Avion présidentiel: Inoni, Marafa et Assene Nkou convoqués chez le juge ce matin

YAOUNDÉ - 16 Avril 2012 Yves Marc Kamdoum | La Météo

Sauf changement de dernière minute, l'affaire de l'acquisition de l'avion présidentiel prendra une tournure décisive ce matin, avec la convocation dès 10 heures chez le juge d'instruction Pascal Magnangamabé, des sieurs Marafa Hamidou Yaya, ancien secrétaire général de la présidence et ancien Pca de la Snh, Inoni Ephraïm, ancien Premier ministre et ancien Pca de Apm, et Jean Marie Assene Nkou, ancien député de la Mefou et Afamba qui dit-on, aura pour sale boulot de charger lnoni, surtout Marafa. L'on se souvient qu'en juillet 2008, le même juge d'instruction les avait déjà entendus, non sans autoriser Emmanuel Edou, ci-devant délégué général à la Sûreté nationale, à retirer leurs passeports.

Les trois convoqués seront donc convoyés ce matin par le commissaire Eyengue Mbolong, sous-directeur des enquêtes des affaires économiques et criminelles à la Direction de la police judiciaire (Dpj). Le grand déballage qui s'en suivra pourra entraîner la convocation d'autres personnalités dont l'implication, même lointaine, dans cette affaire qui a tant défrayé la chronique depuis pratiquement 2004, surprendra plus d'un observateur. Atangana Mebara, Yves Michel Fotso et Otélé Essomba qui ont longtemps souhaité l'incarcération de ces personnalités, trouveront dans cette autre audition dont on ignore comment elle se terminera, un début de soulagement.

Ephraïm Inoni: l'âme fatale?

Le dossier Albatros comprend quatre affaires différentes: l'affaire Gia international, l'affaire Sygma, l'affaire Albatros et l'affaire Apm.

C'est dans le cadre de l'affaire Albatros et de la négociation de tous les contrats de leasing des avions constituant la flotte de la Camair entre 2002 et 2004 que le nom d'Ephraïm Inoni, alors secrétaire général adjoint de la présidence de la République est cité. Il avait été désigné Pca de Apm Cameroun. En 2008, acculé par l'opinion et les réseaux souterrains, pour s'expliquer sur les affaires Camair et Albatros, il a fait dire, à ses proches, qu'il était disposé à collaborer avec la justice. Ephraïm Inoni a laissé les Camerounais dans le flou. Son attitude a contribué à nourrir la désinformation et les manipulations qui entourent l'affaire en cours.

Marafa Hamidou Yaya: au commencement...

Entre 2001 et août 2002, lorsque l'idée de l'achat d'un nouvel aéronef pour la flotte présidentielle est mise en œuvre, il assume les fonctions de secrétaire général de la présidence de la République (Sg/pr) et à ce titre, il est le président du conseil d'administration de la Société nationale des hydrocarbures (Snh). Il coordonne le projet d'acquisition de l'avion présidentiel. Ses rapports à l'époque cordiaux avec Yves Michel Fotso sont connus de tout le monde. L'homme qui affiche malgré tout une sérénité des plus évidentes, aura donc ce jour, n'étant plus membre du gouvernement, l'occasion de s'expliquer comme il l'a toujours souhaité afin que tous les soupçons qui pèsent sur lui soient levés.

Jean-Marie Assene Nkou: «l'agent» de liaison

.Président de Nacam et ancien député, il a été l'agent de liaison entre Gia International et Yves Michel Fotso par le canal de Mme Gwett, cadre à la Camair à l'époque et ancien directeur général de Air Leasing. C'est lui qui aurait organisé la première rencontre entre les deux protagonistes à Johannesburg. Selon Russel Meek, Jean Marie Assene Nkou a touché une «prime» d'un million de dollars (plus de 500 millions FCFA environ, tout comme un certain Kosta Diamantakos, autre relation de M. Fotso). Certains parlent d'un pot-de-vin.

 

 

NDLR : Une telle situation est tout simplement impensable en RCA de Bozizé aujourd'hui car les auteurs de malversation et détournements de deniers publics sont dans son entourage même et en général, n'hésitent pas à déclarer urbi et orbi qu'ils ont partagé les fruits de leurs forfaits avec lui. Fermez le ban ! 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE