Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 00:51

 

 

 

 

 

 

http://www.acted.org   

Entre urgence et développement - Alors qu’une stabilisation fragile se poursuit dans l’ouest de la République Centrafricaine (RCA), la situation humanitaire dans l’est du pays reste problématique. Des affrontements persistent entre groupes armés dans le nord. Les grandes villes du sud-est connaissent une croissance démographique importante du fait de déplacements massifs survenus à la suite d’attaques de la Lord’s Resistance Army (LRA). En 2011, ACTED s’est concentrée sur le soutien aux dynamiques de développement à l’ouest et au nord, sur la réponse à l’urgence dans l’est du pays notamment en eau, hygiène et assainissement (EHA) et en sécurité alimentaire, ainsi que le désenclavement des « zones oubliées ».

Répondre aux besoins en eau potable et en assainissement pour limiter les risques sanitaires

 rca1-puits-d-eau-potable-ACTED.jpg

La RCA est un pays hautement vulnérable dont plus de 86% des habitants souffrent de pauvreté multidimensionnelle. En particulier, le pays présente un taux de couverture en eau et assainissement très faible. Selon les résultats de l’enquête Analyse Globale de la vulnérabilité et de la sécurité alimentaire en RCA (2009), 51,2% des ménages ont accès à une source d’eau potable et 5% possèdent une latrine familiale. Dans le nord-ouest, après des années d’insécurité et d’enclavement, la situation est actuellement stabilisée. Cependant, ces communautés, qui ont longtemps vécu en autarcie, sont désormais dénuées d’infrastructures communautaires. Ainsi, beaucoup de villageois n’ont pas accès à l’eau potable et s’approvisionnent le plus souvent dans des marigots ou des rivières. Dans le sud-est, à la suite d’attaques de la LRA, la densité de la population a fortement augmenté dans les grandes villes de la préfecture du Haut Mbomou, provoquant une détérioration de la fourniture des services de base et des standards SPHERE en termes d’EHA. Face à ces enjeux, ACTED a développé de nombreux projets visant à améliorer l’accès à l’eau potable et l’assainissement pour les populations vulnérables de ces deux zones. Au total, en 2011, ce sont 21 lavoirs, 27 puits et 400 latrines familiales qui ont été construits/réhabilités et 4000 personnes sensibilisées aux bonnes pratiques EHA.

Assurer la sécurité alimentaire : un enjeu de relèvement durable

maraichage-en-RCA-a-Zemio-planche_de_laitue.jpg

 

Plus des deux tiers des Centrafricains, dont les trois quarts habitent en zone rurale avec comme principale source de revenu l’agriculture, vivent en dessous du seuil de pauvreté. Les échanges commerciaux internationaux et domestiques sont faibles de par l’obsolescence des infrastructures de marché, et l’enclavement du pays rend particulièrement difficile l’accès aux biens de première nécessité. Le Haut Mbomou est la sous-préfecture la plus à l’est de la RCA, à la frontière de la RDC et du Soudan, peuplée de 60 000 autochtones pratiquant essentiellement une agriculture de subsistance (manioc, arachide, riz). L’éloignement de la capitale et les difficultés d’accès entravent l’écoulement des produits agricoles et font de cette préfecture une zone déstructurée sur le plan organisationnel et productif. De plus, les importants déplacements résultant des attaques de la LRA ont accru la vulnérabilité des populations et l’insécurité alimentaire. Pour remédier à cela, ACTED a mis en place plusieurs programmes visant à renforcer la sécurité alimentaire sur la zone. L’ONG a ainsi soutenu 55 groupements maraîchers à travers des formations, un accompagnement et des dotations en kits d’outils agricoles et semences. ACTED a également mis en place des activités d’appui à l’élevage visant la protection du bétail avec notamment l’organisation d’une campagne de vaccination et la formation d’auxiliaires vétérinaires.

Le bétail capital à protéger

http://www.acted.org   20 Avril 2012

 

deparasitage_externe_des_caprins_-_visite_a_domicile_des_au.jpg

                                          déparasitage de caprins à Zémio

 

En réponse à la crise sanitaire des cheptels dans le sud-est de la République Centrafricaine (RCA), les acteurs humanitaires mettent en place des interventions visant à protéger le bétail. 

« Des amis m’ont dit que la ville de Zémio offrait des pâturages riches pour les bœufs et je cherchais une ville sécurisée pour ma famille ». Egui, auxiliaire vétérinaire à Zémio, marié et père de 16 enfants, est issu d’une famille peuhle. Il a quitté Yaloké dans le sud-ouest de la RCA pour se rendre à Zémio (dans le Haut Mbomou) en 1992. Cependant l’absence d’infrastructures de base, de personnel formé et de protections des cultures a favorisé la propagation de maladies bactériennes. Egui a ainsi perdu une grande partie de son bétail et donc de son capital.

Une épidémie meurtrière

Début 2011, la préfecture du Haut Mbomou a connu une épidémie qui a ravagé la quasi-totalité des petits bétails de la zone (caprins et ovins). Si, au niveau national, une campagne de vaccination a été mise en place, celle-ci n’a pas atteint le sud-est de la RCA en raison de troubles de sécurité. ACTED, présent dans cette zone depuis 2008, a donc lancé une vaste campagne de vaccination et de déparasitage dans les villes de Zémio et Djémaf, avec le soutien financier du Service d’aide humanitaire de la Commission européenne. Cette campagne, réalisée par neuf auxiliaires vétérinaires formés par ACTED en collaboration avec l’Agence nationale de développement et de l’élevage, favorise le transfert des connaissances et le renforcement des capacités au niveau local. Au total, ce sont 1222 chèvres, 188 moutons, 6256 volailles et 439 porcins qui ont ainsi été vaccinés et déparasités.

Quand Egui a entendu dire qu’ACTED cherchait des personnes volontaires pour une formation vétérinaire, il s’est tout de suite porté volontaire. « J’ai appris énormément grâce à la formation dispensée par ACTED. Je peux maintenant procéder à un déparasitage, vacciner des animaux et traiter des maladies courantes. Ces connaissances resteront gravées et je compte bien les transmettre aux membres de ma communauté afin de protéger notre bétail. »

Cette activité d’appui à l’élevage a un impact positif puisque, jusqu'à présent, aucun cas de maladie virale chez le petit bétail n’a été détecté à Zémio et dans les environs. « Cela permet non seulement de protéger le bétail, » confie Egui, « mais favorise également la reproduction animale, et renforce donc le capital des familles, notamment des déplacés internes et des Peulhs ».

Cette activité est également une source de revenu additionnel pour les auxiliaires vétérinaires. « Avec la rémunération de mes services, j’ai gagné 25 000 FCFA (40 Euros) que j’investis dans la production de pierre à lécher, ce qui me permettra de compléter mon revenu. Si j’en ai la possibilité, j’aimerais ensuite ouvrir une pharmacie vétérinaire à Zémio ».

Le maraîchage : une source de revenus et de diversification alimentaire pour les populations vulnérables

http://www.acted.org   04 Juin 2012

Il est 16h à Zémio quand notre équipe arrive sur la parcelle maraichère du groupement « Tenons la main ». Nous rencontrons, en train d’effectuer l’arrosage quotidien, la présidente du groupement, Georgette Daoua, 40 ans, mariée et mère de 6 enfants, qui nous accueille avec enthousiasme fière de montrer le fruit du travail de son groupement.

Avant l’arrivée d’ACTED, Georgette faisait du petit commerce. Elle dirige maintenant un groupement de 15 ménages dont 6 composés de femmes seules. Dans le cadre d’un projet visant à renforcer la sécurité alimentaire des populations vulnérables déplacées, réfugiées, et hôtes, ACTED, en partenariat avec ECHO, soutien 660 ménages dans la production maraichère des communes de Zémio, Mboki et Djémah.

Pour Georgette, le maraîchage n’est pas une activité nouvelle puisqu’elle a commencé à semer les premières graines avec ACTED en 2010. Cependant l’assimilation des techniques de maraîchage et la mobilisation des membres du groupement est un processus qui a pris du temps. « Au début j’avais de grandes difficultés à faire participer les membres du groupement à l’arrosage quotidien des planches mais maintenant tout le monde s’y met ! »

« Les tomates, la laitue, le gombo et les oignons se vendent bien sur le marché, raconte Georgette. Nous estimons gagner encore 300 000 FCA avec la vente du reste de la production (450 euros environ)». Grace à la mobilisation et l’investissement de tous, la vente de la première partie des récoltes a déjà rapporté 70 500 FCFA (soit environ 100 euros).

L’activité de maraîchage a également eu un impact positif sur les modes de consommation des membres du groupement. « On a maintenant la possibilité de manger des aliments frais en saison sèche comme le gombo ou encore la laitue», s’enthousiasme Georgette.

Avant de partir nous l’interrogeons sur ses perspectives après la fin du projet ACTED. « La formation d’ ACTED en techniques maraichères, production de semences et gestion d’un groupement, m’a permis d’acquérir les compétences suffisantes pour continuer de manière autonome et lancer la prochaine campagne maraichère sans aide extérieure ».

Réhabilitation d’infrastructures communautaires pour le désenclavement et la redynamisation économique

Les années de crise qui ont affecté la République Centrafricaine ont fortement détérioré les infrastructures communautaires du pays, principalement les routes. Le désenclavement des zones rurales reste donc une des principales préoccupations d’ACTED. Depuis la fin de l’année 2010, ACTED concentre ainsi sa stratégie sur la redynamisation économique et la réhabilitation de routes et d’infrastructures de base, afin de faciliter l’accès humanitaire, le désenclavement des communautés et de fournir des réponses rapides aux mouvements de populations. ACTED a mis en œuvre de nombreux programmes de construction et de réhabilitation d’infrastructures de base : routes, ponts, ouvrages de franchissement, bacs et écoles, visant à développer les opportunités de relance économique des territoires les plus enclavés et à rétablir la circulation sur les principaux axes routiers endommagés. En 2011, ACTED a ainsi réhabilité 145 kilomètres de routes (axe Bozoum-Bossangoa), construit et réhabilité 17 ponts, 60 ouvrages de franchissement et l’accès à deux bacs. La circulation a notamment pu être rétablie entre Bangassou et Obo, axe routier d’une longueur de 512 kilomètres. En parallèle, plus de 50 écoles ont été construites ou réhabilitées et équipées de puits et de latrines dans le sud-ouest.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire