Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 04:19

 

 

 

general-francois Yangouvonda Bozizé

 

 

 

Bangui, 21 fév 2013 (CAP) – En dépit de la signature des Accords de Libreville qui lui ont permis d’échapper in extremis au renversement de son régime, non seulement BOZIZE s’entête à refuser de faire libérer les prisonniers politiques comme le demande explicitement lesdits             Accords mais les arrestations arbitraires de citoyens se poursuivent comme si de rien n’était tranquillement comme par le passé.


Les geôles de la tristement Section Recherche et Investigation de la gendarmerie nationale (SRI), la police politique de la bozizie, sont toujours aussi remplies. C’est le cas d'un jeune compatriote du nom d’Yvon MOSIKWA qui s’est investi en toute légalité dans le commerce du ciment entre la ville de Zongo (RDC) et Bangui. Il est accusé de « trafic d'armes » sans qu'aucune preuve n'ait été apportée et croupit depuis 48 heures déjà dans les sordides geôles de la SRI.


Alors que Séléka a procédé depuis belle lurette à la libération des soldats FACA qu’elle a fait prisonniers de guerre, en les remettant officiellement à la Croix Rouge, BOZIZE quant à lui, tourne en rond et trouve des prétextes fantaisistes pour se dérober à ses engagements en refusant de faire libérer purement et simplement les nombreux prisonniers politiques.


Outre les compatriotes qui croupissaient déjà depuis longtemps dans ces lieux, tels que Serge MAGNA, Le Centrafricain MACKPAYEN et autres prisonniers personnels du délinquant Joseph François BOZIZE alias « DJODJO »,  sont venues s’ajouter les familles Goulas, Roungas dont le seul péché est d’être des parents des responsables de Séléka comme Michel DJOTODIA, Moussa Mohamed DHAFFANE, Joseph KALITE et autre ressortissants des préfectures de la Vakaga, Haute-Kotto et Bamingui-Bangoran, qui végètent dans les sinistres geôles du camp de Roux, de l’OCRB, de la SRI et surtout du tristement célèbre « Guantanamo » de Bossembélé.


Les tergiversations voire le refus de BOZIZE jusqu’ici de faire libérer les prisonniers politiques est bien la preuve que ce monsieur ne veut nullement du retour de la paix dans ce pays. Il est convaincu que seule une solution militaire pourrait résoudre la crise dans ce pays d’où ses multiples tentatives et recrutements de mercenaires pour faire absolument la guerre contre les éléments de Séléka. C’est la seule raison pour laquelle il tient coûte que coûte à faire voler les hélicoptères ukrainiens qu’il a achetés à prix d’or. Les Centrafricains ne doivent pas en être dupes. Cet homme est vraiment un danger pour le pays et sa cohésion nationale. 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers